Publié le 28 mai 2015

SOCIAL

Le bore-out : l'épuisement par l'ennui au travail

Après le burn-out, voici le bore-out. Ce mot désigne la pathologie psychologique induite par l’ennui au travail. Car au même titre que la surcharge de travail, l’ennui est un risque psycho-social à prendre en compte au sein de l’entreprise. Ce phénomène, qui n’est pas nouveau, n'a parfois rien d'intentionnel, mais il arrive qu'il constitue pour l'entreprise une stratégie visant à pousser un salarié à la démission. Explications.

Photo d'illustration
iStock

Après le burn-out, voici qu'émerge le "bore-out". Comprenez : épuisement professionnel par l’ennui. À l’origine de ce néologisme, on trouve deux consultants allemands qui ont décrit cette nouvelle pathologie du monde du travail, dans leur ouvrage "Diagnose Boreout" paru en 2010.

Depuis, l’idée a fait son chemin et émerge dans les entreprises françaises. Si certains salariés craquent à cause d’une surcharge de travail, d’autres sombrent également par manque de travail ou manque d’intérêt pour leur activité.

 

Une stratégie de placardisation punitive

 

C’est le cas d’Audrey, 33 ans, cadre dans un groupe d’assurances. En 2012, à la suite d’une grave maladie de son fils, elle s’est arrêtée plusieurs mois. À son retour, tout change : "Alors que j’étais gestionnaire, je suis devenue conseillère du SAV pour les conseillers et clients. Depuis deux ans, je suis complètement démotivée, je ne m’investis plus. Et depuis quelques temps, j’ai des problèmes de dos dus à cette tension permanente". Résultat, Audrey enchaîne les congés maladies depuis plusieurs mois. Elle n’est pas dupe : "Cette stratégie de me confier un poste bien en-dessous de mes compétences vise à me faire partir. Mais avec 10 années d’ancienneté, j’essaie de tenir", explique-t-elle.

Autre cas similaire avec Vanessa, 42 ans, cadre dans un groupe bancaire international. C’est à la suite de sa seconde grossesse que ses conditions de travail se sont dégradées : "À mon retour de congé maternité, la placardisation a commencé. Après avoir travaillé 8 ans dans une agence près de la place de l'Opéra, à Paris, j’ai été envoyée en banlieue parisienne, où je n’avais plus de clientèle internationale".

Formée pour gérer des portefeuilles internationaux, elle ne peut plus exercer pleinement ses compétences : "Je me suis sentie complètement dévalorisée professionnellement, et j’ai commencé à avoir systématiquement la nausée au travail. Je n’arrivais plus à accomplir des tâches pourtant simples". Vanessa a finalement été arrêtée à deux reprises par son médecin, pour une durée de plusieurs mois et sur les conseils du médecin du travail.

 

Se débarrasser de salariés sans avoir à les licencier

 

Pour Marie Pezé, psychologue et responsable du réseau Souffrance au travail ces situations sont courantes : "Le bore-out est juste un syndrome à l’anglo-saxonne de plus. Tout ceci résulte de la pathologie, qui existe depuis longtemps, de la 'placardisation' ou des postes qui disparaissent. Il y a encore quelque mois, cela s'appelait le harcèlement stratégique pour faire partir quelqu’un".

Pour la psychologue, "l'entreprise sait très bien quand elle a des salariés en sous-charge de travail, ou sur des métiers qui disparaissent ou encore avec des procédures tellement prescrites que le salarié s’ennuie".

Si le bore-out n’est pas nouveau, il a le mérite de remettre au gout du jour un problème récurrent. Dans un article du journal l’Humanité, Jean-Claude Delgènes, directeur du cabinet d’évaluation et de prévention des risques professionnels Technologia, expliquait que "le bore-out n’est pas un phénomène nouveau mais si on en parle peut-être un peu plus, c’est qu’il est de plus en plus utilisé comme un moyen de se débarrasser de gens sans en passer par un licenciement".

 

Céline Oziel
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le présentéisme, nouvel indicateur de risque au travail

En France, l’engagement et la motivation au travail se traduisent souvent par une présence accrue dans les locaux de l’entreprise. Pourtant, contrairement aux idées reçues, des horaires à rallonge ne sont pas nécessairement un gage d’efficacité. Depuis peu, le concept de "présentéisme",...

Présentéisme : un phénomène discriminant pour les femmes

La tendance franco-française à prolonger ses heures de travail pose un problème en termes de mixité. Les femmes, encore largement responsables des tâches domestiques et familiales, ne peuvent pas jouer le jeu de la visibilité et du réseautage au même titre que les hommes.

PME : quand les dirigeant(e)s insufflent l’esprit RSE

Dans les PME, le niveau d’engagement social, sociétal et environnemental est bien souvent le reflet de celui du ou de la dirigeant(e). Dans ce type de structure, la conviction personnelle du ou de la chef(fe) d’entreprise est clé dans le développement d’une démarche RSE globale. Zoom sur...

L’activité physique en entreprise, un outil efficace de bien-être au travail

Quel rapport peut-il y avoir entre la Responsabilité sociale des entreprises(RSE) et le sport ? En quoi l’activité physique peut-elle servir la politique de ressources humaines des entreprises ? Santé, amélioration du bien-être au travail, baisse de l’absentéisme et du présentéisme : les...

L'affaire M6 n’est que la face émergée du malaise dans les entreprises

En début de semaine, deux enquêtes sur les conditions de travail chez M6 publiées par "Télérama" et "Le Canard Enchaîné" ont créé la stupeur. Arrêts maladies, burn-out, suicide… elles décrivent un état de "souffrance aiguë" chez les salariés de la chaîne de télévision. Une situation hélas...

Le télétravail, une pratique qui doit être bien encadrée

Le développement des nouvelles technologies a ouvert la voie à un mode de travail en plein essor : le télétravail. Dans le cadre de leur démarche RSE, les entreprises s'y intéressent de plus en plus, notamment pour contribuer à un meilleur équilibre entre la vie privée et la vie...

SOCIAL

Conditions de travail

Santé et sécurité au travail sont deux dimensions importantes de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Dans les usines du monde, les conditions de travail sont souvent très difficiles. Les consommateurs prennent progressivement conscience du coût humain auquel sont obtenus les produits qu’ils achètent.

Grande demission istock

La Grande démission aux États-Unis, symbole d'un nouveau rapport au travail

Plus de 4,5 millions d'Américains ont quitté leur travail au mois de novembre, un record. Ce phénomène, baptisé The Great Resignation, qui s'exerce depuis la pandémie, est devenu viral sur les réseaux sociaux. Il exprime à la fois le ras-le-bol et la quête de sens de millions de travailleurs. Si en...

Teletravail pixabay

Télétravail obligatoire : les entreprises récalcitrantes seront sanctionnées

Le gouvernement serre la vis pour faire respecter les trois jours de télétravail minimum obligatoire. En plus d'une mise à jour du protocole sanitaire, la ministre du Travail Elisabeth Borne souhaite proposer un amendement au projet de loi sur le passe vaccinal. Une amende de 2000 euros par employé...

Teletravail pixabay 01

Face à Omicron, le retour au télétravail obligatoire

Trois jours de télétravail obligatoire minimum. C'est la mesure phare du Premier ministre Jean Castex pour freiner la propagation du variant Omicron. Une décision, applicable pendant trois semaines à partir du 3 janvier, qui pourrait se heurter à la réticence des entreprises puisque non inscrite...

Pass sanitaire stopcovid Riccardo Milani Hans Lucas Hans Lucas via AFP 01

Covid-19 : Le gouvernement planche sur l’obligation du pass sanitaire en entreprise

Le gouvernement veut serrer la vis sur la pandémie de Covid-19. Alors que la rapide propagation du variant Omicron met sous tension les hôpitaux, la ministre du Travail Élisabeth Borne a consulté les partenaires sociaux et le patronat sur la possibilité d'imposer un pass sanitaire en entreprise. Une...