Publié le 14 septembre 2020

ENVIRONNEMENT

États-Unis : les feux en Californie imposent (enfin) le climat dans la campagne présidentielle

La question climatique prend de plus en plus sa place comme un thème majeur de la campagne présidentielle américaine. Alors que des incendies géants ravagent les forêts américaines, Donald Trump et son rival démocrate, Joe Biden, s’opposent sur les causes de ces feux et mettent le changement climatique au centre des préoccupations politiques, une première dans l’histoire du pays.

Donald Trump White house
Les feux en Californie imposent le climat dans la campagne présidentielle
@WhiteHouse

En Californie, le président des États-Unis est attendu de pied ferme par les élus locaux, démocrates. Après dix jours d’incendies sans précédents qui ravagent l’ensemble de la côte ouest américaine, Donald Trump a finalement modifié son agenda de tournée électorale pour se rendre dans cet État aux mains de l’opposition, dévasté par les feux de forêts. Mais son discours sur les causes et l’ampleur des dégâts - les incendies ont détruit deux millions d’hectares de forêts et provoqué la mort de 27 de personnes -, a relancé le débat politique autour de l’importance du changement climatique.

"Mauvaise gestion forestière" contre "feux climatiques"

Le 8 septembre dernier, alors que le ciel de San Francisco orangé et vicié par les flammes faisait la Une des journaux, le chef de l’État vantait son bilan environnemental. "Nous avons actuellement l’air le plus pur que nous ayons jamais eu dans ce pays", déclarait-il alors que Portland, Seattle et San Francisco affichaient les taux de pollution les plus élevés du monde selon le classement de la société IQAir. Dimanche, le Président récidivait en assurant que les incendies étaient dus à une simple mauvaise "gestion forestière" et ce alors que les experts et élus démocrates parlent depuis quelques jours déjà de "feux climatiques". "C'est juste un mensonge énorme et dévastateur. [Ces incendies] sont les conséquences du réchauffement de la planète qui ont des impacts énormes sur l'Amérique", a déclaré Jeff Merkley, le sénateur de l'Oregon, à ABC News.

 

 

Outre ces feux "apocalyptiques", le pays fait déjà face aux conséquences du changement climatique avec des canicules, des ouragans majeurs de plus en plus fréquents, des incendies dévastateurs et des crues records. Au point que l’opinion publique américaine, moins préoccupée par le changement climatique que le reste du monde (avec 10 à 20 points d’écart selon un sondage 2020 du Pew Research Institute), commence à basculer. Près de 60 % des Américains considèrent désormais qu'il s'agit d'une menace sérieuse, une hausse de 17 points en six ans. Mais c’est surtout le clivage politique qui est marquant : 27 % des Républicains disent que le changement climatique est une menace majeure, contre 83 % des Démocrates.

Un sujet électoral décisif pour un quart des Américains

Avec 25 % d’Américains qui déclarent faire leur choix électoral en fonction du programme sur le changement climatique, le thème commence à être porteur. Une première. "Il n'avait jamais été auparavant l'un des sujets majeurs pour la base d'un des deux grands partis politiques", souligne Anthony Leiserowitz, chercheur à l'université de Yale, à l’AFP. Côté Républicains, de plus en plus d’élus et votants ont délaissé leur discours climato-sceptiques. Malgré plusieurs dérapages et un manque de conviction évident, Donald Trump lui-même ne parle plus du changement climatique comme un canular et adopte une posture de défenseur de l’environnement. Mais le parti démocrate en fait lui un vrai sujet de différenciation.

Joe Biden a en fait un point central de son programme de campagne, "Build Back Better" ("Mieux reconstruire"). Son ambition : la neutralité carbone en 2050 grace notamment à des investissements massifs de milliers de milliards de dollars dans les énergies renouvelables, la construction bas carbone, la mobilité électrique et le retour dans l’Accord de Paris… "Des investissements gagnants-gagnants" pour le pays qui y gagnera des emplois et des réductions de coûts énergétiques, assure ainsi le candidat qui doit convaincre des atouts économiques de son programme face à un Donald Trump qui peut afficher un certain succès en la matière.

S’il est devenu un vrai thème de campagne, le climat ne devrait donc pas suffire à départager les candidats. Car le sujet coexiste avec la montée en puissance des problématiques sociétales comme le racisme mais aussi sociales, sanitaires et économiques avec la crise du Covid-19 qui poursuit ses ravages sur la santé et les inégalités de la population américaine.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud  


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Climat pression deputes iStock ndrii Yalanskyi

Loi Climat et résilience : les forces qui vont peser dans le débat parlementaire

Les députés vont débattre des 69 articles de la loi Climat et résilience à partir de ce lundi pour un examen en plénière le 29 mars. Le gouvernement espère un vote définitif avant la fin de l’été. Mais les députés auront fort à faire : plus de 5 000 amendements ont été déposés. La conséquence d'un...

Decouplage croissance et environnement croissance verte decroissance istock

Pour atteindre nos objectifs climatiques, il faut renoncer à la croissance, prévient l’Agence européenne de l'environnement

Cette fois c'est l'Agence européenne de l'environnement, que l'on peut difficilement taxer de décroissante, qui lance le débat. Dans une note publiée en janvier, elle estime que le découplage entre croissance économique et pressions sur l'environnement semble peu probable. Dès lors, elle appelle les...

Boris Johnson COP26 040220 COP26

COP26 : le Royaume-Uni "fera tout" pour qu’elle se tienne en présentiel

Alors que la pandémie limite encore les déplacements à travers le monde, la présidence britannique de la COP26 a annoncé s'organiser pour maintenir le sommet international en présence physique. L'évènement, qui devait avoir lieu en 2020, a été décalé d'un an pour des raisons sanitaires. Cette 26ème...

Rencontre Castex 150 convention XoseBouzas HansLucas AFP

[Édito] Convention citoyenne pour le climat : une vraie avancée et beaucoup de limites

La Convention citoyenne pour le climat, avec ses 150 citoyens tirés au sort pour réfléchir à la baisse des émissions de CO2 de la France, va maintenant laisser le fruit de ses travaux au Parlement. L'évènement a largement mobilisé le pays sur les questions environnementales. Une réussite, toutefois...