Publié le 18 juillet 2020

POLITIQUE

Les Pays-Bas, petit pays pas très frugal, bloque la relance du modèle européen

Alors que les dirigeants de l'Union européenne se réunissent ce week-end à Bruxelles pour un sommet consacré à la relance économique, les négociations s'enlisent face à la position du Premier Ministre néerlandais Mark Rutte. Petits États aux économies plutôt florissantes, les Pays Bas ou l’Autriche bloquent non seulement le plan de relance européen mais aussi le budget des cinq prochaines années. Leurs motivations : freiner l’utilisation de budget commun par des pays du Sud dont les piètres performances économiques fragilisent l’ensemble pour les Pays-Bas. Ils oublient au passage que leur richesse repose sur un modèle peu compatibles avec le "green deal".

Conseil europe en Mark Rutte Francisco Seco POOL AFP
Mark Rutte défend bec et ongles un modèle économique mondialisé reposant sur des règlementations pas trop contraignantes.
Francisco Seco / POOL / AFP

"Le Royaume des Pays Bas est un État aux revenus supérieurs à la moyenne européenne disposant d’une économie ouverte reposant fortement sur le commerce extérieur", Wikipedia résume bien les caractéristiques du modèle économique néerlandais que défend avec acharnement son premier ministre Mark Rutte en s’opposant aux modalités d’un plan de relance européen et d’un budget dont près d’un tiers pourrait être consacrée au "green deal".

La prospérité néerlandaise doit en effet beaucoup à un modèle pas vraiment frugal sur le plan environnemental. L’agriculture et la pêche intensives y jouent un rôle clef. Les Pays Bas sont le deuxième exportateur de produits agricoles, devant la France. Rotterdam est le premier port européen par lequel transitent plus de 400 millions de tonnes de marchandises par an et près d’un tiers du PIB néerlandais dépend de l’exportation. Mark Rutte défend donc logiquement bec et ongles un modèle économique mondialisé reposant sur des règlementations pas trop contraignantes contre une solidarité européenne favorisant la mise en œuvre d’une transition vers des modèles plus durables.  

Un modèle pas compatible avec le Green deal

Dans le domaine de l’agriculture et de la pêche, les Pays Bas sont parmi les champions du monde de la productivité, spécialistes du poulet en batterie. Seuls 1,6 % des agriculteurs européens sont néerlandais alors que les Pays Bas génèrent 8 % de la production agricole de l’Union (à titre indicatif, en 2007, l’élevage représentait plus de 4000 kilos de viande par an et par habitant). Ils sont aussi d’importants transformateurs de matières premières agricoles et de gros utilisateurs d’huile de palme massivement produit par l’Indonésie qui est, par ailleurs, leur ancienne colonie.  

Le modèle est le même sur la pêche, les Pays Bas exploitant ces navires usines régulièrement dénoncés par les pêcheurs français parce qu’ils pêchent en une journée plus de 250 tonnes de poissons dans la Manche, soit le même volume que cinq de leurs chalutiers en un an ! 

Affrontement entre deux modèles

Si au sein de l’Union Européenne, les Pays Bas-défendent leur modèle, il est bousculé dans le pays par une pression croissante des ONG et de la société civile. Le fleuron pétrolier, Shell, est attaqué devant les tribunaux sur le changement climatique. Le procès lancé par une plainte collective réunissant 17 000 plaignants doit se tenir en décembre 2020. L’agriculture intensive est progressivement remise en cause par la répétition de scandales sanitaires qui ont émaillé la dernière décennie dont celui des œufs contaminés à l’insecticide Fipronil en 2017.

Enfin il n’est pas très surprenant que les Pays Bas soient plus que réticents à la mobilisation massive d’argent public pour sauver d’autres Etats membres en grande difficulté compte tenu de son faible appétit fiscal. Considéré "troisième pire" paradis fiscal par Oxfam juste derrière les Bermudes et les Iles Caïmans dans son étude de 2017, les Pays-Bas sont d’après Alternatives Economiques "les premiers receveurs de profits artificiels" : 20 % des 330 milliards d’évitement fiscal.

Les difficiles négociations qui se déroulent ce week-end à Bruxelles sont bien celles de l’affrontement entre deux modèles que la plupart des analyses présentent comme celui des pays du Nord industrieux qui ne voudraient pas payer pour les pays du Sud empêtrés dans des modèles "non compétitifs". Ces négociations sont en réalité la mère de toutes les batailles pour financer un projet européen qui ferait du Green Deal l’ossature de sa relance pour une économie durable et soutenable. Une idée qui ne fait pas sourire Mark Rutte !

Anne-Catherine Husson-Traore, @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Ministre transition ecologique christophe bechu Geoffroy VAN DER HASSELT AFP

Remaniement : Christophe Béchu prend les rênes d’un ministère de la Transition écologique rétrogradé

Christophe Béchu, ex-LR, remplace Amélie de Montchalin à la tête du ministère de la Transition écologique. Maire d’Angers il tranche avec le profil technocrate de sa prédécesseure. Reste à savoir quel sera son cap alors que la feuille de route n’est pas définie, rendant encore plus brumeux ce...

Legislatives Amelie de Montchalin Alain JOCARD AFP

Législatives : La canicule a dopé l’abstention, pas la place du climat dans une soirée électorale disruptive

La transition écologique version Emmanuel Macron est-elle terminée avant d’avoir commencé ? La défaite électorale de celle qui en avait la charge, Amélie de Montchalin, remet en cause un échafaudage considérablement fragilisé par le recul global du parti du Président de la République. La déclaration...

Legislative premier tour ludovic marin afp

Législatives 2022 : Victoire de l’abstention, défaite du climat

C’est un record sous la Vème République. L’abstention a dépassé les 52 %, une chute de participation qui s’inscrit dans une tendance de fond. La non-campagne législative n’aura pas soulevé les foules alors que les députés sont en première ligne dans la lutte contre le changement climatique. Si les...

Gouvernement macron

Un casting gouvernemental multi-cibles : transition écologique, diversité et souveraineté

Difficile de décrypter le message d’un gouvernement où le principal fait nouveau est le changement radical sur l’éducation confiée à l’historien Pap Ndiaye. Pour le reste c’est un trio de femmes précédemment ministres (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher) qui doivent...