Publié le 04 juillet 2019

SOCIAL

Act for food : au-delà des discours, Carrefour veut "crédibiliser sa démarche durable"

Comment dépasser les accusations de greenwashing ? En prenant des engagements concrets pour la rémunération des producteurs, l'alimentation bio, les substances controversées. Avec l'opération Act for food, Carrefour veut devenir le leader de la transition alimentaire et renouer la confiance avec les consommateurs. Ses objectifs sont autant de gages de crédibilité qu'il entend mettre en avant. Une question de survie pour un secteur dont l'image auprès des consommateurs est de plus en plus mauvaise.

Laurent Vallée, Secrétaire général de Carrefour, lors du Positive Investors Forum 2019 de Novethic.
@Novethic / AFP-Services

Difficile aujourd’hui, quand on est distributeur, de ne pas être accusé de greenwashing ou de socialwashing. Surtout quand, à longueur de publicités, la grande distribution promet aux consommateurs du "bien-être animal", "bien manger", "sans pesticide", "sans conservateur", "sans antibiotique". Mais cela ne signifie pas que des avancées concrètes sont engagées. C’est le sens de l’opération Act For food lancé en septembre 2018 par Carrefour.

Le distributeur, qui entend devenir le leader de la transition alimentaire, s’est fixé des objectifs concrets : garantir du bio 100 % français pour les produits de la marque, exclure 100 substances controversées de leurs produits, accompagner 500 agriculteurs à la conversion au bio, supprimer les traitements antibiotiques, etc. Des engagements qui permettront de renouer la confiance avec le consommateur.

Se renouveler pour survivre

"Le modèle assez uniforme des supermarchés est aujourd’hui contesté et doit profondément évoluer sous la pression de la révolution digitale, des comportements de consommation et de production", explique, lors du Positive Investors Forum de Novethic, Laurent Vallée, secrétaire général de Carrefour, "Nous voulons accompagner cette transformation en rendant les produits que veulent les consommateurs - de plus en plus bio, "sans" et de qualité - accessibles. Tout en travaillant sur la juste rémunération des producteurs, la réduction des emballages…"

Cette transformation est une question de survie pour les distributeurs. C’était d’ailleurs le constat qu’avait établi Alexandre Bompard, PDG du groupe, lors de l’annonce de la suppression de postes en février 2018. "Carrefour n’a pas suffisamment évolué avec ses clients", avouait-il. Les consommateurs se détournent de plus en plus des hypermarchés, dont ils se méfient, privilégiant les drive, enseignes bio ou petits producteurs.

"Le programme Act For food est un ensemble d’actes qui ne sont pas des engagements commerciaux mais des engagements pour crédibiliser la démarche durable de Carrefour", souligne Laurent Vallée. L’enjeu est d’en finir avec la guerre des prix, qui a provoqué une réelle crise agricole, pour miser sur la qualité comme critère de différenciation et de valeur ajoutée. "Il faut qu’on réussisse l’exercice de conciliation, qu’on ne soit pas un frein pour nos clients et que ce soit performant commercialement", note le secrétaire général de Carrefour.

Carrefour s'entoure des acteurs de l'alimentation responsable

Changer l’image de la grande distribution est un travail de longue haleine. Mais Carrefour s’est bien entouré. En septembre, Alexandre Bompard a créé un "comité d’orientation alimentaire" dans lequel siège des acteurs de l'alimentation responsable incontournable comme Lucie Bash, fondatrice de Too Good To Go ou Maxime de Rostolan, fondateur de Fermes d’Avenir. Ils sont chargés de challenger Carrefour. Mais aussi d’inspirer la grande distribution des pratiques responsables émergentes.

Myriam Bouré, cofondatrice d'Open Food France, également membre du comité, est par exemple en train de proposer un projet à Carrefour s’inspirant des supermarchés coopératifs. "Dans ces espaces, les consommateurs ont leur mot à dire sur les produits mis en rayon. Il y a un cahier des charges. L’idée serait que Carrefour ne soit plus le seul à décider quel produit mettre en rayon", explique-t-elle. Une expérimentation, parmi d'autres, que Carrefour pourrait mettre en place pour se renouveler.

Marina Fabre, @fabre_marina et Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Le commerce en ligne profite aux geants

Avec le Coronavirus, le commerce en ligne explose, pour le meilleur et pour le pire

Alors que le commerce en ligne enregistre une ascension extraordinaire du fait du confinement, ce sont essentiellement les grands distributeurs comme Amazon, Fnac, Carrefour, Intermarché... qui tirent leur épingle du jeu. Si certains petits commerçants de secteurs non vitaux ont préféré stopper...

De la difficulté de concilier confinement et business chez Amazon

Ce mercredi 1er avril, la CGT a annoncé qu’un salarié du groupe Amazon se trouve en réanimation des suites du coronavirus. Depuis l’annonce du confinement en France, de nombreux salariés ont décidé d’exercer leur droit de retrait alors que plusieurs cas de coronavirus ont été détectés dans des...

Filiere textile relocalisation coronavirus

[Coronavirus, le jour d’après] Relocaliser la filière française textile, un enjeu environnemental et social

L'industrie textile a été lourdement affectée par le Coronavirus dont l'épidémie a commencé en Chine, l'atelier du monde. L'importance de relocaliser la filière française, de la production de matières premières écologiques comme le lin à la fabrication de vêtements, n'a jamais été aussi mise en...

Patriotisme alimentaire distributeurs france

Les distributeurs s'engagent à acheter français après la fermeture des marchés en raison du Coronavirus

C'est un coup dur pour les agriculteurs. Face au risque de propagation du Coronavirus, le Premier ministre a interdit les marchés en plein air. La FNSEA, principal syndicat agricole, négocie avec les préfets et maires pour obtenir des dérogations. En attendant, avec Bruno Le Maire, ellea demandé à...