Publié le 10 novembre 2017

SOCIAL

Comment la grande distribution a créé une pénurie de beurre

Alors que la production de beurre a baissé de 3 % en France en 2017, il manque la moitié des mottes dans les rayons des supermarchés. La guerre des prix est en cause. Les cours du beurre ont explosé en un an passant de 2 500 euros par tonne à 6 800 euros, mais la grande distribution n'a pas souhaité revaloriser les prix. Les transformateurs ont donc préféré se tourner vers les pays étrangers pour plus de rentabilité. 

Penurie beurre grande distribution

C’est un record, une pénurie historique de beurre, selon les données publiées par le cabinet Nielsen lundi 6 novembre. "La disponibilité des références de beurre chez les distributeurs continue de chuter drastiquement", expliquent les experts pour qui "le phénomène s’est accéléré à court terme : en moyenne, le taux de rupture atteint même 48 %".

Autrement dit, il manquait la moitié des volumes de beurre dans les rayons des supermarchés. De quoi angoisser quelque peu les Français, très friands de ce produit. La consommation moyenne est en effet de 7 kilogrammes par habitant par an, ce qui fait de la France le premier pays consommateur de beurre.

La grande distribution n'a pas revalorisé les prix 

Plusieurs facteurs expliquent cette pénurie. D'abord, une mauvaise année pour la production de beurre dans le monde, avec une baisse de 3 % en France, notamment due aux mauvaises conditions climatiques. En cause également, une hausse de la demande venue des États-Unis et de la Chine. Depuis la Une du Times réhabilitant le beurre, la consommation y a explosé. En Chine, elle a bondi de 46 %. Parallèlement, les cours du beurre ont considérablement augmenté, passant de 2 500 euros par tonne en avril 2016 à 6 800 en septembre 2017.

 

Mais, cette hausse n’a pas été répercutée sur les tarifs en France. Autrement dit, la grande distribution, qui avait lors des négociations commerciales de février, fixé un prix du lait, et du beurre, avec les producteurs, ne l’a pas revalorisé. En Allemagne par exemple, en un an, le prix du beurre au détail a augmenté de 72 % contre seulement 6 % en France. Certains transformateurs se sont alors tournés vers des pays plus rémunérateurs pour vendre leur production.

Le "juste prix", c'est "3 euros pour 250 grammes de beurre" 

Une situation qui ne satisfait pas les agriculteurs. "On produit autant de beurre qu’en 2016", scandent-ils. Vendredi 3 novembre, ils étaient nombreux à mener des actions dans les grandes surfaces pour dénoncer une "communication mensongère" des grandes surfaces et rappeler le "juste prix" aux clients soit 3 euros les 250 grammes.

"Cet épisode est symptomatique du fonctionnement absurde de la filière laitière et de notre système alimentaire", a déclaré le syndicat Confédération paysanne. "Les paysans et consommateurs devraient subir sans broncher les choix stratégiques des entreprises, opportunistes et court-termistes : aller à l’export ou sur le marché spot, réorienter les fabrications vers les fromages… Tout cela sans aucune concertation démocratie", dénonce-t-il.

En plein États généraux de l'alimentation, "le beurre est un cas d'école" 

Même ton du côté de la FNSEA, premier syndicat du secteur : "En refuser de payer les hausses du prix du beurre, engendrées par l'augmentation de la demande mondiale, la distribution engage un bras de fer, rend les relations commerciales intenables et prend en otage les producteurs et les consommateurs dans un combat d'arrière-garde"

La FNSEA demande aux distributeurs de la cohérence. Lors des États généraux de l'alimentation, les industriels avaient tous déclaré vouloir mieux rémunérer les agriculteurs. Emmanuel Macron a d'ailleurs promis une loi pour que le prix de vente soit fixé en fonction du coût de production et non l'inverse. "Le beurre est un cas d'école ! C'est l'heure de vérité", tranche-t-elle. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Ces marques qui annoncent un tournant de l agroalimentaire

Poulehouse, C'est qui le patron ou Bleu, blanc, ruche... 5 marques qui mettent la responsabilité au coeur de l'agroalimentaire

Le prix bas n'est plus le seul credo du secteur de l'agroalimentaire. Ces dernières années de nouvelles marques ont émergé à l'instar de Poulehouse, la Nouvelle agriculture ou C'est qui le patron. Elles ont montré que des consommateurs étaient prêts à payer quelques centimes de plus pour mieux...

L application mylabel consommer responsable peut detroner yuka

[La vidéo des solutions] MyLabel, l’appli pour consommer responsable qui peut détrôner Yuka

Plus besoin de choisir entre préserver sa santé ou l'environnement en faisant ses courses. L'application MyLabel vous aiguille dans vos achats en fonction des critères sociaux, environnementaux et sanitaires qui vous paraissent le plus important. De quoi vous aider à manger en cohérence avec vos...

Champ de coton dans le gers jean fil

Jean Fil a réussi à créer un approvisionnement en coton 100 % français

Faire pousser du coton dans le Gers : une idée folle ? Pas tant que ça ! Trois agriculteurs, fondateurs de l'entreprise Jean Fil, se sont lancés il y a trois ans. Résultat : ils s'apprêtent à vendre leur deuxième collection de polos, entièrement tissés, teints et confectionnés en France. Et ils vont...

Les cinq infos insolite qui ne sont pas un poisson d avril

Un urinoir pour vaches, un monde à deux minutes de l'apocalypse, les frites en danger... Non, ce ne sont pas des poissons d'avril

Un urinoir pour vaches destiné à réduire les émissions d'ammoniac, un bunker censé sauver les semences en cas de catastrophes naturelles qui prend l'eau, des frites de plus en plus courtes à cause du réchauffement climatique ou encore un monde à deux minutes de l'apocalypse... Pas de poisson d'avril...