Publié le 21 mars 2018

SOCIAL

Leclerc contre les agriculteurs : qui dit vrai sur la hausse des prix de l'alimentation

Pour permettre aux agriculteurs de vivre dignement, la nouvelle loi issue des États généraux de l'alimentation prévoit d'augmenter le seuil de revente à perte de 10 %. Une mesure qui permettrait de faire baisser la pression sur les produits agricoles en augmentant le prix sur les produits de marques comme le Nutella, le Coca ou les couches Pampers. Mais selon Leclerc, elle va faire baisser le pouvoir d'achat des consommateurs et ne pas va améliorer le revenu des agriculteurs. 


@Marinafabre

Les consommateurs sont-ils les pigeons des États généraux de l’alimentation ? À en croire Michel Edouard Leclerc, président du groupe éponyme, pas de doute. Avec la nouvelle loi, les consommateurs vont trinquer. Dans son viseur : le seuil de revente à perte. C'est-à-dire le seuil en dessous duquel les distributeurs ne peuvent vendre un produit.

À l’issue des États généraux de l’alimentation, dont le but était de trouver une porte de sortie à la crise agricole, les distributeurs, industriels, agriculteurs et représentants de l’État se sont mis d’accord sur plusieurs points. D’abord, la prise en compte par les distributeurs du coût de production des agriculteurs dans le prix de vente final. Ensuite, l’encadrement des promotions, un moyen de baisser la pression sur les prix. Enfin, la hausse de 10 % du seuil de revente à perte.

Ces trois outils seront intégrés dans la loi issue des États généraux de l’alimentation qui n’a pas encore été votée. Elle est attendue d'ici la fin du premier semestre 2018. En attendant, tous les distributeurs ont signé une charte pour d'ores-et-déjà respecter ces mesures. Or, Michel-Édouard Leclerc s’est toujours opposé à une hausse du seuil de revente à perte qui n’améliorera "ni le revenu de nos agriculteurs, ni le pouvoir d’achat des Français", estime-t-il. 

Zéro marge sur les produits de marques

De son côté, Système U veut tester le principe. "Sur les 20 000 références disponibles dans un supermarché, toutes ne sont pas vendues avec le même taux de marge", explique à Novethic un porte-parole du groupe. "Les produits qui sont soumis à des comparateurs de prix, comme le Coca-Cola, le Nutella ou les couches Pampers, sont vendus avec zéro marge", poursuit le distributeur. Une stratégie qui permet aux distributeurs d’avoir des produits d’appel alléchant.

Pour compenser ce manque à gagner, les distributeurs "surmargent" sur d'autres références, comme les produits agricoles. Or, augmenter de 10 % le seuil de revente à perte, sur ces produits de grandes marques comme Nutella ou Coca, permettrait de mettre fin à la guerre des prix, estime le gouvernement. "C’est une expérimentation. Ce qui anime notre PDG, Serge Papin, c’est de trouver une solution à la crise agricole. On regrette l’immobilisme de certains de nos adversaires", tacle le groupe. 

Leclerc fait pression sur les agriculteurs

Sauf que pour Michel-Édouard Leclerc, il n'est pas nécessaire de faire payer les consommateurs pour mieux rémunérer les agriculteurs. Interrogé sur BFM TV, le président du groupe a indiqué qu'il était capable de "payer plus cher le produit agricole" grâce à "des bons modèles logistiques" sans pour autant répercuter ces tarifs sur les consommateurs. 

Des propos qui ont considérablement irrité la FNSEA, principal syndicat agricole. "Alors pourquoi il ne le fait pas déjà comme il s'y est engagé", rétorque Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA. "Aujourd’hui, dans les négociations commerciales, Leclerc ne respecte pas la charte d’engagement qu’il a signé. Il continue de faire pression sur les prix et de brandir le drapeau d'une baisse de pouvoir d'achat", dénonce t-il.

"Le consommateur ne payera pas plus", estime le ministre de l'Agriculture 

Michel-Édouard Leclerc est, en revanche, soutenu par l'association de consommateurs UFC- Que choisir. Selon elle, la nouvelle loi aurait pour conséquence une augmentation de 5 milliards d’euros pour les consommateurs soit 177 euros par ménage. A contrario Christiane Lambert, présidente de la FNSEA évoque une augmentation de 3,21 euros par ménage et par mois.

Pour Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, "il n’y a pas de raison que le consommateur demain doive payer plus cher" car il y aura un "lissage". Le but est de "redonner des marges de manœuvres aux agriculteurs", a-t-il expliqué sur France Info le 20 mars. "On ne gagne pas sa vie sur le dos des autres", a-t-il ajouté, pointant du doigt les prises de position de Michel-Édouard Leclerc. 

Marina Fabre@fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Supermarche ok

Une hausse des prix alimentaires se profile en France, une première en dix ans

Alors que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) constate une flambée des prix alimentaires de 31 % en moyenne dans le monde, en France, elle reste contenue et ne devrait atteindre que 4 %. Directement liée à l’envolée des cours des matières premières et aux...

Soldes

Les soldes, apanage des grands groupes, fragilisent les petits commerces

La période des soldes débute ce 12 janvier et avec elle son lot de controverses. Symbole de la société de consommation, elles sont boycottées par certaines enseignes et boutiques indépendantes. Elles incarnent par ailleurs les dérives d’une économie basée sur le tout jetable, incompatible avec...

C qui le patron

Lait, beurre : "C’est qui le patron" explose le plafond de verre des produits équitables en se hissant à la première place

Alors qu'en décembre, "C'est qui le patron" devenait la première référence de sa catégorie sur le lait, un mois plus tard, c'est au tour du beurre bio de finir en haut du podium. Un tournant de taille pour les produits équitables qui n'avaient jamais atteints un tel niveau et une preuve que les...

IStock RusN emballage fruit legume

Plastiques interdits, dons d’invendus… ce qui change au 1er janvier pour encourager une autre consommation

Différents décrets de lois entrent en application le 1er janvier 2022 pour faire évoluer nos modes de consommation et les inscrire dans une trajectoire plus durable. L'objectif est de sortir la France du "tout jetable" et d'accompagner la transition écologique des citoyens via d'avantage d'aides...