Publié le 18 février 2019

ENVIRONNEMENT

Inaction climatique : la stratégie du gouvernement pour récupérer l'Affaire du siècle

L'Affaire du siècle se règlera devant les tribunaux. Le gouvernement a répondu, dans les délais impartis, aux quatre ONG l'accusant d'inaction climatique, et se défend d'être à l'avant-garde de la lutte contre le changement climatique. Sa réponse n'a pas convaincu les associations et plusieurs experts qui pointent "un coup de communication" et "une récupération politique".

Le gouvernement est accusé de récupérer politiquement l'Affaire du siècle.
@BenStansall/AFP

Le gouvernement ne pouvait pas rester lettre morte face à la pétition la plus populaire de l'histoire de France. Le 18 décembre dernier, quatre ONG, Greenpeace, Oxfam, la Fondation Nicolas Hulot (FNH) et l'association Notre affaire à tous, ont décidé d'attaquer l'Etat pour inaction climatique. Une "demande préalable" accompagnée d'une pétition, signée, en quelques jours, par plus de deux millions de personnes. L'État avait deux mois pour répondre à la demande des ONG et il l'a fait, à quelques jours seulement de la date butoir et au lendemain de la rencontre entre le Premier ministre Édouard Philippe et les ONG à Matignon.

Dans sa réponse, rendue publique le vendredi 15 février, François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire salue "cette mobilisation inégalée" et dit partager "l'impatience, l'aspiration à aller plus vite, plus loin, plus fort pour le climat". Il atteste, dans une note argumentaire de 10 pages, que "l'État français est parmi les plus actifs pour lutter contre le dérèglement climatique". Et ajoute : "Le gouvernement actuel est sans doute celui qui a poussé l'ambition le plus haut en fixant dès le début du quinquennat l'objectif d'atteindre zéro émission nette de CO2, soit la neutralité carbone, d'ici à 2050".

"C'est un coup de communication"

Des arguments qui n'ont pas convaincu les ONG. "C'est un coup de communication", réagit Antonin Laurent, chargé de mission Notre Affaire à tous. "Le gouvernement se rend compte que l'Affaire du siècle est un phénomène de société, il s'est donc senti obligé de répondre mais derrière, il n'y a rien de concret".

"Le gouvernement veut transformer l'essai", analyse l'avocat en droit de l'environnement Arnaud Gossement, "il récupère notre Affaire à tous, on a le sentiment qu'il n'est pas visé. Sa réponse est à côté de la plaque, on lui demande de respecter ses objectifs, il répond par de nouveaux objectifs et une compilation des lois, stratégies et programmations déjà annoncées... La question est de savoir quels sont les moyens de les atteindre".

L'État choisit ses batailles

Rien ne laissait présager une réponse du gouvernement. D'une part, dans une affaire similaire mais moins populaire, celle du maire de Grande Synthe, Damien Carême, qui a attaqué l'État pour "non respect de ses engagements climatiques", le gouvernement a décidé de garder le silence. D'autre part, François de Rugy a toujours émis des doutes sur le fond de l'affaire. "Ce n'est pas dans un tribunal que l'on va baisser les émissions de CO2", déclarait-il lors de ses vœux au monde de l'écologie le 16 janvier dernier.

"Dès le début, lorsque François de Rugy et Brune Poirson (secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire, ndr) ont publié des vidéos félicitant les signataires de leurs engagements, on a compris qu'ils ne se sentaient pas responsables", glisse une militante.

"L'État n'est pas le seul responsable du réchauffement climatique"

Derrière ces accusations d'instrumentalisation, le fond de l'affaire devra lui être débattu devant les tribunaux. Or, "l'État n'est pas le seul responsable du réchauffement climatique, les responsabilités sont plurielles", nuance Arnaud Gossement, "Si aujourd'hui il y a une envolée des émissions de gaz à effet de serre, c'est essentiellement lié à la vente de véhicules neufs qui sont de plus en plus lourds. C'est clairement la responsabilité d'une part, des constructeurs automobiles, d'autre part des consommateurs. Il ne faut pas simplifier le problème".

Ce bras de fer juridique semble plus difficile à emporter que la bataille de l'opinion publique. "Le vrai challenge sera de montrer le lien de causalité entre les actions de l'État et le réchauffement climatique. Car l'État n'émet pas directement de gaz à effet de serre mais a les moyens de faire agir les acteurs", explique Clémentine Baldon, avocate de la FNH. Les ONG devraient déposer leur recours devant le tribunal administratif de Paris mi-mars.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Manif climat changer le systeme

Gilets jaunes aux fenêtres, activistes climatiques en ligne… malgré le Coronavirus, les contestations continuent

C'est la première fois depuis le début de leur mobilisation qu'ils n'ont pas manifesté un samedi. Face au Coronavirus, les Gilets jaunes s'adaptent. Ils appellent désormais les citoyens à "cogner" sur des casseroles chaque samedi à 21 heures. Du côté du climat, l'activiste Greta Thunberg invite les...

Climate change 2254711 1280

[Infographie] La crise environnementale ne doit pas être effacée par le coronavirus

Le coronavirus occupe – non sans raison – les radars médiatiques et politiques depuis quelques semaines. Mais il est une autre crise, moins visible mais tout aussi grave, qui progresse très vite sans être suffisamment prise en compte, celle du climat et de l'environnement. Selon de nouvelles données...

A N

Coronavirus : les députés rejettent un amendement qui devait préparer un après-crise plus durable

45 députés ont déposé un amendement dans le cadre du projet de loi sur l’état d’urgence sanitaire pour réfléchir au "jour d’après". Le texte a été rejeté sans même être débattu, après l’avis défavorable du gouvernement. Mais cette proposition aura tout de même permis de faire émerger le débat au...

Deforestation amazonie soja greenpeace

[Science] L'Amazonie pourrait disparaître en 50 ans à cause du changement climatique et de la déforestation

D'ici 50 ans, la forêt amazonienne pourrait disparaître sous l'effet de sécheresses répétées et de coupes rases pour la production d'huile de palme, de biocarburants, de soja ou de viande bovine. Cela va avoir des impacts sur des dizaines de millions de personnes qui dépendent de la forêt pour leur...