Publié le 30 avril 2020

SOCIAL

Le tourisme de masse pourrait ne pas survivre au Covid-19

Le tourisme est un secteur stratégique pour l'Europe, il pèse 10 % de son PIB. Pour relancer la machine, le commissaire européen Thierry Breton souhaite un "plan Marshall du tourisme", mais appelle à réfléchir à un secteur plus durable et résilient. Face aux désastres générés par le tourisme de masse, la crise du Covid-19 pourrait avoir l'effet d'un électrochoc. L'exemple est frappant à Venise qui, allégée de millions de touristes, redécouvre la beauté de ses canaux assainis.

Venise tourisme de masse istock
Chaque année à Venise, près de 30 millions de touristes visitent la cité des Doges.
Crisfotolux / Istock

En Europe, le secteur du tourisme emploie 25 millions de personnes. Or c’est un des secteurs les plus ravagés par le Coronavirus. Avec le confinement, la fermeture des frontières, des bars, des restaurants… C’est un pan majeur de l’économie du continent qui est touché. Mais pas encore coulé, croit Thierry Breton, Commissaire européen en charge du marché intérieur. Il appelle à un "plan Marshall du tourisme" en référence au célèbre programme d’aide financière mis en place après la Seconde guerre mondiale pour aider à la reconstruction de l’Europe.

"Nous avons besoin d’un véritable plan Marshall pour le tourisme européen. J’estime qu’il faudra y consacrer de l’ordre de 20 % de toute l’enveloppe dédiée à la relance de l’économie, qui pourrait atteindre quelque 1 500 milliards d’euros si on y consacre 10 % du PIB européen, comme le font par exemple les États-Unis ou l’Allemagne. L’Europe représente 50 % du tourisme mondial, il faut sauver cette position dominante", prévient Thierry Breton dans les Échos. 

Mais derrière l’urgence de remettre sur pied le secteur, le commissaire européen appelle à repenser, en profondeur, le modèle du tourisme actuel qui a déjà montré d'importants signes de faiblesse à l'instar du voyagiste Thomas Cook. Ce dernier, englué dans une dette trop lourde et concurrencé par les sites de réservation sur internet est devenue le symbole d'une financiarisation trop forte de l'économie, en se déclarant en faillite le 20 septembre dernier. 

"Un tourisme européen durable, innovant et résilient"

Pour repenser ce tourisme à bout de souffle, Thierry Breton a ainsi proposé l’organisation à l’automne d’un sommet européen du tourisme qui aura pour objectif de "réfléchir ensemble à l’après et de construire une feuille de route vers un tourisme européen durable, innovant et résilient". Dans un billet sur Linkedin, il explique : "Le tourisme doit être au cœur du Green Deal européen et promouvoir le tourisme durable face au tourisme de masse que l’on observe dans certaines villes ou régions. Il s’agira de trouver un équilibre entre la préservation des écosystèmes et les réalités économiques".

Et cette réflexion est partagée par plusieurs organisations comme l'association des Acteurs du tourisme durable (ATD). "Le tourisme doit aujourd'hui se transformer pour devenir un tourisme à impacts positifs, que ce soit pour l'Homme, pour l'environnement et les territoires", appelle l'association. Les villes prennent également conscience de l'urgence. En premier lieu, la ville de Venise, très prisée par les touristes. Alors que depuis une cinquantaine de jours la Cité des Doges retrouve son calme perdu et la clarté de ses eaux, les habitants, et le maire, redécouvrent les bienfaits d’une ville allégée du poids des millions de touristes et de bateaux de croisière.

Les élus pensent même à instaurer des quotas alors que, l’année dernière, plus de 30 millions de personnes ont foulé le sol de la cité italienne. "C’est aussi l’occasion d’aller vers un tourisme intelligent. Avec des touristes qui prennent le temps de comprendre et ainsi de sortir des circuits frénétiques d’autrefois", explique, dans un reportage de France Info, Simone Venturini, maire-adjoint de Venise, chargé du développement économique.

Les villes prennent la main

Le tourisme de masse permet à des populations au faible pouvoir d’achat de partir pour peu cher, mais au prix d’une dégradation de l’environnement. En 2018, une étude publiée dans Nature Climate Change estimait que le secteur représentait 8 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales en raison notamment des transports aériens. Sans compter les nuisances sonores, les transports saturés, les déchets dans les rues, les plages bondées… À Barcelone, Rome, Amsterdam le tourisme de masse, même s’il crée des emplois, nuit à la qualité de vie des locaux. Notamment en générant une pression immobilière à travers par exemple des plateformes entre particuliers comme Airbnb.

À Paris, en cinq ans, 20 000 logements sont ainsi devenus des locations touristiques, faisant monter les prix dans la capitale. Mais le Covid-19 pourrait bien changer la donne. Alors qu’Airbnb subit de plein fouet la pandémie avec des taux d’annulation proches de 90 % selon le cabinet spécialisé AirDNA, certaines villes en profitent pour reprendre la main sur le marché immobilier. À Prague par exemple, les autorités ont utilisé l’état d’urgence déclaré pour accélérer la mise en place d’un plan permettant de mieux contrôler les locations à court terme. Il faut dire que le centre-ville se dépeuple de plus en plus de ses habitants, les loyers étant montés en flèche.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Greenwashing iStock Cristian Storto Fotografia

42% des sites de e-commerce succombent aux sirènes du greenwashing, selon la Commission européenne

La crise a accéléré la consommation en ligne et responsable. Mais certains sites de e-commerce n’hésitent pas à surfer sur la vague verte, sans apporter la preuve de leurs allégations environnementales. La Commission européenne a voulu vérifier sur pièces : 42% des sites analysés se parent d’une...

Masque chirurgical pixabay

Masque biodégradable, sportif ou rechargeable… Cinq initiatives qui vont changer notre quotidien

Le masque chirurgical n'a jamais été autant utilisé. Or, il est source importante de pollution et parfois d'exclusion pour les personnes atteintes de surdité notamment. Mais les entreprises innovent. En un an, plusieurs types de masques écoresponsables ont émergé pour réduire son empreinte...

Depistage Covid Istock Retvisual

Vaccins, tests : une pénurie mondiale de plastique menace la lutte contre le Covid-19

C’est une alerte lancée par les hôpitaux de Paris. La pénurie de plastique en cours génère des problèmes d’approvisionnement en test PCR notamment. Même la fabrication des vaccins est atteinte. Alors que la consommation de plastique a explosé avec la crise sanitaire, cette situation montre à quel...

La fabrique de l'ignorance miniature Arte

"La fabrique de l'ignorance" sur Arte : Quand les industriels instrumentalisent la science contre l'environnement

Freiner le progrès de la connaissance en utilisant la science contre elle-même : c’est la stratégie utilisée par certains industriels pour faire naître un doute sur la toxicité de leurs produits, ou remettre en question le réchauffement climatique. Un mécanisme décortiqué dans le documentaire La...