Publié le 27 août 2018

ENVIRONNEMENT

L'Australie choisit le charbon contre le climat

Après avoir renoncé à inscrire dans la loi les engagements de l’accord de Paris sur le climat, le gouvernement australien choisit un nouveau premier ministre connu pour ses positions pro-charbon. Et ce, alors que le pays, l’un des plus émetteurs de gaz à effet de serre, traverse aujourd’hui une très grave sécheresse.

Australie secheresse pixabay
L'Australie est en proie à une sécheresse intense, due au changement climatique.
@pixabay

L’Australie va-t-elle suivre la voie des Etats-Unis sur le climat ? Le pays est en proie à une crise politique déclenchée en partie par son absence de politique énergétique et climatique. Le remplacement du Premier ministre vendredi 24 août en annonce sans doute la trêve mais les conséquences sur le climat pourraient être plus durables…

Petit retour en arrière. Le 20 août, une fronde des élus de la majorité gouvernementale fait renoncer le Premier ministre de l’époque, Malcom Turnbull, à faire adopter une loi engageant le pays sur ses objectifs climatique pris dans le cadre de l’Accord de Paris. Le texte devait permettre de fixer, au niveau fédéral, une réduction de 26% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport à celles de 2005.

L’Australie, gros émetteur de gaz à effet de serre

Ces objectifs étaient déjà jugés comme très insuffisants par les associations environnementales. Ils figurent parmi les plus faibles des pays développés. Pourtant l’Australie est un très gros émetteur. Selon Climate Analytics, le pays est responsable de 1,46 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

Près de 95% de l’énergie produite dans le pays provient des ressources fossiles. Au cœur du mix australien : le charbon. Même si sa part s’est réduite cette dernière décennie, le combustible le plus émetteur de gaz à effet de serre compte encore pour 75% de la production nationale d’énergie et près des deux tiers de la production électrique. Le pays, qui dispose des quatrièmes réserves mondiales de charbon, en est le premier exportateur au niveau mondial.

Autant dire que le charbon est au centre des questions économiques, et donc politiques de l’Australie. La majorité gouvernementale, libérale, est elle-même divisée entre les pro-charbon et les plus modérés, prêts à accepter des mesures de réduction des émissions qui pénaliseraient le combustible.

Victoire des pros-charbon

Les pros viennent de gagner une nouvelle manche. La fronde de ce mois d'août a été menée par l’ancien premier ministre Tony Abott, qui avait certes signé l’Accord de Paris mais s’est toujours illustré par la défense de l’industrie minière. Elle s'est notamment appuyée sur le mécontentement des Australiens face à la hausse de leur facture d’électricité.

C’est donc l’un de ces pro-charbons qui vient de succéder à Malcom Turnbull. Nommé vendredi 24 août, Scott Morrison, est l’ancien ministre des Finances. Son fait d’armes sur le sujet date de l’an dernier et a fait les gros titres de la presse australienne. En février 2017, le ministre apporte un morceau de charbon à la chambre des représentants, accusant les élus de l'opposition mettant en avant les impacts environnementaux du combustible d’être guidés par une "peur idéologique et pathologique". Et il l’a répété à plusieurs reprises, il est opposé à toute taxe carbone.

Un pays déjà touché par le changement climatique

Ira-t-il jusqu’à faire sortir le pays de l’Accord de Paris ? La plupart des observateurs ne le pensent pas. Pour autant, la politique climatique de l’Australie risque d’être une simple coquille vide. Sa politique énergétique est considérée comme floue si ce n'est inexistante et conduit aujourd’hui à des hausses d’émissions de CO2. Les trois premiers mois de 2018 ont été les plus émetteurs de carbone depuis 2002, date à laquelle elles ont fait l’objet de statistiques.

L'Australie paye pourtant déjà le prix du changement climatique. Le pays fait face à la pire sécheresse depuis un demi-siècle. Une catastrophe pour les agriculteurs du pays mais aussi pour la population, soumises à de sévères restrictions d’usage de l’eau.

Béatrice Heraud @beatriceheraud 

 

 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Voeux de francois de ruby au monde de l ecologie

Taxe carbone : François de Rugy défend une écologie de l'effort partagé

Lors de ses vœux au monde de l'écologie, le ministre François de Rugy a prôné une "écologie du citoyen" qui concilie à la fois les enjeux de fin du monde et ceux de fin du mois. Un message d'ouverture aux gilets jaunes. D'autant qu'il propose d'engager la discussion lors du Grand débat national sur...

Amazon Fulfillment Center Shakopee Minnesota Tony Webster Flickr

Des salariés actionnaires déposent une résolution climat à l'Assemblée générale d'Amazon

En fin d’année dernière, un groupe de salariés actionnaires du géant du commerce en ligne a déposé une résolution pour obliger Amazon à présenter un plan de lutte contre le changement climatique. Le groupe, qui a pris plusieurs engagements environnementaux, est régulièrement pointé du doigt pour son...

Notre affaire a tous recours le gouvernement ne sera pas condamnee

Pétition l'Affaire du Siècle : "Le gouvernement ne sera pas condamné", selon Arnaud Gossement

La pétition l'Affaire du siècle qui porte un recours contre l'État pour inaction climatique est devenue la plus populaire de l'histoire en France avec 2 millions de signataires. Mais au-delà de l'impact politique et médiatique, le recours a peu de chances d'aboutir juridiquement. Dans l'hypothèse...

L affaire du siecle climat juliette Binoche

Climat : "L’affaire du Siècle", pétition la plus populaire de l’histoire en France, avec deux millions de signataires

C’est l’un des plus beaux signaux du réveil écologique français qui a eu lieu durant ce second semestre 2018. La pétition "L’Affaire du siècle" contre l’État français pour inaction climatique est devenue la plus importante avec 2 millions de signataires. C’est une opportunité donnée au chef de...