Publié le 03 octobre 2017

ENVIRONNEMENT

États généraux de l’Alimentation : Leclerc veut-il tuer une amorce de consensus ?

Industriels, distributeurs et agriculteurs sont-ils sur le point de trouver un accord pour mieux rémunérer les producteurs ? L'idée, proposée lors des États généraux de l'Alimentation, serait d'augmenter les seuils de prix en dessous desquels les distributeurs ont interdiction de vendre un produit. Cette hausse serait répercutée sur la rémunération des producteurs. Un "impact démesuré sur le pouvoir d'achat des Français", dénonce le président de Leclerc, soutenu par l'UFC-Que-Choisir. 


Quelques semaines après un "clash" avec Nestlé, Michel-Edouard Leclerc joue une nouvelle fois les agitateurs, cette fois-ci au sujet des États Généraux de l'Alimentation. Le président de Leclerc a dénoncé, par voie de blog, un "deal complètement irresponsable" entre industriels et distributeurs qui, "sous prétexte d’aider les agriculteurs", "augmenterait les prix de 5 à 15 % sur des milliers d’articles alimentaires".

L'homme d'affaires fait allusion à une piste émise lors des États généraux de l’Alimentation. Hier, lundi 2 octobre, s’est terminé le premier chantier dédié à une plus juste répartition de la valeur et une hausse de la rémunération des agriculteurs. Pour y parvenir, plusieurs parties prenantes autour de la table ont proposé une augmentation du seuil de vente à perte. Ce seuil fixe un prix en dessous duquel un distributeur ne peut vendre un produit.

Leclerc "défend ses marges et ses intérêts", selon la FNSEA

Une initiative qui permettrait de mieux rémunérer les agriculteurs et qui pourrait bien faire consensus. Elle a reçu le soutien des industriels de l’ANIA (Association Nationale des Industries Alimentaires), les distributeurs de la FCD (Fédération du Commerce et de la distribution) et même de la FNSEA, principal syndicat agricole, à condition "d’encadrer les promotions", "d’interdire les prix abusivement bas" ou encore d’améliorer "le dispositif de la contractualisation en imposant la prise en compte des prix de revient".

Michel-Edouard Leclerc "défend surtout ses marges à lui, et ses intérêts à lui", a taclé la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert citée par l'AFP, "Leclerc représente un ancien monde, celui des prix toujours plus bas. Les consommateurs veulent autre chose, ils veulent de l’origine, de la qualité, de la proximité, ils veulent savoir qui produit et comment et ils veulent surtout redonner plus de centimes aux producteurs", estime-t-elle.

Une hausse de 2,4 % pour les consommateurs 

Mais le président de Leclerc a reçu un soutien de poids, celui des associations de défense de consommateurs comme l’UFC Que Choisir qui dénonce un "bénéfice plus qu’incertain" pour les producteurs et "un impact colossal pour les consommateurs". L’association estime qu’une augmentation de 15 % du seuil de revente à perte se traduirait, dès 2018, par une hausse globale des prix de 1,4 milliard d’euros, "soit +2,4 % sur les rayons concernés". Un calcul qui vient toutefois relativiser la hausse de "5 à 15 %" annoncée par Michel-Edouard Leclerc.

Comment obtenir un vrai consensus ? "Seule la participation de l’État garantira la négociation des prix rémunérateurs, sur la base d’un dispositif législatif, et empêchera quelque partenaire que ce soit d’être en situation d’abus de position dominante", plaide la Confédération paysanne. Emmanuel Macron est attendu le 11 octobre pour tirer le bilan du premier chantier des États généraux. Une première phase qu’il a voulue rapide : les négociations commerciales entre distributeurs et industriels commencent habituellement début octobre. 

Marina Fabre @Fabre_Marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

États généraux de l'Alimentation : la CFTC demande la mise en place d’un label RSE dans l’agriculture

À l’occasion des États généraux de l’Alimentation, le syndicat des cadres CFTC met sur la table l’idée d’un label de responsabilité social dans l’agriculture. Une manière de répondre à la crise actuelle que traverse le secteur et d’anticiper les enjeux de l’agriculture de demain.

Pourquoi le fipronil a tué dans l’œuf les États généraux de l’alimentation

Le gouvernement misait sur des engagements volontaires pour parvenir à un consensus autour d’une hausse de la rémunération des producteurs lors des États généraux de l’Alimentation. Mais la crise des œufs contaminés au fipronil cristallise le débat. Les distributeurs et industriels se...

États généraux de l'alimentation : producteurs, transformateurs et distributeurs sont à couteaux tirés

Les États généraux de l'Alimentation s'ouvrent ce jeudi 20 juillet. Toutes les parties prenantes se rencontreront ensuite autour d'ateliers à partir d'août. Le premier objectif est de sortir de la crise agricole en répartissant mieux la valeur entre les producteurs et les distributeurs. Le...

[Vidéo] États généraux de l'alimentation : "Le tout chimique ne fonctionne plus"

Les États généraux de l'alimentation, qui s'ouvrent ce 20 juillet, veulent définir une nouvelle agriculture. Réduire l'usage des produits phytosanitaires est une des questions qui se posent. Plusieurs agriculteurs productivistes, habitués jusqu'alors à leurs utilisations, se tournent...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Champs de colza abeille rentabilite

[Science] Dans les champs de colza, les abeilles sont plus rentables que les pesticides

Pour gagner plus, mieux vaut miser sur les abeilles. Des chercheurs de l'INRA et du CNRS viennent de publier une étude dans laquelle ils affirment que miser sur les pollinisateurs pour accroître les rendements dans les champs de colza est plus rentable économiquement que d'utiliser des pesticides...

Poussins broyes vivants interdiction

En 2021, les poussins mâles ne seront plus broyés vivants, promet le gouvernement

Ils sont plus de 50 millions à subir ce sort chaque année. Les poussins mâles, trop peu rentables, sont broyés, gazés et même jetés, agonisants, dans des sacs-poubelles. Le gouvernement entend mettre fin à cette pratique d'ici 2021, d'autant que des alternatives existent. Cette mesure est l'occasion...

L’agriculture française n’est pas prête à encaisser les coûts élevés liés à la suppression du glyphosate, alertent des parlementaires

Un rapport parlementaire, qui doit être rendu public cette semaine, tire le signal d’alarme sur l’interdiction du glyphosate. À un peu plus d’un an de son interdiction, le gouvernement doit clarifier qui sera concerné par cette disposition car la viabilité de plusieurs activités serait remise en...

Loi alimentation echec agriculteur

La loi alimentation, "un chèque en bois" pour les producteurs, un "chèque en blanc" pour les distributeurs

La loi alimentation cumule les échecs. Un an après sa publication, un rapport sénatorial liste les effets pervers de ses mesures phares, notamment sur les PME. Alors que l'objectif était de mieux rémunérer les agriculteurs, ce sont les distributeurs qui semblent en profiter. L'expérimentation doit...