Publié le 13 novembre 2019

ENVIRONNEMENT

La France découvre un trésor de lithium dans son sous-sol, mais n’est pas certaine de pouvoir l’exploiter

La France, au côté de l’Allemagne, est bien décidée à ne pas se laisser distancer dans la course à la batterie pour la voiture électrique. Au cœur de cette technologie, on trouve entre autres le lithium aujourd’hui produit dans une poignée de pays à travers le monde. La découverte d’importants filons en Alsace laisse espérer un approvisionnement national jusqu’à 10 %. Cependant, l’exploitation de matières premières en France est aujourd’hui très difficile.

Geothermie profonde a Illkrich en Alsace ElectriciteDeFrance
Site d'exploitation de géothermie profonde à Illkrich en Alsace par Électricité de Strasbourg.
@ÉS

Archidominée par la Chine et les États-Unis, la fabrication des batteries électriques pour véhicules est la clé de la souveraineté industrielle de nombreux pays, en particulier ceux qui possèdent de grands constructeurs automobiles. La France en fait partie. Associé à l’Allemagne, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a annoncé la construction d’usines de batteries à l’avenir. Un investissement qui se compte en milliards, financé entre partie par la privatisation de la FDJ.

Cette filière stratégique aura besoin de matières premières, aujourd’hui au cœur d’une vaste guerre économique. Pour l’une d’entre elles, la France pourrait bien avoir trouvé quelques marges de manœuvre. Le sous-sol alsacien renferme une quantité significative de lithium. Ce sont les sociétés Électricité de Strasbourg (ES), filiale d'EDF, et Fonroche Géothermie, qui révèlent cette découverte, dans le cadre d’explorations du sous-sol en vue d’exploitation géothermique profonde.

La présence de lithium est identifiée depuis longtemps, mais les deux énergéticiens ont mesuré dans les eaux chaudes puisées en profondeur une concentration régulière et élevé, de 180 à 200 mg par litre. "Les analyses dans les eaux extraites des puits de forage confirment la présence de lithium en qualité et quantité très prometteuse permettant d'envisager la production annuelle de quelque 1 500 tonnes de lithium", indique Fonroche dans un communiqué.

Du lithium propre

Cela représente 10 % des besoins actuels de l’industrie française, moyennant la construction de sites d’extraction et d’une raffinerie. L'énergéticien compte implanter en 2021 un "démonstrateur", afin de confirmer ces résultats. Ces essais sont menés par le groupe minier Eramet dans le cadre d'un consortium avec ES, BASF et PSA, explique Bernard Kempf, directeur du développement d’ES.

La production à échelle "industrielle" pourrait ensuite être "espérée en 2025", a-t-il ajouté. "Notre devoir est de rester prudents, le chemin est encore long", nuance-t-il. Et d’ajouter que la technique d'extraction en Alsace aurait un "très faible impact environnemental" permettant de produire un "lithium propre". Car ce sera bien là un enjeu clé pour les industriels. 

Vulnérabilités françaises

Quand bien même ils prouveraient la faisabilité technique de l’exploitation, la France se heurte à des fortes oppositions locales pour l’exploitation de matières premières sur son territoire. Par exemple, en Ariège, une mine de Tungstène à Salau vient de voir son permis de recherche annulé par un tribunal. En Guyane, le projet Montagne d'or a été annulé par le gouvernement. Auparavant, l'exploration du gaz de schiste en France avait entraîné des levées de boucliers sur tout le territoire. La réforme du code minier, censé encadrer ces activités, est en souffrance depuis des années, tant le sujet est sensible.

Mais la France doit trouver des solutions pour tous ces matériaux stratégiques de la transition énergétique et numérique. En 2018, une étude du BRGM, de McKinsey et de CRU Consulting mettait en avant une vulnérabilité du pays à six matériaux : cobalt, tungstène, étain, dysprosium, néodyme, praséodyme. Face à ce risque, le CESE appelait le gouvernement à favoriser le recyclage, mais aussi à relancer l’exploration du sous-sol. De son côté, le cabinet Alcimed propose la création de fonds d’investissement publics ou privés pour prendre des parts dans des actifs miniers à l’étranger. La Chine et les États-Unis ont déjà créé de tels dispositifs.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Velo voiture pietons deplacements pixabay stocksnap

Nucléaire, chasse au gaspi...comment les chocs pétroliers ont déterminé nos modèles économiques

La flambée des prix des matières premières ravive les souvenirs des chocs pétroliers de 1973 et 1979. Les gouvernements sont acculés à faire des choix économiques et sociaux déterminants. De telles décisions avaient déjà modelé les sociétés après les précédents chocs pétroliers où la France avait...

Big Air Pekin

Aux JO de Pékin : Neige artificielle et cheminées industrielles sous les feux de la rampe

Exit les montagnes blanches. Aux Jeux olympiques de Pékin, l'épreuve de Big Air, une discipline de snowboard et ski freestyle s'est déroulée au milieu d'usines et d'anciens hauts-fourneaux. L’installation surréaliste a fait polémique sur les réseaux sociaux. De son côté, la Chine, qui s'était...

Wild flowers

"CO2 ou PIB, il faut choisir" : En France et en Allemagne, la percée des nouveaux indicateurs environnementaux et sociaux

De plus en plus contesté, même par les économistes classiques, l’indicateur de croissance phare, le PIB, utilisé notamment pour construire la loi de finance, pourrait être détrôné. Outre-Rhin, le ministre de l'Économie et du climat veut ajouter une trentaine de nouveaux indicateurs pour apprécier...

Bretagne sable

Clap de fin pour le projet d’extraction de sable de coquillier en baie de Lannion

Le projet d’extraction de sable de coquillier dans la baie de Lannion ne verra finalement pas le jour. Le Peuple des dunes du Trégor, collectif qui regroupe plusieurs dizaines d’associations, s'opposait depuis dix ans à ce projet alors que l'utilisation intensive du sable, deuxième matière première...