Publié le 08 février 2019

ENVIRONNEMENT

Le climat invoqué par un tribunal australien pour rejeter un projet minier

C’est une décision potentiellement lourde de conséquences pour l'industrie minière, que vient de rendre un tribunal australien. Pour rejeter un projet de mine de charbon, celui-ci a en effet invoqué le changement climatique et l'Accord de Paris.

L'Australie est un des premiers producteurs de charbon au monde, et son premier exportateur, alimentant les centrales électriques de Chine, d'Inde, de Corée du Sud ou du Japon.
@BHP

La contribution d’un projet industriel au changement climatique via ses émissions de gaz à effet de serre, est-elle un motif de refus de sa mise en œuvre ? Oui, a estimé le tribunal des affaires foncières et environnementales de l'État de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie. Dans un jugement rendu le 8 février, il rejette un projet de mine de charbon en s’appuyant sur les études d'impact local et les répercussions secondaires en termes de réchauffement climatique liées à l'utilisation du charbon.

"Toutes les ressources naturelles ne doivent pas nécessairement être exploitées."

Le projet de mine de charbon à ciel ouvert de Rocky Hill, situé à Gloucester, au nord de Sydney, intervient "au mauvais endroit, au mauvais moment", a déclaré le juge Brian Preston. "Au mauvais endroit parce qu'une mine de charbon à ciel ouvert dans ce paysage spectaculaire et culturel (...) aura des impacts importants en termes visuels, sociaux et d'aménagements".

"Au mauvais moment parce que les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la mine de charbon et des produits du charbon accroîtront les concentrations mondiales de GES au moment où ce qui est nécessaire et urgent, pour atteindre les objectifs climatiques qui ont été agréés, est une baisse rapide et profonde des émissions de GES", écrit le juge. "Il faut éviter ces conséquences graves. Le projet doit être refusé", poursuit-il. "Toutes les ressources naturelles ne doivent pas nécessairement être exploitées."

La décision cite à de multiples reprises l'Accord de Paris sur le climat, que l'Australie a ratifié en 2016, et la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Des climatologues ont également été appelés à témoigner, tel que Will Steffen, chimiste et spécialiste du climat. Il a rappelé que la température moyenne de surface avait augmenté en Australie d'un degré au cours du dernier siècle.

Le contentieux climatique est né

Les organisations environnementales ont fait de la mine de Rocky Hill un dossier "de référence" pour le droit australien en espérant qu'il crée un précédent. "C'est une décision d'une importance énorme", a déclaré l'avocat David Morris, conseil du Bureau des défenseurs de l'environnement (EDO), une ONG qui représente les habitants en lutte contre le projet. "Cela annonce l'arrivée du contentieux climatique en Australie", a-t-il dit à l'AFP. "C'est la première fois que le changement climatique est utilisé comme un motif de refus d'un projet d'énergie fossile dans ce pays et, à ce que je sache, ailleurs aussi."

Le tribunal avait été saisi par Gloucester Resources après que son projet de mine eut été rejeté par les autorités de Nouvelle-Galles du Sud. Le groupe minier non coté espérait extraire 21 millions de tonnes de charbon sur 16 ans et promettait la création de 170 emplois. Il peut encore faire appel de la décision.

Un impact potentiellement important pour l’industrie minière

La Fondation australienne pour la conservation (ACF) a de son côté présenté la décision judiciaire comme "importante". Si elle se voyait confirmée, elle pourrait être lourde de conséquences pour l’industrie minière, très forte en Australie. On pense notamment au gigantesque projet Carmichael du géant indien Adani, confrontés, comme de nombreux autres projets miniers, à de multiples recours judiciaires en raison de leur impact environnemental.

L'Australie est un des premiers producteurs de charbon au monde, et son premier exportateur, alimentant les centrales électriques de Chine, d'Inde, de Corée du Sud ou du Japon. En raison de sa dépendance massive au charbon et de sa population relativement restreinte, l'Australie est aussi l’un des pays qui génère le plus de gaz à effet de serre par habitant.

