Publié le 22 juin 2018

ENVIRONNEMENT

Les agriculteurs souffrent des prix, mais pas les consommateurs et la grande distribution

Les agriculteurs ne s'en sortent pas. Malgré une hausse de 3 % des prix agricoles en 2017, leurs coûts de production ne sont toujours pas couverts. La grande distribution en profite et les consommateurs aussi. Les consommateurs demandent de plus en plus de qualité, mais n'ont jamais dédié aussi peu d'argent à l'alimentation. 

En France, un agriculteur sur trois vit avec moins de 350 euros par mois.
Pixabay

C’est un constat qui n’est pas nouveau, mais qui est toujours aussi accablant. En 2017, "les prix payés aux agriculteurs ont été à nouveau inférieurs à la réalité des coûts de production et n’ont pas couvert la rémunération du travail ni du capital", résume Philippe Chalmin président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires (OFPM) dans un nouveau rapport publié le 19 juin

Les prix agricoles ont progressé en 2017, mais seulement de 3 % et sur des secteurs précis. La filière du porc par exemple enregistre une hausse des prix de 6 % due à la demande du marché asiatique, celle de la viande de bœuf de 3,6 % et celle du lait de vache, partie de loin, de 13 %. Le reste du paysage est plus morose.

Les marges des distributeurs n'ont pas baissé

"Globalement et en moyenne, les années se suivent et se ressemblent", se désole la FNSEA, premier syndicat agricole. Il appelle à "rééquilibrer le rapport de force dans les relations commerciales et faire cesser cette guerre des prix dont les producteurs paient le prix fort".

Car les marges de la grande distribution non, elles, pas baissé. En 2016, les marges brutes sont passées de 29 à 29,7 % et la marge nette, qui prend en compte les coûts salariaux, les frais financiers et autres charges est estimée à 1,7 % avant impôt. Soit 0,4 point de plus qu’en 2016. La grande distribution grossit surtout ses marges sur les produits transformés dans lesquels les denrées agricoles ont de moins en moins de place. 

"Les consommateurs n'ont jamais aussi peu payé"

"L’alimentation reste le cœur de la rentabilité de la grande distribution", avance Philippe Boyer, coauteur du rapport. Certes, mais "s’il y en a un qui s’en met plein les poches, c’est le consommateur", lance Philippe Chalmin. "Il n’a jamais aussi peu dépensé pour son alimentation et il n’a jamais aussi bien mangé. Le consommateur a l’impression que c’est plus cher, alors qu’il demande plus de service", explique-t-il. Par exemple, se débarrasser de l'huile de palme dans certains produits a un coût, qui n'est pas répercuter les consommateurs. 

Pourtant, certains consommateurs sont prêts à payer plus pour que les producteurs soient mieux rémunérés. En témoigne le succès des marques comme "C’est qui le patron ?" le plus gros succès pour une nouvelle marque depuis 30 ans. Cette dernière, créée par Nicolas Chabanne remet en question le modèle du "prix le plus bas" et remet au goût du jour celui du prix juste. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Pierre Rabhi est mort, mais pas son rêve de "sobriété heureuse"

C’était le pionnier de l’agroécologie, le porte-voix des "Colibris" appelant chacun à "faire sa part" : Pierre Rabhi est mort à l’âge de 83 ans le 4 décembre laissant orphelin les adeptes de la "sobriété heureuse". Après avoir connu une certaine notoriété comme pionnier de l’agroécologie, il avait...

Agriculture pac climat bence balla schottner unsplash 01

La nouvelle PAC, censée verdir l'agriculture européenne, fait polémique

Le Parlement européen a validé la réforme de la Politique agricole commune (PAC) qui fixe les grandes orientations agricoles à partir de 2023 pour quatre années. Dotée d'un budget de 387 milliards d'euros, ce pilier de l’Union européenne a été conçu pour "verdir" l'agriculture. Mais ses détracteurs...

Déforestation Amazonie istock

Malgré les promesses de Jair Bolsonaro, la déforestation en Amazonie n'a pas cessé d'augmenter

La déforestation en Amazonie brésilienne progresse pour la troisième année consécutive, une conséquence directe des politiques menées par le président Jair Bolsonaro. L'observatoire du climat accuse le Brésil d'avoir dissimulé ces conclusions avant la COP26 sur le climat, au cours de laquelle le...

Manifestation agriculture inde Xavier Galiana AFP

La révolte des paysans indiens a payé : le gouvernement annonce le retrait de la très controversée réforme agricole

C’est un moment rare. Le Premier ministre Narendra Modi s’est incliné face à la mobilisation, qui dure depuis plus d’un an, des paysans indiens. Il a annoncé le retrait de sa réforme agricole qui risquait d’obliger les agriculteurs à brader leurs marchandises aux grandes entreprises pour les...