Publié le 20 mars 2022

POLITIQUE

Une campagne présidentielle hors sol, si loin de l’Ukraine et du changement climatique

À trois semaines du premier tour des Présidentielles, les débats de campagne ne devraient plus pouvoir permettre aux électeurs d’arbitrer entre les candidats sur des choix déterminants pour des enjeux fondamentaux que sont l’énergie, le changement climatique ou la démocratie au temps des réseaux sociaux. Conséquence : moins de 70 % des électeurs sont certains d’aller voter selon la dernière enquête Ipsos, Cevipof, Fondation Jean Jaurès. 

Climat manifestation ALAIN JOCARD AFP
La campagne se déroule toujours loin des préoccupations des Français pour l’environnement.
ALAIN JOCARD / AFP

Dans sa conférence de presse de plus de quatre heures Emmanuel Macron a déroulé son programme sans faire de lien avec sa lettre de candidature dans laquelle il souhaitait faire de la France une grande Nation écologique. Le dimanche précédent seul cinq des douze candidats aux Présidentielles ont participé au Débat du Siècle diffusé sur Twitch. Les autres débats qui ont émaillé les soirées télévisées de la semaine, le "Face à la guerre" de TF1 avec 8 des 12 candidats ou le "Face à Baba" Jadot/Le Pen sur C8, auraient pu ranimer la flamme de cette campagne hors sol qui passionne (et encore) les journalistes politiques, les sondeurs et les professionnels de la politique.

Mais elle se déroule toujours loin des préoccupations des Français pour l’environnement et de leurs inquiétudes structurelles pour le pouvoir d’achat. Elle continue à faire vivre le clivage droite/gauche sans catalyser clairement les positions des 12 candidats sur la France d’après, celle qu’il faudrait construire avec des actions concrètes sur le changement climatique, l’agriculture, les inégalités sociales, les réfugiés… Même les clashs et les petites phrases des uns et des autres n’émergent pas vraiment sur les réseaux sociaux, baromètre de l’intérêt des Français qui leur consacrent désormais 1h41 en moyenne par jour. Ils passent aussi 5h37 sur Internet, soit deux heures de plus que devant la télévision où se déroule principalement la campagne médiatique. Ceci explique cela et nourrit sans doute l’abstention massive annoncée par la septième vague de l’enquête réalisée par Ipsos-Sopra Steria en partenariat avec le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) et la Fondation Jean Jaurès pour Le Monde.

74 % des Français déclarent s’intéresser à la campagne présidentielle, six points de moins qu’au début du mois de mars ! Seuls 67 % d’entre eux se disent "tout à fait certains" d’aller voter. L’organisation des deux tours pendant les vacances scolaires et l’absence persistante de cristallisation des débats sur des sujets mis au premier plan par la pandémie de Covid-19, le dernier rapport du GIEC et la guerre en Ukraine font déjà de ces élections présidentielles un rendez-vous manqué. Pour les programmes environnementaux, il y a une possibilité de rattrapage avec le comparateur de programmes proposé par le think tank spécialiste du climat, I4CE. Le Réseau action climat les a aussi passés au crible et décerne les meilleurs notes sur le climat à Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon. Pour le reste, il faut fouiller dans les sites proposés par les candidats. Revue de l’essentiel des promesses des 12 candidats. 

Emmanuel Macron, le candidat président. Son slogan : Avec Vous

Au cours d’un "Stand up" de plus de quatre heures face à 300 journalistes lors d’une conférence de presse organisée le 17 mars, le Président Emmanuel Macron a déroulé le programme du candidat, plus proche des réformes listées en 2017 comme celle des retraites, que du contenu de sa lettre de candidature dans laquelle il s’engageait à "faire de ces temps de crises, le point de départ d'une nouvelle époque française et européenne" et proposait aux Français « d’inventer avec eux, face aux défis du siècle, une réponse française et européenne singulière ». 

Marine Le Pen, la première candidate d’extrême droite. Son slogan : M la France

Marine Le Pen joue avec l’initiale de son prénom pour porter des messages ancrés dans le terreau habituel de son parti. Elle promet aussi de défendre l’agriculture française avec un étrange visuel d’une main noire qui a un petit doigt blanc ! Forte des sondages qui lui accordent la seconde position en termes de résultats, elle se pose comme principale opposante à Emmanuel Macron en jouant avec son slogan et sa photo pour appeler au vote ainsi : "Avec vous, ce sera sans lui".  

Site officiel

Jean-Luc Mélenchon, le candidat de gauche le mieux placé. Son slogan : Union Populaire 

Les derniers sondages bousculent l’ordre d’arrivée affiché jusque-là et Jean-Luc Mélenchon apparait comme un potentiel "troisième homme". Pour montrer sa force il compte sur la marche pour une 6eme République du 20 mars, et son programme, L’Avenir en commun, co construit avec des milliers de citoyens et articulé autour de 5 grands enjeux vivre libres et citoyens, s’adapter au système de la nature, unir pour bien vivre, humaniser les personnes et la société, et enfin, ordonner le monde. "Prêt à l’emploi "il est décliné en 14 chapitres rassemblés dans un livre. 

Valerie Pécresse, la candidate des Républicains. Son slogan : le courage de faire 

Sa campagne ayant du mal à décoller, Valerie Pécresse a changé de slogan et met dorénavant en avant son programme en soulignant les emprunts que lui ferait Emmanuel Macron. Pour incarner son "courage de faire", elle veut "remettre de l’ordre", "libérer le pouvoir d’achat", "transmettre à nos enfants", "réinventer les solidarités", "garantir notre souveraineté" et "s’engager pour une écologie des résultats". Chaque proposition est associée à une série de mesures concrètes.

Eric Zemmour, le second candidat d’extrême droite. Son slogan : Reconquête

En baisse dans les sondages, Eric Zemmour appelle ses soutiens à faire nombre lors du rassemblement qu’il organise au Trocadéro le 27 mars et met en avant les cinq priorités de sa candidature avec un #. Identité, Instruction, Impôts, Industrie, Indépendance. Son programme est ensuite décliné par thèmes allant de la ruralité aux automobilistes en passant par l’immigration et le pouvoir d’achat. 

Yannick Jadot, le candidat écologiste. Son slogan : Changeons !

Le candidat appelle à la mobilisation sur son site qui affiche une grande photo avec cravate et regard présidentiel. Il met en avant son programme "précis, chiffré et cohérent pour le climat et la justice sociale" décliné en plusieurs vignettes dont le vocabulaire a été réactualisé. On trouve par exemple "pour le climat et notre souveraineté, choisir les énergies renouvelables", "la politique de défense au temps de l’écologie et de la diplomatie climatique" ou "le logement ne plus transiger entre le bien vivre chez soi et le climat".

Sauf surprise, les autres candidats sont annoncés par les sondages en dessous de la barre des 5 %, à l’exception peut-être de Fabien Roussel qui progresse dans les enquêtes d’opinion. 

Fabien Roussel, le candidat communiste. Son slogan : La France des jours heureux

Anne Hidalgo, la candidate socialiste. Son Slogan : Go2022 !

Jean Lasalle, le candidat des Terroirs.  Son slogan : La France authentique 

Nicolas Dupont-Aignan, le candidat souverainiste. Son slogan : choisir la liberté 

Philippe Poutou, le candidat anticapitaliste. Son slogan : pour une société éco-socialiste

Site officiel

Nathalie Arthaud, la candidate révolutionnaire. Son slogan : le camp des travailleurs

Site officiel

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

POLITIQUE

Politique

Les acteurs politiques sont les seuls à même d'activer les grands leviers qui permettront, à grande échelle, la transformation responsable de l'économie et de la finance. Des conditions sine qua nonpour s'orienter vers un modèle soutenable.

Georgia Meloni Fratelli d Italia FridaysForFuture Piero Cruciatti AFP et CCO

Suède, Italie, France : l’absence du changement climatique dans les campagnes électorales fait progresser l’extrême droite

Si l’Europe paye un lourd tribut aux catastrophes climatiques, l’enjeu est paradoxalement quasi absent des campagnes électorales. En Suède et en Italie, comme en France il y a quelques mois, elles restent centrées sur la sécurité et l’immigration ce qui fait progresser l’extrême droite et conduit...

Valerie Masson Delmotte Aurelien Barrau

Aurélien Barrau au Medef et Valerie Masson-Delmotte au gouvernement lancent l'alerte : avec quel impact ?

Aurélien Barrau au Medef, Valerie Masson-Delmotte face au gouvernement, la semaine de rentrée des dirigeants économiques et politiques s’est faite sur le mode alerte générale. Les deux scientifiques, dans des styles différents, ont résumé l’urgence climatique et environnementale. Leurs discours...

Macron conseil des ministres MOHAMMED BADRA POO AFP

Pour Emmanuel Macron, la rentrée est celle de la "grande bascule" pour laquelle il ne dessine pas de projet d’adaptation

L’été de tous les dangers climatiques, sera-t-il celui de la "grande bascule" dans un monde transformé par les pénuries de biens essentiels comme l’eau, les crises de l’énergie et la guerre en Ukraine ? C’est la tonalité qu’Emmanuel Macron a donné à son discours de rentrée pour le gouvernement, sans...

Academie des futurs leaders Davood Maeili

Alice Barbe, cofondatrice de l’Académie des futurs leaders : "La politique ce n’est pas gouverner, c’est servir"

Qui veut encore entrer en politique ? Peu de personnes, toutes les mêmes en tout cas, sorties de grandes écoles et du même moule alors même que des entrepreneurs sociaux, des activistes pourraient se lancer. Pour rétablir des ponts entre ces agitateurs de la société civile et la politique, Alice...