Publié le 22 décembre 2017

ENVIRONNEMENT

Le pouvoir des agriculteurs sort renforcé des États généraux de l'alimentation

Les États généraux de l'alimentation, se sont terminés jeudi 21 décembre. Ont-ils joué leur rôle ? Les graines ont en tout cas été semées. Désormais le prix de vente sera construit à partir du coût de production, les agriculteurs proposeront eux-mêmes leurs contrats aux distributeurs, et les promotions seront encadrées pour mettre fin à la guerre des prix. Des engagements qui vont dans le bon sens. Reste à savoir si tous les acteurs tiendront leur parole. 

Le Premier ministre Edouard Philippe a clôturé les États généraux de l'alimentation qu'il avait lancé 5 mois plus tôt.
Matignon

Cinq mois après le lancement des États généraux de l’alimentation, c’est l’heure du bilan. Le gouvernement a-t-il réussi à rassembler les acteurs des filières, à les coordonner et surtout, à mieux répartir la valeur ? Car on le sait, les agriculteurs français vivent une crise. Un sur trois gagne moins de 350 euros par mois. L'exécutif a donc voulu leur redonner du pouvoir face aux transformateurs et distributeurs.

"Les promotions ne peuvent se faire au détriment des producteurs" 

Désormais, ce ne seront plus les distributeurs qui établiront les contrats mais les agriculteurs, formés en organisations de producteurs. De même, Emmanuel Macron l’avait promis le 11 octobre à Rungis, "nous modifierons la loi pour inverser la formation du prix qui partira du coût de production". Ainsi, le prix de vente sera construit à partir du coût de production et non l’inverse. Le projet de loi doit être voté d’ici la fin du moins de juin 2018.

Deux autres mesures vont être testées pendant deux ans et feront l’objet d’une ordonnance. Il s’agit d’abord du relèvement du seuil de revente à perte de 10 %. Le rôle de ce dernier est de fixer un prix en dessous duquel un distributeur ne peut vendre un produit. Cette revalorisation permettra de limiter la guerre des prix.

Toujours pour lutter contre les prix bas, il est prévu d'encadrer les promotions commerciales des grandes surfaces. Les promotions ne pourront excéder 34 % du prix de base et 25 % du volume annuel vendu. "Ces promotions ne peuvent se faire au détriment des producteurs", a tranché le Premier ministre Édouard Philippe. 

Passer des engagements à la mise en oeuvre 

Mais attention, "une augmentation des prix sans contrepartie pour les consommateurs et les producteurs ne serait pas acceptable", a prévenu la secrétaire d’État à l’Économie, Delphine Gény-Stephann. Ainsi le projet de loi, les ordonnances ainsi que l’enveloppe de 5 milliards d’euros dédiée au secteur agricole seront menés jusqu'au bout à condition que les plans de filière demandés par Emmanuel Macron soient satisfaisants. "Tout ne doit pas venir de l’État", prévient une source ministérielle.

Le 19 décembre, la quasi-totalité des filières ont ainsi rendu leur copie au gouvernement. Les cabinets doivent encore  les examiner et les associations participer aux concertations. "Les états généraux se sont clôturés mais un chapitre immense s’ouvre, celui de la mise en œuvre", a rappelé une source ministérielle.

Reste un écueil qu'il va être difficile d'éviter : s'approvisionner à l'étranger. C'est ce que pourrait faire la grande distribution ou même les consommateurs pour éviter de répondre aux nouvelles règles du jeu pour les premiers, de payer plus pour les deuxième. À cet égard le gouvernement réfléchi à un "label français" qui sera gage de qualité pour les consommateurs.

Plane aussi, sur ces conclusions, la crainte d'une mésentente gouvernementale. Pourtant à l'origine de cette réflexion sur l'agriculture, le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a été remarqué par son absence. Celle-ci témoignerait du regret que les considérations environnementales, comme la question du glyphosate, aient été reléguées à une phase ultérieure. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Etats généraux de l’alimentation : une loi pour mieux rémunérer les agriculteurs

Dans un discours très attendu visant à augmenter le revenu des paysans en crise, le Président de la République a annoncé mercredi une loi pour rééquilibrer les contrats commerciaux entre agriculteurs et distributeurs. A condition qu'ils réorganisent leurs filières de production.  

"Les États généraux de l’alimentation sont l'occasion de redonner ses lettres de noblesse à l'agriculture", Claude Gruffat (Biocoop)

Les États généraux de l'alimentation s'ouvrent le jeudi 20 juillet. Au programme : la question de la répartition de la valeur et le développement d'une agriculture saine, durable et accessible. Une occasion "formidable" pour pousser la bio selon Claude Gruffat, président du réseau de...

États généraux de l’Alimentation : Leclerc veut-il tuer une amorce de consensus ?

Industriels, distributeurs et agriculteurs sont-ils sur le point de trouver un accord pour mieux rémunérer les producteurs ? L'idée, proposée lors des États généraux de l'Alimentation, serait d'augmenter les seuils de prix en dessous desquels les distributeurs ont interdiction de vendre un...

États généraux de l'alimentation : producteurs, transformateurs et distributeurs sont à couteaux tirés

Les États généraux de l'Alimentation s'ouvrent ce jeudi 20 juillet. Toutes les parties prenantes se rencontreront ensuite autour d'ateliers à partir d'août. Le premier objectif est de sortir de la crise agricole en répartissant mieux la valeur entre les producteurs et les distributeurs. Le...

ENVIRONNEMENT

Agriculture

Avec ou sans pesticides, bio ou OGM, les modes de production agricole jouent un rôle déterminant sur la biodiversité et la pollution. Le développement massif de monocultures comme celle de l’huile de palme dans certaines régions entraine des problèmes variés dont la déforestation.

Manifestation anti mercosur GroupeFDSEA51

Coup de frein pour l'accord de libre échange UE-Mercosur après le rejet des députés néerlandais

Les députés néerlandais viennent de s'opposer à l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Mercosur. Leur rejet marque un coup de frein à ce traité qui doit être ratifié par chaque membre de l'UE pour entrer en vigueur. Alors que la France s'était finalement opposée à cet accord pour...

Crise alimentaire france

Créer une sécurité sociale de l'alimentation alors qu'un Français sur cinq souffre d'insécurité alimentaire

Plusieurs organisations dont Ingénieurs sans frontière et la Confédération paysanne militent pour étendre la sécurité sociale à l'alimentation. Cela permettrait à des millions de Français de se nourrir correctement et aux agriculteurs, conventionnés par cette Sécurité sociale selon des critères...

Agriculture invendus coronavirus

Fromages, pommes de terre, bières... Des montagnes d'invendus s'accumulent chez les producteurs faute de débouchés

C'est un des effets du Covid-19 et du confinement. Avec la fermeture des chaînes de fast-food, des restaurants, des bars... Les agriculteurs ont perdu d'importants débouchés. Les producteurs de pommes de terre ont 450 000 tonnes de tubercules sur les bras, les brasseurs ont perdu 10 millions de...

Coronavirus crise alimentaire mondiale FAO FIDA PAM Michael Tewelde

Coronavirus : L'aggravation de la crise alimentaire dans le monde pointe un risque d'explosion sociale

Derrière la pandémie de Covid-19, se cache une "pandémie de la faim". Selon les estimations du Programme alimentaire mondial, le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire aiguë dans le monde devrait doubler à cause du Coronavirus, atteignant 250 millions d'humains d'ici la fin 2020. Une...