Publié le 03 septembre 2018

SOCIAL

5 bonnes résolutions pour une rentrée éco-responsable

Fini les vacances, c'est la rentrée ! Et si on en profitait pour changer nos habitudes ? On trie nos mails et nos déchets, on troque la voiture pour le vélo ou le métro...Mais la rentrée, c'est aussi l'occasion de revoir en profondeur son métier et de s'interroger sur la stratégie de son entreprise en matière de RSE. Voici cinq actions qui font partir du bon pied !

Un pour tous et tous pour un ! Cette année, la rentrée sera éco-responsable ou ne sera pas !
@Pixabay

1. Mes mails, je supprimerai

Si Internet était un pays, ce serait le sixième consommateur d’énergie et le septième émetteur de CO2. Si ce constat est alarmant, il n’est pas irrévocable. Des petits clics peuvent limiter la casse, comme, par exemple, le nettoyage de la boîte mail. Car oui, les mails polluent. Chaque mail envoyé émet 10 grammes de CO2. Or, en seulement une heure, environ 10 milliards de mails sont échangés dans le monde. Les spams - les courriers indésirables - représentent 9 mails sur 10. À eux seuls, ils émettent autant de CO2 que trois millions de voitures par an ! Pour y remédier, la société Cleanfox propose, via une application gratuite, de nettoyer votre boîte mail. Une bonne manière de réduire son empreinte carbone.  

 

2. La voiture, j’éviterai

Et si vous privilégiez les transports en commun, le vélo ou même le covoiturage ? À Paris par exemple, 80 % des véhicules ne transportent qu’une seule personne et 42 % parcourent, avec leur voiture, qu’une dizaine de kilomètres. Une distance acceptable pour se rendre au travail à vélo, surtout si votre entreprise a mis en place une indemnité kilométrique vélo. Une solution qui permettrait même de réduire vos arrêts de travail ! Pour les jours de pluie, le covoiturage peut être une bonne alternative, d’autant qu’il vous permet de faire des économies et de limiter les émissions de CO2.  

 

3. Les emballages, je limiterai

Mariette a besoin d’une pause et vous l’accompagnez plusieurs fois par jour boire un café. Un petit instant de détente que le gobelet en plastique vient gâcher. Car ce petit objet anodin à première vue est source de pollution, et il augmente considérablement votre empreinte carbone. Les Français en utilisent pas moins de 4 milliards par an. De même, pour le déjeuner, si Mariette propose d’aller acheter un plat cuisiné à emporter… réfléchissez-y à deux fois ! Pourquoi ? D’abord pour les emballages mais aussi parce que les aliments ultra-transformés augmentent le risque de cancer

 

4. Mon métier, je responsabiliserai 

Ça y est, vous avez troqué votre gobelet pour un mug à café et êtes devenu avec vos collègues les rois du tri sélectif au bureau. Félicitations ! Et si vous transformiez maintenant votre métier ? Vous êtes acheteur…pensez à privilégier les fournisseurs éthiques ! Vous êtes au marketing…suivez les préceptes de la communication responsable ! Vous avez envie de tout envoyer balader pour devenir responsable RSE de votre boîte ? Suivez les conseils de la chasseuse de tête Caroline Renoux dont le cabinet Birdeo est spécialisé dans le développement durable (1) !  

 

5. De la stratégie RSE de mon entreprise, je m’informerai 

Et votre entreprise, elle fait quoi pour la planète, le bien-être des salariés et les conditions de production de ses fournisseurs ? Comme 34% de vos collègues, vous ne savez pas citer une action de votre boîte en la matière. Regardez bien vos mails ou le tableau près de la machine à café...c'est souvent par ce moyen que vous serez informé. Et si vous en parliez avec votre manager ou le responsable RSE ? C’est peut-être l’occasion de vous impliquer davantage dans la stratégie RSE de l’entreprise, que ce soit dans votre travail quotidien, à travers un mécénat de compétences ou un projet en intraprenariat ! Et si votre entreprise n’en fait pas suffisamment à votre goût, c’est peut-être le moment de réfléchir avec vos collègues à changer la donne…des réseaux spécialisés sont là pour vous aider, n'hésitez pas à les contacter !

Marina Fabre @fabre_marina et Béatrice Héraud @beatriceheraud

 

(1) "Comment faire carrière dans les métiers de la RSE et du développement durable, caroline Renoux, 2018


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Entrepot amazon jordan stead

Les salariés d'Amazon rejettent la création d'un syndicat mais le géant du commerce en ligne n'en sort pas indemne

Les 5 600 employés de l’entrepôt d’Amazon à Bessemer dans l’Alabama aux États-Unis ont finalement voté contre la création d’un syndicat. Le vote reste pourtant historique car le géant de l'e-commerce n’en sort pas indemne. Il a une nouvelle fois mis en lumière les conditions de travail des employés...

EMMA tele travailleuse du futur

Matériel non adapté, sédentarité : le télétravail en mode pandémie va marquer nos corps

Le télétravail a un fort impact sur la santé mentale des travailleurs, mais celui-ci a aussi des répercussions sur notre santé physique. Lombalgies, problèmes occulaires ou phlébites… Cette nouvelle façon de travailler dans des espaces souvent peu adaptés et l'augmentation de notre sédentarité...

Teletravail droit a la deconnexion Jun

Télétravail, du rêve au cauchemar

Alors que les contaminations au travail représentent 15 % des cas identifiés de Covid-19, Emmanuel Macron a, une nouvelle fois, demandé aux entreprises de pratiquer davantage le télétravail. Si les employeurs sont montrés du doigt, de plus en plus de salariés rechignent pourtant à télétravailler....

Livreur velo iStock piksel

Uberisation : en Europe, la pression monte pour salarier les livreurs et chauffeurs des plateformes numériques

Après de multiples batailles juridiques perdues, les Uber et consorts se voient de plus en plus pressés de salarier leurs livreurs et/ou chauffeurs. En Californie, les plateformes numériques ont réussi à éviter une loi grâce à un intense lobbying. Mais elles sont obligées de négocier en Europe.