Publié le 04 mai 2017

Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : L’inquiétante absence de l’Environnement lors de la confrontation entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron

Les deux candidats à l’Elysée n’ont pas abordé la question, pourtant urgente, du changement climatique et de la protection de l’environnement. Cette absence est d’autant plus surprenante que le sujet est réellement clivant entre les deux candidats.

Debat second tour
Ni Emmanuel Macron, ni Marine Le pen n'ont porté les sujets environnementaux lors du débat du second tour.
AFP

Aucun des deux finalistes à l’élection présidentielle n’est connu pour son fort engagement en matière d’écologie et de protection de l’environnement. De là à occulter totalement ces sujets, il y a un gouffre. Pourtant, leur absence a été cruellement remarquée lors du débat du 3 mai entre Marine Le Pen (Front National) et Emmanuel Macron (En Marche).

Même la transition énergétique et la place du nucléaire, si important lors de la campagne présidentielle de 2012 et qui a été un fil rouge du quinquennat de François Hollande, ont été oubliées. En réalité, les références à l’écologie se sont comptées sur les doigts d’une main.

 

Emmanuel Macron veut travailler avec Donald Trump sur le climat

 

À l’occasion d’un échange très vif sur l’Europe, Marine Le Pen a évoqué le besoin de se protéger des "productions extérieures qui font du dumping sanitaire, social et environnemental" sans toutefois préciser comment. De son côté, interrogé sur les relations qu’il souhaité établir avec le Président américain Donald Trump, Emmanuel Macron assure qu’il veut "poursuivre (avec lui) le travail sur le climat. Nous avons besoin d’une vraie politique (environnementale), car la société civile n’est pas d’accord avec lui". Pour autant, le candidat d’En marche n’a pas pris de position explicite sur le possible renoncement de Washington à respecter l’Accord de Paris.

Il faut dire que les deux journalistes, Nathalie Saint-Cricq (France 2) et Christophe Jakubyszyn (TF1), n’ont jamais amené les deux candidats sur le terrain de l’écologie, préférant les thèmes du chômage, de la sécurité, de la santé, des relations internationales… Emmanuel Macron est le premier à regretter ce manque. "On n'a pas évoqué beaucoup de sujets : l'écologie en fait partie. Il y a une vraie différence de vision", assure-t-il sur Tweeter.

 

 

Des propositions existent

 

Les porte-paroles des candidats du premier tour réagissent. Jérôme Guedj (PS), député de l’Essonne et soutien de Benoît Hamon, dénoncent la perte de vue de la "Transition écologique, transition démographique, transition du monde du travail, transition démocratique". Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) regrette que les candidats n’aient parlé "Ni de droits nouveaux pour les travailleurs et citoyens, ni d’écologie". Yannick Jadot, sorti vainqueur de la primaire EELV avant de se rallier à Benoît Hamon, dénonce "un débat 100% affligeant avec 0% sur l’environnement"

 

Faut-il s’inquiéter de l’absence de cette composante environnementale ? Oui, bien sûr. Même s’il serait faux de dire que les deux candidats n’ont pas de propositions. Emmanuel Macron vise par exemple à "atteindre 100% de plastique recyclé d'ici 2025" ou veut "faire monter en puissance la taxe carbone pour atteindre 100 euros par tonne de CO2 en 2030". De son côté, Marine Le Pen appelle par exemple à interdire les OGM et se place en soutien de la filière hydrogène. Encore faudra-t-il avoir fouillé le programme des deux candidats à l’Elysée pour le savoir…

Ludovic Dupin
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles