Publié le 09 janvier 2018

SOCIAL

E.Leclerc reconnaît avoir vendu des produits Lactalis malgré le rappel en vigueur

Le distributeur E.Leclerc révèle avoir distribué des lots de lait infantiles inerdits dans plusieurs de ses magasins. Ces derniers avait fait l'objet d'un rappel massif, le 21 décembre dernier, sur décision du gouvernement après la découverte d'une contamination à la salmonelle dans l'usine de production de Craon en Mayenne. 


E.Leclerc

Le premier groupe français de grande distribution, E.Leclerc, a reconnu mardi 9 janvier avoir vendu des reliquats de produits Lactalis concernés par le rappel du 21 décembre dans certains de ses magasins.

Malgré l'application de cette mesure de rappel suite à la découverte d'une contamination aux salmonelles, "il apparaît que 984 produits ont malgré tout été vendus après le rappel dans plusieurs magasins", indique dans un communiqué le distributeur, sans localiser les points de vente concernés.

E.Leclerc explique avoir constaté le problème après avoir procédé à "un audit interne de vérification de la bonne application des mesures de retrait des produits de l'entreprise Lactalis" à la suite d'un problème identifié dans le magasin E.Leclerc de Seclin (nord de la France).

Les centres E.Leclerc procèdent à "un audit des procédures afin d'identifier précisément les raisons de ce dysfonctionnement et de mettre en place les mesures correctives nécessaires", ajoute le groupe, qui dit avoir informé "l'administration compétente".

L’usine Lactalis de Craon mise en cause

Le distributeur affirme avoir identifié les consommateurs ayant acheté les produits et "les directions des magasins les contactent actuellement individuellement". Un numéro vert 01.71.53.51.20 a été ouvert.

Le 21 décembre, Lactalis a procédé au rappel de l'ensemble de ses laits et autres produits infantiles produits dans son usine de Craon (Mayenne) depuis février 2017 après la découverte d'une contamination aux salmonelles. Un premier rappel de certains lots de laits infantiles avait été décrété le 2 décembre, puis le gouvernement avait annoncé un retrait massif de produits issus de l'usine de Craon le 10 décembre.

L'ONG Foodwatch appelle à améliorer la transparence sur cette affaire : "Depuis le début, cette affaire est gérée dans la plus grande opacité. On ne sait rien : les rappels ont-ils bien été effectués, en France mais aussi dans les 65 autres pays concernés ? Où sont les lots ? Ont-ils été détruits ? L’Etat s’est-il assuré du suivi des lots potentiellement contaminés par la salmonelle ? Quelles preuves les autorités peuvent-elles fournir aux nombreux parents inquiets ?" 

La bactérie à l'origine de la contamination à la salmonelle de l'usine Lactalis de Craon (Mayenne) est probablement la même que celle qui a frappé le site en 2005, a indiqué lundi l'Institut Pasteur.

La rédaction avec AFP

<div class="indent"></div>
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres