Publié le 29 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

Nouveau sursis pour la mine de tungstène de Salau en Ariège

Le ministère de l'Économie a annoncé qu'il ferait appel de l'annulation du permis de recherches accordé à la société Variscan Mines pour l'ouverture d'une mine de tungstène dans le sud de la France. Depuis quelques années, on assiste à un regain d'intérêt pour l'activité minière, mais la plupart des projets ont été abandonnés face à l'opposition locale. Celui de la mine de Salau, en Ariège, ne fait pas exception.

Mines de salau tungstene stop mine de salau
Les opposants, de leur côté, multiplient les arguments : désastre environnemental, menace pour la faune, pollution à l’amiante, montage financier douteux avec une société de capital-risque domiciliée dans un paradis fiscal.
@Stop Mine Salau

[Mis à jour le 29 juillet 2019] Le ministère de l'Économie veut sa mine de tungstène, un matériau stratégique en pleine transition écologique et numérique. Il a annoncé qu'il allait faire appel de la décision du tribunal administratif de Toulouse. Celui-ci avait annulé, le 28 juin dernier, le permis exclusif de recherche de mines octroyé en 2016 à Variscan Mines pour une durée de cinq ans.   

"Devant l'importance (du projet de la mine de Salau, sur la commune de Couflens, NDLR) pour la vitalisation de la vallée du Salat en Ariège et la sécurisation des approvisionnements en tungstène, un sursis à exécution de la décision d'annulation sera également demandé", précise le communiqué du ministère. Loin d’être un long fleuve tranquille, la réouverture de la mine de Salau, active entre 1971 et 1986, dans la vallée du Couserans, à la frontière espagnole, a tout d’un western version XXIe siècle. 

Un mercenaire économique

Dans le rôle du cow-boy, on trouve le porteur du projet, Michel Bonnemaison, un natif de la région, passé par le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) et président de Variscan Mines jusqu’en août dernier. Cette entreprise est la plus proactive sur l’exploration minière dans l’Hexagone avec 7 permis obtenus en quelques années. Michel Bonnemaison dirige aujourd’hui "Les Mines du Salat" et "Ariège Tungstène", en charge du dossier de la mine de Salau.

En face, les Indiens sont les habitants du coin. Certains sont favorables à la mine, d'autres s'y opposent. Tous ont découvert le projet de réouverture quand Michel Bonnemaison est arrivé à la mairie un jour de décembre 2014. "Ce type, c’est un mercenaire économique qui se croit revivre sa jeunesse, dénonce Jacques Renoud, premier adjoint au maire de Couflens et co-président de Stop Mine de Salau. Il a rassemblé autour de lui un groupe d’anciens mineurs du village nostalgiques du passé, qui voient dans les créations d'emploi promises un moyen de ressusciter la vallée".

Une mine dans le top 3 mondial

Le permis d’exploration accordé en 2016 par l’État pour la mine de Salau porte sur huit minerais, dont le tungstène, le cuivre et l’or. Le tungstène fait partie des métaux critiques listés par l’Union européenne. La France, comme les autres pays européens, est très fortement dépendante de la Chine qui assure plus de 80 % de la production mondiale. Ce métal extrêmement résistant et non substituable est prisé par l’industrie de l’armement, de l’aéronautique, du nucléaire et de la high-tech.

"Cette mine pourrait se classer dans le top 3 mondial et assurer l’autonomie nationale en tungstène, affirme Michel Bonnemaison. Elle pourrait servir de pilote pour la mise en place de mines responsables en France. Un concept qui s’articule autour d’un ancrage territorial fort avec une usine de traitement associée, le tout en respectant bien évidemment les normes sociales et environnementales". Il ajoute : "Sur place, globalement, 90 % de la population est favorable à la réouverture, qui pourrait se faire dans dix ans, voire un peu plus"

Spéculation boursière

Les opposants, de leur côté, multiplient les arguments : désastre environnemental, menace pour la faune, pollution à l’amiante, montage financier douteux avec une société de capital-risque domiciliée dans un paradis fiscal. Sous la pression de l’État, les porteurs de projet ont d'ailleurs dû faire évoluer le contrat vers une société de droit français, la structure Ariège Tungstène créée en novembre 2016. Mais celle-ci reste la propriété à 100 % d'Apollo Minerals, une entreprise basée en Australie.

La décision du tribunal de Toulouse va encore ralentir le projet, dont les opposants doutent de l'aboutissement. Selon Jacques Renoud, leader de l'opposition locale, il relève "de la spéculation boursière Dans la plaquette de présentation officielle du projet, il est davantage question d'or que de tungstène, car l'or attire bien plus les investisseurs. Les porteurs du projet promettent des gisements de l'ordre de 24 grammes par tonne, mais s'il y avait de telles réserves, pourquoi les précédents actionnaires de la mine seraient-ils partis ? On aurait eu la ruée vers l'or."

Concepcion Alvarez @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Margiris chalutier geant Greenpeace

[Vidéo] Un chalutier néerlandais géant accusé d’épuiser les ressources par les pêcheurs français

C'est un navire-usine qui peut pêcher en un seul jour l'équivalent de cinq chalutiers français en un an. Le Margiris, ce bateau de pêche néerlandais et ses 143 mètres de long cristallise les tensions avec les pêcheurs français depuis qu'il a sillonné la Manche. Ces derniers l'accusent d'épuiser les...

Geothermie profonde a Illkrich en Alsace ElectriciteDeFrance

La France découvre un trésor de lithium dans son sous-sol, mais n’est pas certaine de pouvoir l’exploiter

La France, au côté de l’Allemagne, est bien décidée à ne pas se laisser distancer dans la course à la batterie pour la voiture électrique. Au cœur de cette technologie, on trouve entre autres le lithium aujourd’hui produit dans une poignée de pays à travers le monde. La découverte d’importants...

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...

Deforestation Amazonie Khlongwangchao

Les incendies d’Amazonie signent le réveil des entreprises sur la traçabilité de leurs chaînes d'approvisionnement

Avec les incendies en Amazonie, c’est tout un système de production non durable sur le long terme qui a été mis en lumière aux yeux du grand public. Le rôle des entreprises importatrices de viande ou de soja brésilien a notamment été pointé du doigt. Certaines marques comme The North Face ont décidé...