Le gouvernement conservateur traîne les pieds en matière de lutte contre le réchauffement, ayant fait du développement économique une priorité aux dépens des objectifs de réduction des émissions. Il a reconnu en décembre 2018 être mal parti pour respecter les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour 2030 déterminés dans le cadre de l'Accord de Paris.

Béatrice Héraud avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

L'Australie choisit le charbon contre le climat

Après avoir renoncé à inscrire dans la loi les engagements de l’accord de Paris sur le climat, le gouvernement australien choisit un nouveau premier ministre connu pour ses positions pro-charbon. Et ce, alors que le pays, l’un des plus émetteurs de gaz à effet de serre, traverse...

Climat : Woodside, premier énergéticien australien, se convertit à la taxe carbone

Le géant énergétique australien Woodside a demandé au gouvernement de réintroduire un système de taxe carbone. Un revirement de la part du pétrolier qui s'était jusqu'à maintenant fermement opposé à une telle mesure. Il rejoint les géants miniers BHP et Rio Tinto qui affirment vouloir agir...

La méga-mine de charbon qui va détruire la Grande Barrière de corail n'est pas économiquement viable

Le chantier d'une mine géante de charbon très polluante et proche de la Grande Barrière de corail, va officiellement être lancé en Australie. Le charbon, destiné à l'Inde, sera transporté par bateau. Outre le lourd impact environnemental, la faisabilité économique et financière d'un tel...

Australie : le pays brûle, le gouvernement regarde ailleurs

Le Premier ministre australien n'en démord pas : il n'y a pas de lien entre le changement climatique et les incendies violents qui ravagent le sud-est du pays. Pour preuve : il s'engage à supprimer toutes les mesures du précédent gouvernement dédiées au climat.

Combien coûterait à l’Australie la disparation de la Grande barrière de corail ?

La disparation de la Grande barrière de corail, déjà mise à mal par le réchauffement climatique, pourrait être accélérée par le développement voisin d’une mine de charbon géante financée par l’industriel indien Adani. Une telle catastrophe coûterait 1 milliard de dollars par an à...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

COP25 presidence chilienne UNCC

L’accord final de la COP25 ne laisse rien présager de bon pour répondre à l’urgence climatique

La conférence climat de l'ONU qui s'est terminée dimanche n'a pas été à la hauteur de l'urgence climatique, adoptant un accord a minima sans s'entendre sur des points essentiels en raison des réticences de certains Etats. L'accord final ne permet pas d'avancer sur des sujets essentiels comme le...

Rivieres atmospherique antarctique Bruno Jourdain

[Science] Des chercheurs ont découvert une nouvelle bombe climatique, responsable de la fonte de la banquise

Alors que l'Arctique a connu en 2019 sa deuxième année la plus chaude et sa deuxième plus petite banquise jamais enregistrée, au pôle Sud, l'Antarctique fond sous l'effet des rivières atmosphériques. Ces masses de vent qui transportent humidité et chaleur se déversent sur des petites zones de la...

Greta thunberg cop 25 UNFCC

Ambition, expulsions, Greta... Cinq infos à retenir de la seconde semaine de la COP25

Officiellement, la COP25 doit s’achever ce vendredi 13 décembre, mais les discussions vont sans doute déborder ce week-end. L’enjeu est de s’accorder sur les dernières règles de mise en œuvre de l’Accord de Paris et d’assurer la relève de l’ambition pour 2020. La société civile et les entreprises...

Conseil europeen neutralite climatique sans la pologne Commission europeenne

Neutralité climatique en 2050 : un accord européen sans la Pologne

C'était la première étape à franchir dans la mise en place du Pacte vert européen annoncé cette semaine : convaincre tous les pays de s'engager à atteindre la neutralité climatique en 2050. Réussite en demi-teinte puisque la Pologne a maintenu son refus d'y adhérer sans toutefois bloquer l'adoption...