Publié le 12 mars 2018

ENVIRONNEMENT

Une mine de tungstène en Ariège pourrait ouvrir dans les dix prochaines années

Depuis quelques années en France, on assiste à un regain d'intérêt pour l'activité minière. Une dizaine de permis d'exploration ont été accordés pour le tungstène, l'étain, l'or ou encore le cuivre. Ces projets ont pour la plupart été abandonnés face à l'opposition locale. Le plus avancé est celui de la mine de Salau, dans le sud de la France, qui pourrait bien rouvrir dans les dix prochaines années pour exploiter du tungstène, un métal considéré comme stratégique pour les secteurs de l’armement, de l’aéronautique, du nucléaire et de la high-tech.

Mine salau 01
Près de 15 000 tonnes de tungstène ont été extraits entre 1971 et 1986 de la mine de Salau, laissant des traces indélébiles.
@Stop Mine Salau

Bientôt une mine de tungstène en Ariège ? C’est le projet minier le plus avancé à ce jour en France métropolitaine. Loin d’être un long fleuve tranquille, la réouverture de la mine de Salau, active entre 1971 et 1986, dans la vallée du Couserans, à la frontière espagnole, a tout d’un western version XXIe siècle. Guerre des clans, paradis fiscal, pollution…

Un mercenaire économique

Dans le rôle du cow-boy, on trouve le porteur du projet, Michel Bonnemaison, un natif de la région, passé par le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) et président de Variscan Mines jusqu’en août dernier. Cette entreprise est la plus proactive sur l’exploration minière dans l’Hexagone avec 7 permis obtenus en quelques années. Michel Bonnemaison dirige aujourd’hui "Les Mines du Salat" et "Ariège Tungstène", en charge du dossier de la mine de Salau.

En face, les Indiens sont les habitants du coin. Certains sont favorables à la mine, d'autres s'y opposent. Tous ont découvert le projet de réouverture quand Michel Bonnemaison est arrivé à la mairie un jour de décembre 2014. "Ce type, c’est un mercenaire économique qui se croit revivre sa jeunesse, dénonce Jacques Renoud, premier adjoint au maire de Couflens et co-président de Stop Mine de Salau. Il a rassemblé autour de lui un groupe d’anciens mineurs du village nostalgiques du passé, qui voient dans les créations d'emploi promises un moyen de ressusciter la vallée".

Une mine dans le top 3 mondial

Le permis d’exploration accordé en 2016 par l’État pour la mine de Salau porte sur huit minerais, dont le tungstène, le cuivre et l’or. Le tungstène fait partie des métaux critiques listés par l’Union européenne. La France, comme les autres pays européens, est très fortement dépendante de la Chine qui assure plus de 80 % de la production mondiale. Ce métal extrêmement résistant et non substituable est prisé par l’industrie de l’armement, de l’aéronautique, du nucléaire et de la high-tech.

"Cette mine pourrait se classer dans le top 3 mondial et assurer l’autonomie nationale en tungstène, affirme Michel Bonnemaison. Elle pourrait servir de pilote pour la mise en place de mines responsables en France. Un concept qui s’articule autour d’un ancrage territorial fort avec une usine de traitement associée, le tout en respectant bien évidemment les normes sociales et environnementales". Il ajoute : "Sur place, globalement, 90 % de la population est favorable à la réouverture, qui pourrait se faire dans dix ans, voire un peu plus"

Les opposants, de leur côté, multiplient les arguments : désastre environnemental, menace pour la faune, pollution à l’amiante, montage financier douteux avec une société de capital-risque domiciliée dans un paradis fiscal. Sous la pression de l’État, les porteurs de projet ont d'ailleurs dû faire évoluer le contrat vers une société de droit français, la structure Ariège Tungstène créée en novembre 2016. Mais celle-ci reste la propriété à 100 % d'Apollo Minerals, une entreprise basée en Australie.

Spéculation boursière

Au printemps dernier, l’État a également imposé à Michel Bonnemaison de procéder à une évaluation des risques sanitaires et environnementaux. Les résultats conditionneront ainsi la mise en oeuvre effective du permis d'exploration. Lors de la première visite de sécurité réalisée en février dernier, les analyses n'ont pas fait apparaître de trace d’amiante dans l’air. En revanche, la présence probable de PCB - un produit toxique et polluant aujourd'hui interdit – dans un ancien transformateur électrique abandonné a été révélée. Ce sont les anciens actionnaires de la mine, le BRGM et BNP Paribas, qui doivent se charger de retirer ce transformateur.

Un chantier qui va ralentir le projet, dont les opposants doutent de l'aboutissement. Selon Jacques Renoud, leader de l'opposition locale, il relève "de la spéculation boursière Dans la plaquette de présentation officielle du projet, il est davantage question d'or que de tungstène, car l'or attire bien plus les investisseurs. Les porteurs du projet promettent des gisements de l'ordre de 24 grammes par tonne, mais s'il y avait de telles réserves, pourquoi les précédents actionnaires de la mine seraient-ils partis ? On aurait eu la ruée vers l'or."

Concepcion Alvarez @conce1

 

 


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Montagne d or CMO

La Compagnie Montagne d'Or prend de nouveaux engagements environnementaux sur son projet minier en Guyane

La Compagnie Montagne d'Or, sous le feu des projecteurs pour son projet de mine d’or en Guyane, a annoncé vendredi 16 novembre, des "modifications d'ampleur pour réduire au maximum les impacts sur l'environnement".

Deforestation soja iStock phototreat

Déforestation : la France publie sa stratégie mais sans mesure contraignante

Aide aux pays producteurs, nouveau label, campagne de communication... le gouvernement publie sa première "stratégie" pour lutter contre les importations à risque pour la forêt. Un plan interministériel qui prévoit la mise en place de 17 grandes mesures. Mais ce premier pas manque de mesures...

Excavator sable pixabay

[Le chiffre] La demande en matériaux va doubler d’ici 2060, sables et graviers en tête

D’ici 2060, la Terre comptera dix milliards d’habitants dont le revenu moyen sera équivalent à celui des pays les plus riches aujourd’hui. Cela ne se fera pas sans mal. L’OCDE estime que l’utilisation de matières premières va doubler pour répondre à cette croissance, exerçant une pression deux fois...

Fin du monde apocalypse exploitation ressources famine Pixabay

[Science] La surexploitation des ressources et les inégalités vont décimer notre civilisation d’ici quelques décennies, selon la Nasa

Ce n’est qu’une question de décennies avant que l’Homme ne disparaisse complètement. Comme les Romains ou les Mayas, notre civilisation est elle aussi condamnée et pourrait ne pas voir la fin du siècle, selon la Nasa. L'agence spatiale américaine explique que la surexploitation des ressources et la...