Publié le 05 juin 2019

SOCIAL

Défi zéro déchet, Familles à énergies positives, #Trashtagchallenge...ces challenges qui rendent les citoyens plus écolos

S’engager à ne rien acheter de neuf pendant un an, participer à un défi de réduction de la consommation, ramasser le maximum de déchets dans la mer en kayak… Les associations utilisent de plus en plus notre esprit de compétition pour faire du bien à la planète, en mettant en place différents challenges. Avec succès.

Pour se motiver à nettoyer, rien de tel qu'un bon challenge !
@DZIRRY

Prendre la pose à côté des poubelles ? C’est la dernière tendance sur les réseaux sociaux ! Pour preuve, les hashtags #Trashtagchallenge, #tenyearschallenge #plasticparadise cumulent des centaines de milliers de posts… Le but est se prendre en photo dans un endroit jonché de déchets et reprendre la même pose une fois les détritus collectés et le lieu nettoyé par ses soins. Pas de classement à la clé, mais plus le nettoyage est impressionnant et plus on est récompensé en likes et autres signes de reconnaissance.

Ces derniers temps, ces challenges photogéniques se multiplient sur les réseaux, motivant jeunes et influenceurs à se retrousser les manches. Mais ils sont loin de de cantonner à la réalité virtuelle. Dans la vraie vie aussi, les défis ont la cote… Il y a quelques jours, à Marseille, 80 personnes se sont engagées dans une compétition européenne de kayak de mer un peu spécifique puisqu’il s’agissait en même temps de récupérer les détritus trouvés sur le passage… En pagayant entre pansements, bouteilles et trottinettes, l’effort a payé : 1,2 tonne de déchets ont été récupérés sur les 8 kilomètres de parcours !

Post facebook byron roman

Sensibiliser et mobiliser…sans culpabiliser !

Se servir de l’esprit de compétition pour faire du bien à la planète est désormais un levier bien éprouvé des associations environnementales pour changer les comportements sur le long terme. Dès 2008, l’association Prioriterre a initié les "Familles à énergies positives". Le défi : sur quatre à cinq mois réduire sa consommation énergétique et d’eau d’au moins 8 % par rapport à l’hiver précédent. L'idée est de démontrer qu’il est possible de lutter efficacement contre les émissions de gaz à effet de serre de façon individuelle et collective, en faisant des économies financières.

Aujourd’hui, le CLER – réseau pour la transition énergétique -, qui coordonne ce défi à l’échelle nationale comptabilise plus de 45 000 foyers participants. Ceux-ci ont réduit de 12 % en moyenne leur consommation énergétique, avec des économies financières d’environ 200 euros. Mais surtout, "ils ont eu toutes les clés pour changer durablement leur comportement grâce à un accompagnement qui leur permet de mieux comprendre le système énergétique, le fonctionnement de leurs appareils et leurs leviers d’action. Pour beaucoup, cela a aussi permis de lever les freins psychologiques à la rénovation thermique de leur logement car ils ont vu ce qu’ils avaient à y gagner", selon Julien Camacho du CLER.

Autre type de défi en vogue, celui du zéro déchet. Le principe est le même : des foyers s’engagent dans un défi de plusieurs mois, souvent par équipe, avec des ateliers et des échanges de conseils. "Cela permet de se rendre compte de la quantité de ce que l’on jette et c’est impressionnant !", souligne Isabelle Clouet, organisatrice de ce type de challenges.

"Au final, on se rend compte que pour réduire significativement nos déchets, il faut changer notre façon d’acheter, en privilégiant le vrac par exemple, mais aussi nos modes de vie : en cuisinant davantage et en pratiquant le compostage. Ce qui est stimulant, en plus du défi - que l’on se met surtout à soi-même – ce sont les échanges entre participants, les conseils que l’on se donne", ajoute-t-elle. Un esprit de corps bienvenu lorsque l’on éprouve des difficultés à trouver des alternatives. Et elles sont évidemment présentes comme le montrait récemment le défi "zéro plastique" que s’était fixé notre journaliste Marina Fabre.

Changer les comportements durablement, à grande échelle

Ces aspects à la fois fédérateurs, ludiques et de compétition sont à la base du succès de ces challenges selon Manon Cuillé, responsable des groupes locaux de Zéro Waste France. L’association utilise ainsi régulièrement ce type d’action pour mobiliser et sensibiliser à de nouvelles problématiques. Parmi les derniers exemples en date le défi "rien de neuf en 2019", un challenge ambitieux "destiné à faire prendre conscience des déchets invisibles du gaspillage non alimentaire".

Lancé fin 2018, il a séduit 20 000 particuliers, même si tous n’iront peut-être pas jusqu’au bout, il ne s’agit pas de les culpabiliser mais de dispenser conseils et astuces pour changer les modes de consommation. D’autres défis, comme le "marathon commerçants zéro déchets" sont plus politiques. Fin mai, une quarantaine de groupes locaux Zero Waste ont frappé à la porte des commerçants et convaincu 650 d’entre eux d’accepter et de promouvoir les emballages réutilisables auprès de leurs clients.

Les élus s’emparent eux-mêmes de ce type de défi pour impulser une politique publique. À Roubaix, le défi zéro déchet lancé par la ville depuis cinq ans a permis de convertir à la démarche des centaines de familles, y compris parmi les plus modestes. Cela a aussi permis de créer un écosystème économique local intégrant la logique zéro déchet.

Béatrice Héraud @beatriceheraud   


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Black friday surconsommation istock

Green Friday vs Black Friday : le combat de David contre Goliath

Face au Black Friday, symbole de la surconsommation qui se déroule ce vendredi 29 novembre, 550 marques s'engagent à boycotter l'événement autour du collectif Make Friday Green Again. Si l'initiative est louable, elle fait difficilement le poids face à la puissance de feu de géants comme Amazon qui...

Collage 01

[À l’origine] L’obsolescence programmée inventée en 1932 pour lutter contre le chômage de masse

Et si l'obsolescence programmée partait d'une bonne intention ? En 1932 le promoteur immobilier Bernard London publie un ouvrage dans lequel il défend l'idée de réduire la durée de vie des objectifs pour sortir de la crise économique dans lequel le pays est enlisé depuis le krach boursier de 1929....

Honte de consommer vetement

Après le flygskam, la honte de prendre l’avion, voici le Köpskam, la honte de consommer

C'est une nouvelle tendance qui nous vient encore une fois de Suède. Après le flygskam, ce sentiment de honte de prendre l'avion pour des raisons écologiques et qui a fait chuter momentanément le trafic aérien suédois, voici le köpskam, la honte d'acheter. Un néologisme qui émerge peu à peu dans la...

Carte cadeau responsable livre

[Bonne nouvelle] Ethi'Kdo, une carte cadeau avec des enseignes 100 % écologiques et solidaires

Vous manquez d'air à l'idée de choisir les cadeaux pour vos proches à Noël ? Ethi'Kdo pourrait bien vous soulager. Cette coopérative vient de lancer une carte cadeau avec des acteurs de la consommation responsable. Label Emmaüs, Rejoué, 1083, WeDressFair... cette carte ne propose que des enseignes...