Agence française pour la biodiversité (AFB)

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a créé l’Agence française pour la biodiversité, qui lui est rattachée, au travers de la loi sur la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages du 8 août 2016. Avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), elle constitue le deuxième acteur environnemental public. L’agence sur la biodiversité regroupe quatre établissements auparavant distincts : l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA), l’Atelier technique des espaces naturels (ATEN), l’Agence des aires marines protégées (AAMP) et les Parcs nationaux de France (PNF).

En collaboration avec des organismes publics comme privés, l’Agence apporte sa contribution dans la mise en pratique des politiques publiques dans la sensibilisation du public, la connaissance et la gestion améliorée de la biodiversité, dans les écosystèmes tant terrestres que marins. Composée de 1200 agents sur l’ensemble du territoire français (DOM-TOM compris), elle gère à ce titre plusieurs parcs naturels marins et un sanctuaire de mammifères marins, mais dirige et anime aussi la moitié des sites marins du réseau européen Natura 2000. L’Agence réalise huit missions :

  • Organiser et développer les connaissances et les savoirs : production et collecte de données, mise en place du système d’information sur les milieux marins, contribution et coordination du système d’information sur la nature et les paysages, mais aussi campagnes diverses.
  • Appuyer la mise en œuvre des politiques publiques européennes, nationales et régionales liées à la diversité, et renforcer la présence française sur les questions de la biodiversité.
  • Gérer des espaces protégés et appuyer les autres gestionnaires, notamment les gouvernements locaux.
  • Apporter conseil et expertise aux acteurs socio-professionnels au cours des étapes multiples du développement de projet et par le soutien à des programmes de R&D des entreprises mais aussi du milieu associatif.
  • Apporter des soutiens financiers à des actions partenariales qui défendent la biodiversité et assurent une gestion équilibrée de la ressource en eau. Ses soutiens sont amenés à s’élargir progressivement.
  • Mobiliser et sensibiliser la société, notamment au moyen des réseaux d’éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD).
  • Former et structurer les métiers de la biodiversité (et des services écosystémiques), en soutenant la formation professionnelle, initiale comme continue.
  • Vérifier le respect de la réglementation relative à la protection de la biodiversité au travers d’actions de police administrative et judiciaire.

À l’image d’autres organismes comme par exemple le Conseil économique, social et environnemental (CESE), le conseil d’administration se compose de 43 membres de compétences et de milieux variés : représentants étatiques, députés, sénateurs, acteurs de la société civile, experts en biodiversité, monde associatif et de l’entreprise. Le président d’honneur de l’Agence est l’astrophysicien Hubert Reeves.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

La loi biodiversité définitivement adoptée, les néonicotinoïdes finalement interdits

Après plus de 27 mois de débats chahutés et marqués par un lobbying intense, les députés ont définitivement adopté mercredi soir le projet de loi biodiversité et la proposition de loi organique relative à la nomination à la présidence du conseil d’administration de l’Agence française pour...

Loi sur la biodiversité : avancées et reculs après l'adoption par le Sénat

La loi sur la biodiversité vient d’être adoptée en première lecture au Sénat. Pas moins de 674 amendements ont été débattus pendant cet examen. Parmi les principaux points adoptés, de nouveaux recours juridiques possibles face à la destruction de l'environnement. Mais la pêche en eaux...

Loi sur la biodiversité : la France encadre le partage des avantages tirés de l’exploitation des ressources génétiques

Loi sur la biodiversité : la France encadre le partage des avantages tirés de l’exploitation des ressources génétiques

Un volet de la loi sur la biodiversité encadre désormais le partage des avantages tirés de l’exploitation des ressources génétiques sur le territoire français. L’enjeu est de contrôler l’accès à la biodiversité exceptionnelle des territoires d’outre-mer et du domaine maritime français (le...


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable