Publié le 09 février 2018

SOCIAL

Pourquoi le modèle des hypermarchés Carrefour, Leclerc, Auchan... est périmé

Et si l'e-commerce, les circuits courts, la recherche de qualité sonnaient le glas des hypermarchés ? Carrefour vient d'annoncer la suppression de 2400 postes et va entamer, comme Leclerc, un virage vers les magasins de proximité axés sur la bio. Intermarché vient lui de lancer la marque "les éleveurs vous disent merci" pour jouer la carte des producteurs bien rémunérés. Reste à savoir si cela suffira à rétablir la confiance avec les consommateurs. 

Le temps du caddie plein, du coffre de voiture rempli et du frigo qui déborde est-il révolu ? À voir les mauvais chiffres des gros distributeurs, on pourrait le penser. Carrefour, qui compte 12 300 magasins à travers le monde et plus de 37 400 collaborateurs, menace par exemple de fermer 273 lieux de vente dans l’Hexagone. Au total, 2 400 salariés sont sur la sellette.

"Carrefour n’a pas suffisamment évolué avec ses clients", a avoué le PDG du groupe, Alexandre Bompart qui mentionne plusieurs grandes surfaces non rentables. Et il n’est pas le seul. Auchan, qui est historiquement l’un des plus gros distributeurs depuis les années soixante-dix, accuse une baisse de son chiffre d’affaires, en France, de 1,8 %.

Le succès du e-commerce : Amazon double Carrefour

Et le phénomène n’est pas nouveau. Dès 2014, une étude Xerfi alertait sur un modèle traditionnel "de moins en moins adapté aux attentes des consommateurs". D’une part, les consommateurs privilégient le numérique. Carrefour, jusqu’en 2001 était le numéro 2 derrière Walmart, des distributeurs. En 2014, il est sorti du podium et, en 2016, il a même été relégué à la 9e place. Devant lui Amazon, à la 6e place, a fait une percée fulgurante en gagnant 180 en l’espace de 16 ans.

D'autre part, les consommateurs sont de plus en plus soucieux de la qualité des produits, leur traçabilité et souhaitent des circuits courts. En démontre le succès des AMAP (vente directe des producteurs) et autres commerces de proximité.

Virage vers le bio et les circuits courts

D’où le virage entamé par les poids lourds de la distribution. Carrefour a ainsi annoncé vouloir ouvrir, dans les cinq prochaines années, 2 000 magasins de proximité axés sur la bio en France. Le renouveau c’est "une collaboration forte avec le producteur", estime Alexandre Bompart. "La cible ce n’est pas les citadins aisés, la démocratisation du bio est essentielle. Nous devrons être capables de l’offrir à chacun".

Dans ce sillage, Leclerc a également annoncé vouloir ouvrir une centaine d’enseignes spécialisées dans la bio, sous la marque "Le village bio". De son côté, Intermarché s'inspire de la désormais célèbre marque "C’est qui le patron", marque lancée par des consommateurs et qui connaît un réel engouement depuis son lancement. L'enseigne de grande distribution lance la marque "Les éleveurs vous disent merci". Vendue 11 centimes de moins que son concurrent, la brique de lait est pourtant censée rémunérer correctement les éleveurs.

La réputation des distributeurs ternie par les scandales

Reste à savoir si ces changements sont ceux attendus par les consommateurs ou si la grande distribution appartiendra bientôt au monde d’hier. Les scandales à répétition ont considérablement terni leur réputation. Carrefour, Lerclec, Auchan, Intermarché… plusieurs enseignes ont ainsi reconnu avoir vendu du lait infantile possiblement contaminé aux salmonelles malgré la demande de retrait, et le rappel de Lactalis. Plus tôt dans l’année 2017, c’était la pénurie de beurre, due en partie à la grande distribution, qui faisait grandir la méfiance des consommateurs envers les grandes surfaces.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Epicerie pexels erik scheel

Paris, Montpellier, Toulouse... La révolution de la sécurité sociale alimentaire

Entre 100 et 150 euros crédités par personne pour freiner la précarité alimentaire en France tout en encourageant une production locale et durable, voilà l'objectif de la sécurité sociale de l'alimentation. Après Montpellier, Toulouse ou encore Bordeaux, la capitale va expérimenter en 2024 cette...

Ademe devendeur sobriete publicite

Déconsommation subie ou choisie ? La campagne de l’Ademe lance un débat animé en plein Black Friday

Jamais des spots de publicité de l’Ademe n’ont eu autant de visibilité ! Parce qu’ils incitent les consommateurs à se demander s’ils ont vraiment besoin d’un polo de plus, s’il ne vaudrait pas mieux louer ou réparer une ponceuse ou un smartphone, ils ont déclenché une demande de retrait des...

IStock 1459432958 1

Bjorg retire le Nutri-score de ses produits... à deux mois du durcissement des critères

Bye bye le Nutri-score. Bjorg, marque française spécialisée dans le bio, retire cette note nutritionnelle de ses produits. Un retrait qui intervient juste avant le durcissement des critères du Nutri-score à partir du 1er janvier 2024 et qui abaisserait significativement les notes de Bjorg, selon...

Prix vie chere inflation INA FASSBENDER AFP 01

Les tickets-restaurant subventionnant la malbouffe : le gouvernement rétropédale

Le gouvernement prolongera finalement la possibilité d'acheter avec des tickets-restaurant des produits non consommables de suite comme les pâtes, le riz, la viande, les légumes… Cette dérogation, lancée en octobre 2022 devait arriver à échéance à la fin de l'année et limiter l'achat aux plats...