Compensation carbone

 

La prise de conscience concernant le réchauffement climatique entraîne l'explosion d'un nouveau marché : celui de la compensation carbone. L'idée est de calculer les émissions de carbone générées par un voyage, un évènement, une activité et, pour compenser, de financer un projet qui réduit un volume identique d'émission de CO2. Cette déclinaison des mécanismes liés au Protocole de Kyoto pose de nombreux défis. La demande croît spectaculairement, émanant des particuliers ou des entreprises ; or les projets répondant à des méthodologies certifiées ne sont pas assez nombreux ou adaptés pour répondre à toutes les requêtes.

À l'échelle individuelle, il existe également la compensation carbone volontaire, elle permet à tout acteur non contraint à des objectifs de réduction d'émission de gaz à effet de serre de compenser ses émissions de CO2 en finançant une opération de réduction équivalente hors de son territoire.

Le Mécanisme de Développement Propre (MDP) est le plus important système de compensation carbone au monde, il s'agit d'un mécanisme de marché qui ne cherche pas la source d'émission de GES, mais qui cherche à récompenser financièrement les entreprises qui instaurent des technologies réduisant les GES dans les pays en voie de développement. En contrepartie de cette aide, l'entreprise reçoit des crédits d'émission. Le MDP a pour but d'aider les pays en développement à parvenir à un développement durable et à aider les pays développés à remplir leurs engagements chiffrés de réduction d'émission de GES.

Le protocole de Kyoto est à l'origine de la création d'un Système Communautaire d'Échange de Quotas d'Émission de GES (gaz à effet de serre). Il s'agit d'une bourse européenne au carbone qui a été lancée en 2005. Le SCEQE est le plus grand système d'échange de crédit carbone au monde. Il permet de mettre en place un quota d'émission de GES pour chaque entreprise. Elles peuvent acheter ou vendre leur "droit à polluer" sur le marché du carbone : c'est ce que l'on appelle le système du pollueur-payeur. Le SCEQE est un système qui permet de récompenser les entreprises qui font des efforts en matière de réduction des GES et de pénaliser celles qui ont dépassé leur plafond en les forçant à acheter des quotas supplémentaires auprès d'entreprises plus vertueuses pour l'environnement.

Par ailleurs, certains estiment que la compensation permet d'occulter le vrai problème qui est celui de la réduction des émissions. La compensation permet de se dédouaner, mais ne conduit pas à remettre en cause la source de la production de CO2. On parle aussi de neutralité carbone.

Qu'est-ce que le label isr ?

Pour aller plus loin

Pêche illégale, pollution plastique... Les six engagements à retenir du One Ocean Summit de Brest

En clôture du One Ocean Summit de Brest, ce vendredi 11 février, une quarantaine de chefs d'Etats et de gouvernement ont pris des engagements pour protéger l'océan, lutter contre la pêche illégale et la pollution plastique ou encore pour aboutir à un traité ambitieux sur la Haute Mer....

Ikea, Amazon, Carrefour… les promesses de neutralité carbone des grandes entreprises sont un véritable échec

Le NewClimate Institute a passé au crible les engagements de neutralité carbone de 25 grandes entreprises comme Carrefour, Apple ou encore Unilever. Il conclut que leurs engagements ne permettent de réduire que de 40 % leurs émissions au lieu de 100 %. Un décalage de taille entre leurs...

Aviation : l'Europe embarque le monde vers la décarbonation en misant sur la tech

Lancée le 4 février sous l'égide de la présidence française de l'Union européenne, la "déclaration de Toulouse" vise à atteindre la neutralité carbone dans le secteur de l'aviation en 2050. Le texte est signé par 42 États, les 27 membres de l'UE mais aussi les États-Unis, le Royaume-Uni,...


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable