Publié le 15 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

Un an après les Gilets jaunes, la taxe carbone est au point mort, mettant la transition énergétique française en péril

Un an après leur première mobilisation, les Gilets jaunes lancent un nouvel appel à manifester sur les Champs-Élysées, samedi 16 novembre, alors que tout rassemblement y est interdit depuis la mi-mars, à la suite du saccage de la célèbre avenue. Grand débat national, convention citoyenne sur le climat, conseil de défense écologique, taxe redistributive… Novethic fait le point sur ce qu’a entraîné ce mouvement inédit.

Gilets jaunes champs elysees janvier 2019 Olivier Ortelpa Flickr
Des Gilets Jaunes manifestent place de l'Étoile, à Paris, en janvier dernier.
@Olivier Ortelpa / Flickr

Pour la première fois depuis sa création en 2014, la taxe carbone n’a pas été augmentée en 2019. Elle ne le sera pas non plus en 2020. La décision, prise par le gouvernement après la mobilisation des Gilets Jaunes il y a un an, a été actée dans le projet de loi de Finances pour 2020. La taxe carbone reste donc établie à 44,60 euros, alors qu’elle devait atteindre 56 euros en 2020 et 100 euros en 2030.

Pour le Conseil des prélèvements obligatoires, cette taxe est pourtant indispensable pour tenir les engagements climatiques de la France. Si elle reste au niveau actuel, les émissions de CO2 du pays ne baisseraient que de 25 % en 2030 par rapport à 2015, contre une baisse de 40 % promise dans la loi de Transition énergétique. Mais à l'heure où les Gilets jaunes annoncent une reprise de leur mobilisation, difficile de reprendre le cap haussier...

1,5 million de Français mobilisés par le Grand débat

Jusqu'en 2018 pourtant, la hausse de la taxe était passé plutôt inaperçue. Mais à la fin de l'année dernière, celle-ci coïncide avec la hausse du prix du brut, mettant le feu aux poudres et des milliers de Français dans la rue. C’est ainsi qu’est né le mouvement des Gilets Jaunes. Le 17 novembre 2018, 282 000 personnes vêtues d'un gilet fluorescent, occupent des ronds-points et bloquaient des routes. Quelques jours plus tard, début décembre, le gouvernement annonce le gel de la taxe ainsi qu'une série de mesures sociales. Mi-janvier, il lance le Grand débat national.

Celui-ci a mobilisé 1,5 million de Français et donné naissance à deux nouvelles instances. D’une part, le Conseil de défense écologique qui a permis au gouvernement d’annoncer l’abandon de deux projets largement contestés par les écologistes, celui de la Montagne d’Or en Guyane, et du méga-complexe commercial Europacity en banlieue parisienne. Et d’autre part, la Convention citoyenne pour le climat qui réunit 150 Français tirés au sort et dont la troisième session s’ouvre ce vendredi en présence de Nicolas Hulot.  

La taxe carbone semble quant à elle devenue taboue. Elle est en tout cas toujours rejetée par une majorité de Français, mais aussi par une partie des membres de la Convention citoyenne, qui ont dénoncé une instrumentalisation du débat lors de la dernière session d’octobre, invectivant des intervenants venus s'exprimer sur le sujet. 

Une redistribution des recettes pour une taxe plus juste

"La taxe carbone reste un outil important dans la lutte contre le changement climatique, mais dans sa forme actuelle, elle est injuste", note Meike Fink, du Réseau action climat. Actuellement, les 10 % des Français les plus pauvres payent proportionnellement 2,7 fois plus de taxe carbone que les 10 % les plus riches car ils n’ont pas les moyens de changer de voiture ou de rénover leur logement.

Avec Oxfam et le Secours catholique, le collectif a mis en place un calculateur pour simuler les effets d’une redistribution progressive de ses recettes en fonction du revenu, via un crédit d'impôt ou un chèque. Par exemple, un foyer de quatre personnes, gagnant 17 000 euros par an, vivant dans une maison de 80 m2 chauffée au gaz et possédant une voiture diesel, devra supporter environ 200 euros par an de taxe carbone. Grâce au système de redistribution, il pourra bénéficier de 410 euros en retour. Un foyer vivant dans les mêmes conditions, mais avec des revenus plus élevés, ne toucherait rien.

