Publié le 13 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

[Vidéo] Un chalutier néerlandais géant accusé d’épuiser les ressources par les pêcheurs français

C'est un navire-usine qui peut pêcher en un seul jour l'équivalent de cinq chalutiers français en un an. Le Margiris, ce bateau de pêche néerlandais et ses 143 mètres de long cristallise les tensions avec les pêcheurs français depuis qu'il a sillonné la Manche. Ces derniers l'accusent d'épuiser les ressources. Et ce n'est pas un cas isolé, d'autres chalutiers géants pêchent dans cette zone, en toute légalité.

Margiris chalutier geant Greenpeace
Le Margiris a été interdit de naviguer dans les eaux australiennes et chiliennes à cause de son impact sur l'économie locale et les écosystèmes marins.
Pierre Gleizes / Greenpeace

143 mètres de long, 18 de large. Cette usine flottante s’appelle le Margiris et c’est le deuxième plus gros bateau de pêche du monde. Début novembre, il était encore en train de sillonner les eaux de la Manche, en face des côtes françaises, à la recherche de poissons pélagiques, vivant près de la surface. Ce mastodonte néerlandais est accusé par les pêcheurs français d’épuiser les ressources.

"Un bateau comme ça n’a rien à faire dans la Manche", déplore dans la Voix du Nord Olivier Leprêtre, patron de chalutier et président du Comité régional des pêches. "Il faut arrêter ça, la Manche, c’est un bras de mer, ce n’est pas l’Atlantique. Avec ce genre de bateau, on va tuer la pêche artisanale". Les chiffres sont éloquents : le Margiris peut, en un seul jour, pêcher 250 tonnes de poissons. C’est l’équivalent de la pêche en une année, de cinq chalutiers français.

"Ils mettent l'océan à sec"

"Ces navires usines mettent l’océan à sec ! On invite encore une fois les pêcheurs qui accusent les phoques des Hauts-de-France de manger trop de poissons, de se pencher plutôt sur le VRAI problème…", ironisait plus tôt l’ONG Sea Shepherd. Et le sujet est pris avec le plus grand sérieux par les présidents des régions concernées mais aussi les députés normands dont l’ancien ministre de l’Agriculture Stéphane Travert.

Dans une lettre commune adressée au ministre Didier Guillaume, ils écrivent : "Alors que les pêcheurs de nos côtes ont su mettre en place un modèle économique pérenne et respectueux de l’environnement, nous ne pouvons tolérer que cet équilibre vertueux mais fragile soit mis en danger". Ils demandent que ces bateaux usines fassent "de toute urgence l’objet d’un contrôle plus strict".

Le Brexit pourrait aggraver la situation

Le Margiris n'est pas un cas isolé. Le Annie Hillina, détenant les mêmes capacités de pêche, a aussi été aperçu dans les eaux britanniques en novembre. D’autres chalutiers géants les ont remplacés après leur départ. Malgré les sollicitations des pêcheurs locaux, Didier Guillaume a rappelé à l’AFP que la présence de ces navires " peut susciter (…) l’émotion des communautés littorales", mais "leur activité est totalement conforme aux accords de la politique commune des pêches". Il garantit toutefois que ces bateaux feront l’objet "de la vigilance des services de contrôle"

D’autant que la situation pourrait se détériorer en cas de "no deal" avec le Brexit. Aujourd’hui, comme le rappelle le Figaro, les États européennes partagent leurs eaux territoriales. Si le Royaume-Uni venait à sortir de l’UE, les bateaux qui sillonnent la Manche se rabattraient irrémédiablement dans les eaux françaises, à moins d’un accord particulier entre les chalutiers et le Royaume-Uni.   

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Amazonie deforestation gryffyn m on Unsplash

Jour du dépassement : l'humanité a consommé en sept mois toutes les ressources que la planète produit en un an

Le Jour du dépassement tombe cette année le 29 juillet. Cela signifie qu'à partir de ce jour, l'humanité a déjà utilisé l'ensemble des ressources produites par la planète en une année et puise désormais dans les réserves. La date revient à son niveau de 2019 après avoir reculé d'un mois en 2020 en...

IStock @vlad61 Grande barrière de corail

La Grande barrière de corail échappe à son inscription dans les sites "en péril" de l’UNESCO

La Grande barrière de corail ne sera pas inscrite sur la liste des sites "en péril" du patrimoine mondial de l'Unesco, malgré les recommandations des experts. Par crainte de perdre les milliers de touristes, l'Australie a fait campagne auprès des membres du Comité réunis en Chine fin juillet pour...

Satellite bois Wisa Woodsat ArcticAstronautics

Le premier satellite en bois va bientôt s’envoler vers l’espace

Aller là où aucun arbre n’a jamais posé sa racine. C’est l’un des exploits que va réaliser Wisa Woodsat, le premier satellite quasiment entièrement en bois. L’objectif est de tester la résistance et la fiabilité de cette matière, et en particulier du contreplaqué. Le lancement prévu pour la fin de...

Volvic eau minerale Pauline Fricot

À Volvic, l’accès à l’eau fait des remous face au réchauffement climatique

À Volvic, la nappe phréatique s'est vidée de 30% depuis les années 80. Alors que le géant de l'eau minérale, Volvic, propriété de Danone, puise sa ressource dans les réserves du territoire, un pisciculteur est contraint de faire cesser son activité par manque d'eau. L'entreprise maintient qu'elle...