Publié le 13 février 2018

SOCIAL

[INFOGRAPHIE] Saint-Valentin : le business des fleurs est loin d’être rose

Pour la Saint-Valentin, les fleuristes vont faire le plein. Ce jour-là, 58 % des bouquets offerts sont des roses, et jusqu’à 5 % des ventes annuelles se font à cette occasion. Mais si la rose est de loin la fleur préférée des Français, elle a aussi d’importants impacts sur l’environnement et la santé.

Roses fanees
87 % des roses vendues en France viennent des Pays-Bas.

La rose est l’une des fleurs les plus importées en France, notamment à l’occasion de la Saint-Valentin. Seuls 3 % des roses vendues dans l’Hexagone y auront fleuri, principalement dans le Var et le Finistère. Les autres proviennent des Pays-Bas (87 %), du Kenya (6,6 %) et dans une moindre mesure d’Amérique latine.

Or, une rose hollandaise éclairée et cultivée sous serre émet six fois plus de CO2 qu’une rose kenyane transportée par avion. Par ailleurs, pour pousser, les roses ont également besoin de beaucoup d’eau et de pesticides. De quoi alourdir encore un peu plus leur bilan environnemental.

Un bilan qui n’est pas rose non plus si on s’intéresse aux conditions de travail. En effet, les ouvrières africaines par exemple ne touchent que 2 % du prix de vente final et sont exposées toute la journée aux produits toxiques.

Une enquête de 60 millions de consommateurs a découvert l’année dernière que nos bouquets contenaient entre 4 et 25 pesticides, certains étant même interdits. Le meilleur bouquet ne compte que trois substances contestables mais autorisées, ainsi qu’un fongicide interdit en France. Tandis que le pire, vendu par "Au nom de la rose", compte... 25 substances dont neuf pesticides interdits dans l’Hexagone. 

L’alternative consiste à acheter des fleurs équitables ou locales. Le label Max Havelaar par exemple reverse une prime de développement prélevée sur chaque bouquet à 50 000 travailleurs horticoles et à leurs familles dans 9 pays. En 2014, ce sont 5,6 millions d’euros qui ont été reversés. En région parisienne, l’association Fleurs de cocagne propose quant à elle des fleurs bio et locales, cultivées par des femmes en parcours d’insertion.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Les roses aussi peuvent être équitables

L’association Max Havelaar (Fairtrade International) labellise une cinquantaine de fermes horticoles à travers le monde, employant près de 50 000 personnes. Des fermes qui veillent au respect de l’environnement...

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Oeufs de paques C00

[Infographie] Le vrai coût social et environnemental des œufs de Pâques

En ce retour de week-end pascal, vos placards débordent sans doute de bons petits œufs, lapins et poules en chocolat. Mais derrière ces friandises appétissantes, l’industrie du chocolat a des impacts environnementaux et sociaux particulièrement néfastes. Des coûts cachés qui contribuent à mettre en...

Ces marques qui annoncent un tournant de l agroalimentaire

Poulehouse, C'est qui le patron ou Bleu, blanc, ruche... 5 marques qui mettent la responsabilité au coeur de l'agroalimentaire

Le prix bas n'est plus le seul credo du secteur de l'agroalimentaire. Ces dernières années de nouvelles marques ont émergé à l'instar de Poulehouse, la Nouvelle agriculture ou C'est qui le patron. Elles ont montré que des consommateurs étaient prêts à payer quelques centimes de plus pour mieux...

L application mylabel consommer responsable peut detroner yuka

[La vidéo des solutions] MyLabel, l’appli pour consommer responsable qui peut détrôner Yuka

Plus besoin de choisir entre préserver sa santé ou l'environnement en faisant ses courses. L'application MyLabel vous aiguille dans vos achats en fonction des critères sociaux, environnementaux et sanitaires qui vous paraissent le plus important. De quoi vous aider à manger en cohérence avec vos...

Champ de coton dans le gers jean fil

Jean Fil a réussi à créer un approvisionnement en coton 100 % français

Faire pousser du coton dans le Gers : une idée folle ? Pas tant que ça ! Trois agriculteurs, fondateurs de l'entreprise Jean Fil, se sont lancés il y a trois ans. Résultat : ils s'apprêtent à vendre leur deuxième collection de polos, entièrement tissés, teints et confectionnés en France. Et ils vont...