Publié le 30 juillet 2018

SOCIAL

Manger, boire, se doucher, s’habiller… Des alternatives responsables au quotidien

Fini les courses dans la grande distribution, les douches avec des produits polluants, les vêtements issus de la fast fashion et les bars qui n'ont pas de sens. Les alternatives aux circuits classiques se développent partout en France, du supermarché racheté par des producteurs, au café servi par des travailleurs handicapés, en passant par des vêtements conçus à partir de vieux rideaux... Tour d'horizon de ces initiatives responsables. 

Alternative grande distribution bar fast fashion
De la nourriture aux vêtements, les alternatives pour une consommation plus durables se développent.
Pixabay

Cœur paysan, la Louve et les AMAP, alternatives à la grande distribution

La grande distribution est pointée du doigt par certains consommateurs pour ses pratiques contestables envers les producteurs et ses marges trop généreuses. Ces dernières années, des alternatives ont vu le jour après la démarche pionnière des AMAP (Association pour le maintien d'une agriculture paysanne).

Récemment, des agriculteurs ont décidé de racheter un ancien Lidl pour vendre directement leurs produits. Chez Cœur Paysan, situé à Colmar, les 39 maraîchers, éleveurs, céréaliers, vendent à tour de rôle, des produits locaux, de saison et fixent  leur prix de vente.

Autre alternative : les supermarchés coopératifs et participatifs. La Louve située dans le 18e arrondissement de Paris, est par exemple gérée par les consommateurs, ce qui permet de diminuer les coûts et les marges. Seule condition : participer trois heures par mois aux tâches nécessaires au bon fonctionnement du magasin.

 

Joyeux, le Bar commun, la Recyclerie : des bars qui ont du sens

Participer à l’insertion professionnelle des personnes handicapées tout en buvant un café. C’est l’idée du coffee-shop baptisé Joyeux qui vient d’ouvrir dans le 2e arrondissement de Paris après avoir trouvé une place à Rennes. Il emploie 17 personnes en situation de handicap cognitif ou mental.

Autre projet, celui du Bar commun. Un lieu dans lequel les boissons et la nourriture sont issues du commerce équitable et bio. Mais surtout, où tous les serveurs sont bénévoles. Le but : faire rencontrer les habitants du quartier du 18e arrondissement.

Enfin, devenu incontournable, la Recyclerie est un "tiers-lieu" dédié à l’écoresponsabilité. Ce café cantine, implantée dans une ancienne gare de la petite ceinture, propose des ateliers de réparations, des festivals, une ferme urbaine…

 

Shampoing solide, pain de rasage et dentifrice : s'apprêter sans polluer

Il existe de nombreuses alternatives aux produits hygiéniques du quotidien. De plus en plus accessibles grâce à la tendance zéro déchet, on trouve plus facilement des shampoings solides 100 % naturels qui permettent de ne pas polluer les océans. De même, les pains de rasage, composés de beurre de karité essentiellement, déposent sur la peau une crème moussante pour se raser. Enfin, on peut préparer un dentifrice occasionnel avec du bicarbonate de soude, mais il existe aussi des dentifrices solides naturels.

 

La Textilerie, les Récupérables, Loom : les alternatives à la fast fashion

On le sait, la fast fashion pollue. Mais les initiatives pour un mode plus responsable se multiplient. À Montreuil (Seine-Saint-Denis), la marque Les Récupérables conçoit des vêtements à partir de vieux tissus comme des rideaux ou des bleus de travail.

À Paris, la boutique atelier écoresponsable La Textilerie propose de la vente de tissus bio, des vêtements de seconde main et des ateliers de couture. Autre idée : acheter moins de vêtements, mais plus résistants. C’est ce que propose Loom, une marque qui assure que ses produits vont traverser les années.  

Marina Fabre@fabre_marina


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.