Publié le 26 juin 2018

SOCIAL

Le label AB est mort, vive le label AB !

Le label AB vit-il ses dernières heures ? Le CESE, Conseil économique, social et environnemental, recommande d'en faire un label plus cohérent, éthique et local. Une refonte qui permettrait au secteur bio de ne pas reproduire les dérives de l'agriculture conventionnelle. 

Le CESE recommande dans son dernier avis de faire du label AB un indicateur éthique et local pour répondre à la demande des consommateurs.
Istock / Stevepokey

Un label AB plus cohérent, plus local et plus éthique. Voilà ce que recommande le CESE, le Conseil économique, social et environnemental, dans un nouveau rapport sur la qualité des produits alimentaires. Car depuis la refonte du règlement bio européen en 2010, le label AB n’est qu’un pis-aller.

Sa présence a été maintenue sur les produits alimentaires du fait de sa notoriété auprès des Français, mais en réalité il est désormais aligné sur le cahier des charges que l’Eurofeuille, le label bio européen. Or à l'origine, le label AB était bien plus contraignant que celui mis en place par Bruxelles.

"Clairement le label européen a le mérite faire un pont entre tous les pays, mais il n’est pas assez exigeant", expliquait à Novethic Claude Gruffat, président de Biocoop, enseigne historique du bio. "Il n’est pas dans une démarche RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). C’est du conventionnel sans pesticide. Il peut certifier des tomates cultivées sous serre par des travailleurs sans papiers et sous-payés du sud de l’Espagne".

Les consommateurs ne veulent pas seulement des produits sans pesticide

Pas de garantie de circuit court, de juste rémunération des agriculteurs ni même de saisonnalité. Le label AB ne respecte pas "l’esprit de la bio". Pour le contrer, Biocohérence, un label soutenu par quelques enseignes historiques de la bio, a fait son apparition. Très exigeant, il prend en compte une multitude de critères et pointe un label AB qui "tire vers le bas" la filière.

Mais ce label, existant depuis une dizaine d’années, n’a pas pris l’ampleur attendue. Il s’est limité à une poignée de militants sans jamais se démocratiser. Pourtant, la demande des consommateurs abonde en ce sens, à l'image du développement des réseaux en circuit court comme les AMAP ou la croissance fulgurante de marques responsables, à l’instar de C’est qui le patron qui garantit aux agriculteurs une juste rémunération.

Les consommateurs ne veulent pas seulement des produits sans pesticide, ils souhaitent des produits locaux et justes, quitte à davantage débourser. "Aujourd’hui les consommateurs sont prêts à payer plus, ce sont les entreprises qui ne sont pas prêtes", témoignait David Garbous, directeur du marketing de Fleury Michon.

Ne pas reproduire les dérives du conventionnel

D’où la recommandation du CESE d’ajouter d’autres critères territoriaux, éthiques et sociaux au label AB. Un tel changement serait une révolution pour ce secteur qui change d’échelle avec l’arrivée de la grande distribution… et de ses pratiques si contestées comme la pression sur les prix imposée aux producteurs.

Il permettrait ainsi de ne pas reproduire les dérives qui pèsent aujourd’hui sur les agriculteurs conventionnels. En effet, selon le dernier rapport de l’Observatoire des prix et des marques, en 2017, comme les années précédentes, les prix payés aux agriculteurs ont été "inférieurs à la réalité des coûts de production et n’ont pas couvert la rémunération du travail et du capital".

Le renouveau du label AB pourrait enfin freiner le développement d’une bio à deux vitesses, dont une est plus responsable que l'autre. Les enseignes historiques comme Biocoop et Léa Nature plaident également pour cette refonte qui pourraient les démarquer de la grande distribution. 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Biocoop, Léa Nature... Les acteurs historiques de la bio menacés par l'arrivée de la grande distribution sur leur marché

Les enseignes historiques de la bio comme Biocoop craignent l'arrivée en masse de Carrefour, Leclerc, Auchan ou System U sur leur marché. Pour se démarquer, elles vont mettre en avant leur valeur ajoutée, soit une bio de cohérence basée sur une agriculture paysanne, de proximité et...

Travail sous-payé, pesticides... Les labels bio en perte de crédibilité

Les labels bio répondent-ils vraiment aux attentes des consommateurs ? Certes, l'usage des produits phytosanitaires est interdit mais ni le label européen, ni le tricolore AB n'empêchent la certification de tomates sous-serre vendus à l'autre bout de l'Espagne et cultivés par des...

[INFOGRAPHIE] Carrefour, Biocoop, Casino… à qui profite le bio en France ?

Les produits bio connaissent un vrai boom en France avec 8,3 milliards d'euros de vente en 2017. Carrefour est le premier distributeur, avec 1,3 milliard de chiffre d'affaires, suivi de près par Biocoop, coopérative indépendante et pionnière de la bio. Casino, qui détient Monoprix et...

L'agriculture bio progresse rapidement en France et crée des emplois

L'emploi dans la filière bio augmente en moyenne de 9,5 % par an depuis cinq ans, des agriculteurs convertissent leurs exploitations et les surfaces cultivées s'agrandissent tandis que la consommation de produits bio décolle, a indiqué vendredi l'Agence Bio.

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Collage 01

[À l’origine] L’obsolescence programmée inventée en 1932 pour lutter contre le chômage de masse

Et si l'obsolescence programmée partait d'une bonne intention ? En 1932 le promoteur immobilier Bernard London publie un ouvrage dans lequel il défend l'idée de réduire la durée de vie des objectifs pour sortir de la crise économique dans lequel le pays est enlisé depuis le krach boursier de 1929....

Honte de consommer vetement

Après le flygskam, la honte de prendre l’avion, voici le Köpskam, la honte de consommer

C'est une nouvelle tendance qui nous vient encore une fois de Suède. Après le flygskam, ce sentiment de honte de prendre l'avion pour des raisons écologiques et qui a fait chuter momentanément le trafic aérien suédois, voici le köpskam, la honte d'acheter. Un néologisme qui émerge peu à peu dans la...

Carte cadeau responsable livre

[Bonne nouvelle] Ethi'Kdo, une carte cadeau avec des enseignes 100 % écologiques et solidaires

Vous manquez d'air à l'idée de choisir les cadeaux pour vos proches à Noël ? Ethi'Kdo pourrait bien vous soulager. Cette coopérative vient de lancer une carte cadeau avec des acteurs de la consommation responsable. Label Emmaüs, Rejoué, 1083, WeDressFair... cette carte ne propose que des enseignes...

Charcuterie nitrite

Les nitrites, ennemis numéro 1 dans la charcuterie, ne seront finalement pas taxés

Les députés ne sont pas prêts. Le 24 octobre, l'Assemblée nationale a rejeté un amendement visant à taxer les nitrites dans les charcuteries. Ces conservateurs sont utilisés pour lutter contre le botulisme, mais sont considérés comme cancérigènes probables par l'Organisation mondiale de la santé. Si...