Publié le 20 août 2018

SOCIAL

[Les mots de l'éco] Les maux du travail

L’économie est en pleine mutation. Une transformation qui se voit aussi dans les mots employés pour la décrire et l’analyser. Toute cette semaine, nous vous proposons un décryptage lexical des nouvelles tendances qui se font jour dans l’économie, la finance et le monde du travail. Aujourd’hui, cap sur les maux du travail.

Après le burn-out, le bore-out et maintenant le brown-out...autant de mots sur les maux du travail qui se multiplient
BrainAJackson

  • L’explosion du Burn-out

Les chiffres ont de quoi donner le tournis. Selon le cabinet Technologia, près de 3,2 millions de Français seraient en risque élevé de burn-out. Derrière cet anglicisme (qui signifie littéralement "griller"), se cache un syndrome d’épuisement professionnel plongeant le travailleur dans un état dépressif, l’empêchant de mener ses tâches à bien, pouvant l’amener à une incapacité totale de travailler sur une période plus ou moins longue.

"Ce que l’on voit aujourd’hui dans nos cabinets, ce sont des effondrements somatiques, des AVC, des battements à moins de 40 pulsations. Nous n’en sommes plus seulement à des pathologies psychiques, mais à des épuisements physiques, raconte la psychologue Marie Pezé, l’une des pionnières sur le sujet. On assiste à une véritable aggravation de la santé des salariés français." 

Un constat alarmant qui a conduit certains députés à proposer en février dernier la reconnaissance du burn-out en maladie professionnelle. Sans succès à ce jour.

 

  • Le paradoxe du bore-out

Quand le travailleur touché par le burn-out ploie sous la charge de travail, celui touché par le bore-out lui souffre d’ennui par manque de travail… Si le bore-out peut ne pas être intentionnel de la part de l’entreprise, il peut aussi être le fruit d’une stratégie délibérée de celle-ci pour pousser un salarié à la démission.

En mai dernier, une entreprise (Interparfums) a ainsi été condamnée aux Prud’hommes pour "harcèlement moral" sur l’un de ses anciens salariés qui l’avait poursuivi pour "bore-out" après des mois de placardisation. Une première. Et même si le terme "bore-out" n’a pas été explicitement nommé dans le jugement, celui-ci ouvre la brèche à de futures victimes de ce type estime l’avocat du plaignant.

 

  • L’émergence du brown-out

Dernier de la liste des maux en B, le brown-out (littéralement "baisse de courant") dont il est de plus en plus question ces derniers mois. Cette fois, le malaise et la souffrance du travailleur sont liés à la perte de sens de son travail. Résultat : si la personne est toujours "opérationnelle", elle manque cruellement de motivation, d’implication. Elle devient obsédée par l’absurdité de son travail. C’est la crise existentielle.

Pendant de cette nouvelle épidémie, l’explosion des reconversions ou du moins de velléité de changement d’un nombre croissant de salariés, notamment de cadres, vers l’économie sociale et solidaire ou des entreprises mettant en avant leur engagement sociétal. Un secteur qui n’est pourtant pas épargné par le…burn-out… 

 

  • La fausse bonne solution du Chief Hapiness manager ?

Face à la multiplication de ces risques psychosociaux, il n’a jamais été autant question d’amener le bonheur au travail. Un nouveau métier a même fait son apparition : le chief hapiness officer (CHO), chargé donc d’amener la joie sur le lieu de travail.  Sa mission, au quotidien : favoriser le dialogue, stimuler l’esprit d’équipe, entretenir la motivation, évaluer et favoriser le bien-être dans l’entreprise…

Un métier qui fait beaucoup parler de lui dans les médias mais qui reste encore confidentiel sur le terrain. D’autant que, pour certains, le CHO a toute sa place parmi les "bullshit jobs", littéralement ces "jobs de merde" qui s’apparentent au mieux à une mode, au pire à un de ces métiers vidé de sens réel…

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Teletravail Jean Castex LE O PIERRE HANS LUCAS HANS LUCAS VIA AFP

Le télétravail, un "héritage positif" du Covid-19 qui devrait perdurer après la crise

Les salariés n'ont jamais été aussi nombreux à télétravailler avec la crise sanitaire. Si le Covid-19 a donné un coup d'accélérateur, Jean Castex espère que cette pratique "survivra à la pandémie". Il a ainsi demandé aux organisations patronales et syndicales de négocier un accord sur le sujet....

Livreur velo iStock piksel

[Les raisons d’y croire] Des livreurs se regroupent pour créer des plateformes locales et indépendantes

Face à l’ubérisation de la livraison, les livreurs se prennent en main en créant leur propre plateforme. C’est le cas dans plusieurs villes : Nantes, Lille, Paris, Angers et maintenant Rennes. Des coopératives qui font figure de petits poucets face aux géants Uber ou Deliveroo mais qui permettent de...

Nicolas Schmit commissaire europeen CE

La Commission européenne avance ses pions sur un salaire minimum commun

Alors que l’économie européenne devrait souffrir encore plusieurs mois de la pandémie, la Commission vient de rendre public son projet de directive sur un salaire minimum commun pour les pays membres. Ce dispositif ambitionne de réduire le nombre de salariés vivant dans la pauvreté, et à ne pas...

Uber congestion pollution climat TE

Les Californiens soutiennent le modèle d'Uber, malgré les critiques des travailleurs

C'est le "Réferendum Uber". Le 3 novembre, en même temps que l’élection présidentielle, les Californiens ont voté pour décider du sort de l’économie des plateformes, appelée "gig economy" outre-Atlantique. Alors que le chômage monte en flèche avec le Covid-19, les électeurs ont accepté que les...