Publié le 15 mai 2018

Infographies

[INFOGRAPHIE] Si Internet était un pays, ce serait le sixième consommateur d'énergie et le septième émetteur de CO2

Envoyer un mail représente la consommation d'une ampoule pendant 24 heures. Regarder une vidéo sur son smartphone celle d'un frigidaire pendant un an. Ces chiffres, très peu connus du grand public, montrent le poids environnemental du secteur numérique. S'il était un pays, il représenterait le sixième consommateur d'énergie sur la planète.

Les data center sont très consommateurs d'énergie.
@TommyLeeWalker

Il suffit d’un clic. Un petit clic pour envoyer un mail, un autre pour lancer une vidéo. Un geste anodin, mais qui participe pourtant au réchauffement climatique. À tel point que Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire prépare un guide à destination du grand public pour orienter les internautes vers une navigation plus responsable.

 

Le secteur du numérique aussi polluant que l'aviation 

Le numérique représente 2 % des émissions de gaz à effet de serre, juste un peu moins que l'Allemagne, mais un peu plus que le Canada. S’il était un pays, il serait le sixième plus gros consommateur d’énergie. Selon les experts, d’ici 2019, le secteur devrait même dépasser les émissions de l’aviation. "Ce qui est certain, c’est que le numérique n’a rien d’immatériel ! Et que ses impacts environnementaux sont bien réels", écrit l’Ademe, Agence française de l’environnement dans un rapport sur la face cachée du numérique.

Au-delà d'Internet, la fabrication d’un ordinateur nécessite 240 kilogrammes de combustibles fossiles, 22 kg de produits chimiques et 1,5 tonne d’eau. Un seul mail parcourt une distance moyenne de 15 000 km pour passer par plusieurs data centers, gros consommateurs d'énergie et situés sur toute la planète. Aussi, l’envoi d’un seul mail avec une pièce jointe équivaut à la consommation d’une ampoule allumée pendant 24 heures. 

Apple alimenté à 100 % en énergie renouvelable 

Plusieurs grandes entreprises, conscientes de leur impact environnemental, se sont engagées vers un internet plus propre. Apple, première capitalisation de la planète avec 900 milliards de dollars a annoncé en avril dernier s’alimenter à 100 % en énergies renouvelables. Cela inclut ses magasins, ses centres de données, mais aussi son siège de Cupertino en Californie. D’autres entreprises du numérique lui ont emboîté le pas, en marche vers la transition énergétique : Facebook, Google ou encore Microsoft.

En France, un mouvement de jeunes entreprises participe activement à un numérique alternatif et écologique. C’est notamment le cas de Lilo, un moteur de recherche français. Il reverse la moitié de son chiffre d'affaires à des projets sociaux et environnementaux. En prime, les données des utilisateurs ne sont pas enregistrées et les data centers sont alimentés aux énergies renouvelables. 

La start-up Cleanfox propose, elle, de nettoyer votre boîte mail des newsletters intempestives. Depuis 2016, elle a ainsi supprimé 700 millions de mails et assure avoir évité les émissions de 7 000 tonnes de CO2. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres