Publié le 22 octobre 2020

ENVIRONNEMENT

[Élection US] Aux premières loges de la crise climatique dans la Silicon Valley, les GAFAM misent désormais sur le climat

Ravagée par les incendies depuis plusieurs années déjà, en Californie, la Silicon Valley, siège des géants du numérique, commence à prendre la mesure du changement climatique. Face à l’inertie présidentielle et poussés par les ONG et leurs salariés, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), multiplient les engagements et veulent faire de la Climate tech l’or noir de demain. Mais sans toujours convaincre.

GAFAM CLIMAT
Face à l’inertie présidentielle et poussés par les ONG et leurs salariés les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) multiplient les engagements.
montage photo BH

En août, la photo a fait le tour du monde : San Francisco, ville symbole de la Silicon Valley où siègent les géants du numérique, est baignée dans un ciel orange apocalyptique, embrumée dans les fumées des incendies alentours. Il va falloir s’y faire, c’est la quatrième année consécutive que la zone californienne subit canicules et feux géants avec la pollution, les coupures d’électricité, les destructions de maisons, la précarisation sociale et de nombreuses victimes pour corollaires.

Ces évènements sont un "rappel de la gravité du changement climatique et de ses enjeux", assure Tim Cook, le patron d’Apple. Un message direct adressé au président américain qui balaye depuis le début de son mandat le lien entre les deux phénomènes allant jusqu’à expliquer aux habitants que cela "finira par se refroidir". Comme Apple, la plupart des géants du numérique ont choisi de s’afficher pour la lutte contre le changement climatique et contre les positions présidentielles sur le sujet. Google, Microsoft, Facebook et Apple se sont ainsi publiquement exprimés pour que les États-Unis restent dans l’Accord de Paris dénoncé par Donald Trump.

La pression des salariés

Être aux avant-postes des premières conséquences très visibles de celui-ci n’y est sans doute pas pour rien. Mais la pression de leurs consommateurs, investisseurs et salariés non plus. Depuis deux ans Google, Microsoft ou Amazon sont la cible d’activistes à l’extérieur comme à l’intérieur de l’entreprise pour leur demander de faire plus en matière climatique. Cela a payé.

Facebook et Apple s'engagent à être neutres en carbone dès 2030, en réduisant leurs émissions de 75 % à cette échéance et en compensant le reste. Google a engagé son entreprise à devenir "carbon free" en n’émettant plus de CO2 d’ici 2030 et Microsoft souhaite devenir "carbon negative" en éliminant plus de carbone que n’en émet l’entreprise d'ici 2030. Amazon vise, lui, la neutralité carbone à 2040 grâce notamment à des solutions technologiques financées par un fonds d’investissement doté de 2 milliards de dollars.

Pour les GAFAM, ces engagements sont aussi des vitrines pour de nouveaux produits et services de la Climate tech, la technologie au service du climat basée sur l’intelligence artificielle et les énergies renouvelables notamment. Un marché appelé à grossir très fortement et très rapidement.

Un engagement qui demande encore à gagner en crédibilité

Les géants du numérique peinent pourtant à convaincre de la réalité et de l’efficacité de leurs intentions. D’une part parce que le numérique est responsable de près de 4% des émissions de gaz à effet de serre mondiales et que leur contribution au changement climatique est appelée à augmenter au fur et à mesure de la digitalisation de l'économie. Netflix engloutit par exemple à lui seul 25% de la bande-passante en France et 15% dans le monde.

D’autre part, les GAFAM sont taxés d’hypocrisie sur leurs engagements. Google notamment s’est illustré pour avoir fait des donations financières conséquentes à une douzaine d’organisations climato-sceptiques combattant activement les projets de loi en faveur de plus d’écologie aux États-Unis. Le dernier dérapage en date concerne Facebook. Alors que le réseau social dit interdire les fake news et s’engage "à lutter contre le changement climatique", il a diffusé une cinquantaine de publicités niant le lien entre les activités humaines et le changement climatique sur les six premiers mois 2020. Des vidéos vues plus de 8 millions de fois et qui permettent à "la désinformation sur le climat" de se répandre selon la sénatrice démocrate un temps candidate à la présidentielle, Elizabeth Warren.

Certains, comme le journaliste américain Brian Khan, craignent une "amazonification de l'action climatique" ou le fait que la lutte contre cet immense défi mondial soit délaissé par les États au profit du bon vouloir des entreprises et de leurs dirigeants.

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

+50°C en Australie, +43°C en Argentine, +44°C en Uruguay : la planète brûle

Une chaleur étouffante s'abat dans l'hémisphère sud, de la côte ouest de l'Australie jusqu'à l'Argentine, en passant par l'Uruguay où un nouveau record vient d'être battu. Les températures dépassent la barre des 40°C, voire même des 50°C comme ce fut le cas en Australie, menaçant la santé des...

Travail en groupe reflexion transition empreinte carbone collaboration istock dorian2013

Climat : MyCO2 propose de se sevrer des énergies fossiles sur le modèle des Alcooliques Anonymes

Et si la solution pour passer à l'action était de faire ça en groupe. C'est le pari de Carbone 4, qui vient de lancer MyCO2. Le cabinet spécialisé dans la transition écologique propose des conférences interactives assez courtes et gratuites pour permettre à chacun de calculer sa propre empreinte...

Inondations riviere pixabay

Le coût des catastrophes climatiques en France pourrait doubler d'ici 2050

Des sécheresses plus fréquentes, des inondations plus coûteuses et une facture qui pourrait doubler sur les trente prochaines années, si on prend le scénario le plus pessimiste. C'est le panorama que dresse la Fédération française de l'assurance (FFA) pour l'avenir. Le réchauffement climatique est...

Temperature chaleur italie Antonio Masiello GETTY IMAGES EUROPE Getty Images via AFP

Changement climatique : Les sept dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, et ce n’est que le début

2021 ne fait pas exception et se place parmi les années les plus chaudes alors que nous battons des records depuis 2015. La température moyenne mondiale par rapport à l'ère pré-industrielle a déjà augmenté de 1,1 à 1,2°C. Les conséquences sont déjà visibles et vont encore s'accentuer. Des chercheurs...