Publié le 21 juin 2018

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Premier procès aux États-Unis contre Monsanto et son Roundup

Nouveau chapitre dans l'histoire controversée de Monsanto. Le premier procès sur l'utilisation du Roundup, son principal herbicide, vient de s'ouvrir aux États-Unis. Le groupe encourt des énormes sommes de dommages et intérêts aux victimes de cet herbicide dont le principal agent actif est le glyphosate. 

L'Union européenne a renouvelé pour 5 ans la licence du glyphosate, principal agent actif du désherbant Roundup de Monsanto.
@Alexandros Michailidis/SOOC

Le géant de l'agrochimie va-t-il devoir payer d'énormes sommes de dommages et intérêts aux victimes du Roundup ? Le premier procès autour de possibles effets cancérigènes de cet herbicide controversé contenant du glyphosate, vient d'ouvrir aux États-Unis. Il pourrait avoir des conséquences sur des centaines, voire des milliers, de procédures judiciaires en cours.

A 46 ans, Dewayne Johnson, père de deux enfants, est atteint d'un cancer en phase terminale. Pour lui, c'est à cause du RoundUp, qu'il a répandu à partir de 2012 pour désherber des terrains appartenant au district scolaire de Benicia, au nord-est de San Francisco, explique à l'AFP son avocat Timothy Litzenburg.  Ce dernier représente des centaines de personnes s'estimant également victimes du glyphosate, une substance qui fait l'objet d'études contradictoires quant à sa dangerosité.  

"Une grosse partie de son travail consistait à répandre du RoundUp et du Ranger Pro [un autre désherbant au glyphosate] 20 à 40 fois par an, parfois des centaines de gallons (3,8 litres) à la fois", précise Me Litzenburg. 

Reconnu cancérogène problable par l'OMS

Très utilisé dans le monde entier, le glyphosate a suscité une vive controverse scientifique. Elle s'appuie sur l'étude du Centre international de recherche sur le cancer, un organe de l'OMS, qui l'a classé "cancérogène probable" en 2015, contrairement aux agences européennes, l'Efsa (sécurité des aliments) et l'Echa (produits chimiques).

Le glyphosate est particulièrement controversé en Europe. Après la décision de l'Union européenne en novembre de renouveler la licence de l'herbicide pour cinq ans, le gouvernement français s'est récemment engagé à cesser d'utiliser cette substance d'ici 2021, sans pour autant inscrire l'interdiction dans la loi.

Monsanto, qui vient d'être racheté par l'allemand Bayer, a toujours nié tout lien entre maladie et glyphosate, une substance classée comme cancérigène par la Californie. "Plus de 800 études scientifiques, l'agence américaine pour la protection de l'environnement, des instituts chargés de la santé publique et des régulateurs dans le monde entier ont conclu que le glyphosate est sans danger d'utilisation et ne provoque pas de cancer", a fait valoir le groupe dans une déclaration écrite à l'AFP.

Des milliers de procédures en cours 

La plainte de M. Johnson est la première du genre à arriver jusqu'au procès, ont expliqué les deux parties, ainsi que l'ONG anti-pesticides Pesticide Action Network North America, en raison de l'état de santé du plaignant. La loi californienne permet en effet une procédure accélérée en cas de décès imminent.

"Monsanto a volontairement trompé le public à propos de la (dangerosité) du RoundUp depuis des décennies", a estimé auprès de l'AFP une membre de cette ONG, Linda Wells. "Si M. Johnson gagne ce procès, ce sera un énorme coup porté à l'industrie des pesticides toute entière", a-t-elle ajouté. Selon des médias américains, il existe des milliers de procédures en cours contre Monsanto aux Etats-Unis, à divers degrés d'avancement.

La Rédaction avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

GOUVERNANCE D'ENTREPRISE

Entreprises controversées

Quand elles commettent des violations graves et répétées de conventions internationales, les entreprises sont dites controversées. Cela signifie qu’elles peuvent être mises sur des listes noires d’investisseurs et attaquées par des ONG sous des formes diverses.

BIRMANIE TOTAL Stephane Ferrer Yulianti Hans Lucas Hans Lucas via AFP 01

Total et la Birmanie : une si longue controverse !

Le titre de l’annonce est sobre : Total se retire du Myanmar. Le groupe pétrolier dont la présence en Birmanie a été attaquée pour violation des droits humains dès le début, évoque un double motif pour justifier son retrait : ne plus "apporter une contribution positive suffisante au pays" et ne pas...

Sanofi Istock HJBC

Depakine : le tribunal estime que Sanofi a commis une faute et valide le principe d’une action de groupe

Le tribunal judiciaire de Paris a estimé, mercredi 5 janvier, que Sanofi avait commis une faute en manquant à ses obligations d’information sur les risques pour le fœtus qu’impliquait la prise de Dépakine chez la femme enceinte. Ce médicament qui soigne l’épilepsie et les troubles bipolaires fait...

Meta Facebook CHRIS DELMASAFP

Comme d’autres entreprises avant lui, Facebook change de nom pour faire oublier les controverses

Ne l'appelez plus Facebook. La maison mère d'Instagram, WhatsApp ou encore Messenger vient d'être rebaptisée Meta par son fondateur Mark Zuckerberg. Ce changement de nom doit, selon lui, guider le groupe vers le "metavers", un futur univers ultra-immersif qui s'appuie sur de la réalité virtuelle....

Cigarette philip Morris DR

Philip Morris France se dote d’une raison d’être : permettre aux fumeurs d’arrêter de fumer

Philipp Morris France s'est doté d'une raison d'être qui pourrait en surprendre plus d'un : "Se mobiliser et innover pour permettre aux fumeurs adultes d’arrêter la cigarette en faisant de meilleurs choix". Ce rôle social sera inscrit dans ses statuts et engage l’entreprise vis-à-vis de ses parties...