Priscillia Ludosky, l’une des figures de proue des Gilets jaunes, soutient cette initiative. Elle s'apprête par ailleurs à lancer son "lobby citoyen", au niveau national et local, "pour faire réagir les élus et leur faire comprendre que les citoyens ont leur mot à dire". Auteur du manifeste "La ligne jaune", François Boulo a quant à lui lancé une plateforme qui vise à mettre sur pied le premier "référendum d'initiative citoyenne" numérique. D'autres leaders du mouvement, comme Ingrid Levavasseur ou Benjamin Cauchy, seront candidats aux municipales, malgré l'échec des listes "jaunes" aux européennes.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

La taxe carbone fait son retour... et essaie d'être plus juste pour ne pas attiser la colère des Gilets jaunes

À cause de la crise des Gilets jaunes, le gouvernement a dû suspendre l'augmentation de la taxe carbone. Mais pour le Conseil des prélèvements obligatoires, qui a rédigé un rapport sur la fiscalité environnementale, cette taxe a un caractère vital pour réussir à atteindre les objectifs...

[Infographie] En 2018, les taxes et marchés carbone ont généré 26 milliards d'euros

Face à la colère des Gilets jaunes, le gouvernement a annoncé un gel de la taxe carbone pour 2019. Pourtant, la France est loin d'être le seul pays à faire peser un prix sur le carbone. 46 pays et 26 provinces à travers le monde ont en effet mis en place une taxe ou un système de marché...

Gilets jaunes : 86 députés demandent le retour de la taxe carbone en la rendant plus juste socialement

À l’origine de la crise des Gilets jaunes, on trouve l’augmentation de la taxe carbone, qui doit entre autres financer la transition écologique. Ses augmentations prévues pour 2019 ont été annulées par le gouvernement. Dans une tribune, des députés refusent d'abandonner cet outil mais...

Grand débat national : ressusciter la taxe carbone en redistribuant une partie de ses recettes aux plus modestes

À quelques jours des premières mesures issues du Grand débat national, plusieurs ONG et think tank ont pris position pour ressusciter la taxe carbone dont la hausse a dû être gelée face à la gronde des Gilets jaunes. Pour que celle-ci soit mieux acceptée, il faudrait redistribuer une...

Pour tenir les objectifs climatiques de la France, la taxe carbone doit augmenter, selon le conseil économique du Premier ministre

Pour l’organisme de conseil économique du Premier ministre, il est nécessaire d’augmenter la taxe carbone, d’élargir son assiette, de redistribuer l’intégralité des recettes et de mettre en place des dispositifs d'aides pour les plus vulnérables. Des propositions qui interviennent alors...

Baisse des impôts, primes aux ménages modestes, nouveaux services : les pistes piochées à l'étranger pour relancer la taxe carbone

Freinée en fin d’année dernière avec le soulèvement des Gilets jaunes, la taxe carbone française, qui figure parmi les plus élevées au monde, pourrait être mieux acceptée si l’Exécutif tirait les leçons des expériences étrangères. C’est ce que conclut une nouvelle étude de l’institut I4CE....

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Ursula von den Leyen COP25 UE

Green Deal européen : 1 000 milliards d’euros sur les dix années à venir pour le climat

Mercredi 11 décembre, la nouvelle commission européenne révélera son Pacte vert. Tandis que sa présidente Ursula von der Leyen en a donné un avant-goût au cours de la COP25 en annonçant 1 000 milliards d’euros d’investissements sur 10 ans, le commissaire en charge de ce dossier, Frans Timmermans, a...

Manif climat changer le systeme

[Génération climat] Précarité étudiante et urgence climatique : les jeunes veulent changer de modèle

Alors que 20 % des étudiants vivent sous le seuil de pauvreté, l'immolation du jeune Anas K., 22 ans, devant le Crous de son université, pour dénoncer sa précarité financière, a marqué les esprits. Et relancé la question d'une transition juste. Plusieurs étudiants mobilisés dans des collectifs ou...

Inondations pixabay 01

Événements climatiques extrêmes : la France, quatrième pays le plus touché au monde en termes de décès

Les Philippines de nouveau balayées par un typhon, l’Australie en proie à d’incontrôlables incendies, l’Afrique de l’Est touchée par des pluies torrentielles et le sud-est de la France noyée par des inondations meurtrières. Les impacts du changement climatique touchent désormais tant les pays riches...

Valerie Masson Delmote Giec JungYeon Je

Trois questions à Valérie Masson-Delmotte, coprésidente du GIEC : "Les femmes ont moins de capacité à réagir en cas d’aléas climatiques"

C'est un angle mort des politiques climatiques des États. Les femmes subissent de plein fouet les effets du changement climatique, elles ont 14 fois plus de risques de mourir en cas de catastrophe naturelle que les hommes. Valérie-Masson Delmotte, climatologue et co-présidente du Giec s'est plongée...