Publié le 26 septembre 2019

SOCIAL

L'application star Yuka fait bouger les lignes : Intermarché va modifier plus de 900 recettes mal notées

C'est une annonce qui confirme l'influence grandissante de Yuka. Le géant de la grande distribution, Intermarché, va modifier plus de 900 recettes mal notées sur cette application star téléchargée par plus de 11 millions de Français. Le but est de retirer près de 150 additifs en 18 mois. Une pression accrue sur les fournisseurs et un signe que la transparence fait bouger les lignes. 

Yuka fait bouger les lignes
Près de 11 millions de Français ont téléchargé l'application Yuka qui, en un seul clic, classe les produits selon leur composition.
Yuka

Depuis son lancement, il y a deux ans, Yuka a pris de la place dans les foyers. L’application star des produits alimentaires compte désormais plus de 11 millions d’utilisateurs en France. Il faut dire qu’elle a tapé dans le mile : à moins d’être un expert, il est difficile de comprendre la composition des aliments que nous mangeons au quotidien. Yuka nous mâche le travail et indique, en un clic, si le produit est excellent, bon ou médiocre.

Son influence a pris une telle ampleur qu’elle vient de faire bouger un géant de la grande distribution. Intermarché a annoncé la modification de 900 recettes de ses marques distributeurs mal notées sur Yuka. "Cette application est vraiment rentrée dans les usages et deux tiers des Français, en voyant les résultats, ont abandonné une marque ou un produit. Cela nous oblige aujourd’hui à nous prendre en main et à être très responsable", a expliqué lundi 16 septembre Thierry Cotillard, président d’Intermarché, sur BFM Business. En "scannant tous ses produits", le distributeur a ainsi identifié 900 produits où il "peut mieux faire".

Des fournisseurs sous pression

L’enseigne se donne 18 mois pour bannir 142 additifs différents de ses recettes. Un "chantier incroyable, colossal", estime le président. C'est d'autant plus vrai pour les fournisseurs, qui doivent trouver le moyen de se passer de ses additifs, sans changer le goût ou la texture. La plupart du temps, eux-mêmes achètent des matières premières qui contiennent les additifs à éliminer. "La suppression de certains additifs pose des problèmes techniques et impose une meilleure gestion de la supply chain", témoigne à l’Usine Nouvelle François Couvez, responsable R & D Des délices du Valplessis qui fournit des millions de litres de crème glacée par an au groupe Agromousquetaires.

Pour Yuka en tout cas, cette nouvelle sonne comme une victoire. "Nous espérons que d'autres industriels feront de même, même si nous observons déjà de plus en plus de changements dans les compositions des produits (suppression d'additifs controversés, réduction du taux de sel ou de sucre, etc.)", raconte Ophélia Bierschwale, associée chez Yuka, "Les industriels ont pris conscience que les Français réclament plus de transparence et surtout des produits plus sains. Ils sont généralement dans une démarche constructive."

Les industriels contre attaquent

Si Yuka affirme ne pas avoir collaboré avec Intermarché, l’équipe a accepté que l'enseigne utilise les codes-barres test pour faire des simulations et voir quelle note aurait les produits en cours d’élaboration. "La mission de Yuka est avant tout d'aider nos utilisateurs à déchiffrer les étiquettes pour qu'ils puissent consommer de manière plus éclairée. Mais nous souhaitons également pousser les industriels à proposer une meilleure offre de produits. C'est ce qui est en train de se passer aujourd'hui au travers de cette annonce, ce qui est très positif", souligne Ophélia Bierschwale.

Si Intermarché semble jouer le jeu, les industriels et distributeurs voient pourtant d’un mauvais œil cette application, même si les critiques frontales se font rares. Face à une mesure jugée "simpliste", plusieurs d’entre eux ont décidé de lancer leur propre application. Système U par exemple a lancé "Y’a quoi dedans ?". L’ANIA, la Fédération nationale des industriels de l’alimentaire, a annoncé le 23 novembre dernier travailler une base de données baptisée "Num-Alim" qui pourrait être convertie, à terme, en application. Mais au vu de la méfiance des consommateurs à l’égard des distributeurs et industriels, il n’est pas certain que ces nouveautés rencontrent le succès de Yuka. 

Marina Fabre, @fabre_marina 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Le commerce en ligne profite aux geants

Avec le Coronavirus, le commerce en ligne explose, pour le meilleur et pour le pire

Alors que le commerce en ligne enregistre une ascension extraordinaire du fait du confinement, ce sont essentiellement les grands distributeurs comme Amazon, Fnac, Carrefour, Intermarché... qui tirent leur épingle du jeu. Si certains petits commerçants de secteurs non vitaux ont préféré stopper...

De la difficulté de concilier confinement et business chez Amazon

Ce mercredi 1er avril, la CGT a annoncé qu’un salarié du groupe Amazon se trouve en réanimation des suites du coronavirus. Depuis l’annonce du confinement en France, de nombreux salariés ont décidé d’exercer leur droit de retrait alors que plusieurs cas de coronavirus ont été détectés dans des...

Filiere textile relocalisation coronavirus

[Coronavirus, le jour d’après] Relocaliser la filière française textile, un enjeu environnemental et social

L'industrie textile a été lourdement affectée par le Coronavirus dont l'épidémie a commencé en Chine, l'atelier du monde. L'importance de relocaliser la filière française, de la production de matières premières écologiques comme le lin à la fabrication de vêtements, n'a jamais été aussi mise en...

Patriotisme alimentaire distributeurs france

Les distributeurs s'engagent à acheter français après la fermeture des marchés en raison du Coronavirus

C'est un coup dur pour les agriculteurs. Face au risque de propagation du Coronavirus, le Premier ministre a interdit les marchés en plein air. La FNSEA, principal syndicat agricole, négocie avec les préfets et maires pour obtenir des dérogations. En attendant, avec Bruno Le Maire, ellea demandé à...