Publié le 19 janvier 2018

SOCIAL

Ne dites plus économie sociale et solidaire mais French Impact

Le gouvernement a lancé jeudi 18 janvier le mouvement French Impact, en référence à la French Tech. L'objectif est de fédérer les structures de l'économie sociale et solidaire et au-delà tous les acteurs de l'innovation sociale pour permettre aux solutions locales de changer d'échelle. Pour les accompagner, un accélérateur national est mis en place et 1 milliard d'euros seront mobilisés sur la durée du quinquennat.


Arnaud Bouissou - TERRA

De la parole aux actes. Après la French Tech, voici venu le French Impact. Moins de trois mois après son discours en faveur de l’économie sociale et solidaire (ESS), Nicolas Hulot a lancé, jeudi 18 janvier, un mouvement qui doit rassembler au-delà du secteur de l’ESS pour transformer le pays en profondeur. Associations, fondations, coopératives, mutuelles, collectivités, entrepreneurs sociaux et entreprises engagées pourront ainsi se revendiquer du "French Impact", leur bannière commune.

"Nous faisons le pari que les solutions sont à notre portée, a expliqué le ministre de la Transition écologique et solidaire. Nous n’avons pas d’autres choix que de transformer nos modes de production et de consommation. Notre rôle est de rendre ce changement irréversible désirable. L’ESS est à l’origine de cet effet d’entraînement et constitue un foyer d’inspiration pour le tissu économique. Les valeurs qu’elle porte doivent devenir la norme, la référence." 

1 milliard d’euros sur la table

Au cœur du French Impact, un accélérateur d’innovation sociale doit permettre aux initiatives locales, qui ont démontré leur impact, de changer d’échelle et de se déployer au niveau national. Un appel à projets est d’ores et déjà lancé pour dénicher 10 à 15 entreprises pionnières de l’ESS. Elles constitueront la vitrine du French Impact et bénéficieront d'un accompagnement spécifique pour se développer. Début mars, un autre appel à candidatures permettra de labelliser des structures d'accompagnement de projets (ruches, incubateurs...) et des territoires innovants.

Puis l’accélérateur sera testé dans une dizaine de territoires pilotes à partir du mois de mai avant une généralisation du dispositif en 2019. Une plateforme digitale sera mise en place dès février pour animer cette communauté. Et des fonctionnaires dans chaque ministère et en régions auront pour mission de simplifier les démarches administratives et financières des innovateurs sociaux.

Preuve de son engagement, le gouvernement va mobiliser 1 milliard d’euros de fonds privés et publics sur la durée du quinquennat. "Nous allons créer un fonds d'amorçage national d'ici la fin du 1er semestre", précise Christophe Itier, Haut-commissaire à l’ESS et à l’innovation sociale. Participent la Caisse des Dépôts (dont Novethic est une filiale), la BPI, le Crédit coopératif, BNP-Paribas, France Active ou Inco (ancien Comptoir de l'innovation). "Mais l’idée est également de s’appuyer sur les dispositifs existants et d’aller chercher du côté du grand plan d’investissement, du plan pauvreté, du plan compétences…". 

"25 ans qu’on attendait ça !"

"Cela fait 25 ans qu’on attendait ça, se réjouit Hugues Sibille, président du Labo de l’ESS. 25 ans que je me bats pour que ceux qui apportent des solutions sur le terrain soient reconnus publiquement. Le plafond de verre a enfin sauté et cette nouvelle ère d’alliances va permettre à la France d’aller mieux." 

"Nous sommes partis du constat que les politiques publiques n’arrivent pas toujours à répondre aux problématiques sociales et sociétales alors que des solutions existent. Ce changement de paradigme des pouvoirs publics par rapport à la société civile est inédit, reconnaît Christophe Itier. Nous sommes convaincus que cette économie d’engagement est un moteur de compétitivité et d'attractivité du pays".

"Alors appropriez-vous cet outil ! Car c’est avec vous que nous réussirons à placer l’impact social au cœur de la transformation sociale et économique de la France", a lancé le haut-commissaire en conclusion, sous une salve d’applaudissements.  

Concepcion Alvarez @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

ESS : "Les premiers mois gouvernementaux ont été une période d’inquiétude", selon Hugues Sibille

Dans le cadre du mois de l'économie sociale et solidaire (ESS), Hugues Sibille, président de la Fondation Crédit coopératif et président du Labo de l'ESS, revient sur le changement de tutelle, la nomination du nouveau haut-commissaire et les premières mesures. Cette figure emblématique de...

Quand Nicolas Hulot découvre l'économie sociale et solidaire

Après un long silence, et un capital-confiance qui commençait à s’éroder avec la réduction des contrats aidés, le gouvernement, par la voix de son ministre de la Transition écologique et solidaire, a saisi le lancement du mois de l’Économie sociale et solidaire (ESS) pour dérouler son...

L'économie sociale et solidaire devrait devenir "la norme", selon Nicolas Hulot

À quelques jours du démarrage du mois de l’économie sociale et solidaire, Nicolas Hulot a fait un déplacement dans une association de réinsertion pour promouvoir ce modèle. Il appelle même à redéfinir le rôle des entreprises dont la finalité ne doit pas être de faire des profits mais...

[INFOGRAPHIE] Que pèse l'économie sociale et solidaire en France ?

Le mois de l'économie sociale et solidaire (ESS) démarre le 1er novembre. Depuis dix ans maintenant, ce mois  est consacré à faire connaître cette économie qui se développe en parallèle de l'économie capitaliste classique. Encore méconnue du grand public, l'ESS représente pourtant 10 % du...

SOCIAL

Economie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire (ESS) rassemble des entreprises de toute nature. Celles qui font de l’insertion mais aussi les grandes mutuelles appartiennent à ce secteur qui représente 10 % du PIB et près de 10 % des emplois en France. Il nourrit les politiques d’achats responsables des grands groupes.

Vincent Lindon taxe Jean Valjean

Plus de cinq millions de vues pour l’appel de Vincent Lindon à prendre aux riches pour donner aux pauvres

Les inégalités sociales ont explosé avec la pandémie du Covid-19. La Seine Saint Denis, département le plus pauvre de France, est celui qui a payé le tribut le plus lourd à la maladie. C’est aussi la que les files d’attente aux distributions alimentaires s’allongent. Le comédien Vincent Lindon a...

La ruche qui dit oui uberisation ESS

Quand l’ubérisation frappe aussi l'économie sociale et solidaire

Quel point commun y a-t-il entre La ruche qui dit oui, qui a popularisé la vente de produits alimentaires en circuit-court, et Uber, le géant californien du VTC ? À l'instar des chauffeurs de la plateforme Uber, les responsables de ruches sont pour la plupart des auto-entrepreneurs rémunérés sur...

Chute emploi ess politiques publiqes secteur associatif

Les politiques publiques ont fait chuter l’emploi dans l’économie sociale et solidaire

Le secteur associatif, qui constitue le gros des effectifs de l'économie sociale et solidaire, a particulièrement souffert des politiques publiques mises en place ces dernières années. En 2017 et 2018, le secteur a supprimé plus de 16 000 emplois. Il est pourtant l'un des moteurs de l'économie quand...

Peches monnaie locale paris DR

Payer ses courses avec des Pêches, c’est possible à Paris !

À l'occasion du mois de l'économie sociale et solidaire (ESS), organisé en novembre, Novethic vous propose de découvrir la Pêche parisienne. Il ne s'agit pas du fruit, mais d'une monnaie locale, lancée d'abord à Montreuil en 2014 et diffusée depuis mai 2018 à d'autres arrondissements et villes de la...