Publié le 10 avril 2019

ENVIRONNEMENT

Grand débat national : ressusciter la taxe carbone en redistribuant une partie de ses recettes aux plus modestes

À quelques jours des premières mesures issues du Grand débat national, plusieurs ONG et think tank ont pris position pour ressusciter la taxe carbone dont la hausse a dû être gelée face à la gronde des Gilets jaunes. Pour que celle-ci soit mieux acceptée, il faudrait redistribuer une partie de ses recettes aux ménages les plus modestes, investir le reste dans la transition écologique et taxer plus largement les entreprises et secteurs les plus polluants.  

Le RAC propose de créer un revenu climat pour les foyers les plus modestes, via une redistribution des recettes de la taxe carbone.
@iStock

Un "revenu climat" pour les plus modestes : c’est la proposition du Réseau action climat (RAC) en collaboration avec Alternatiba, Bizi !, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, le Secours Catholique et le WWF. À l’image de l’allocation de rentrée scolaire, il s’agirait de verser aux ménages les plus modestes, chaque année, un revenu qui viendrait compenser la taxe carbone et leur permettre de s’adapter peu à peu.

Les ONG proposent de créer ce revenu climat, dès 2020. Il serait d’abord financé par les recettes de la taxe carbone existante et par celles liées la diminution des exonérations des secteurs les plus polluants (aviation, maritime, routier...). Après cette année de transition, les recettes issues de la hausse de la trajectoire carbone (2,5 milliards d’euros à 55 euros la tonne de CO2) abonderaient un compte d’affectation qui permettra à la fois cette redistribution et le financement de la transition.

De 91 à 140 euros redistribués en moyenne par an et par ménage

Deux scénarios sont mis sur la table. Le premier vise à redistribuer 60 % des recettes, soit un transfert moyen de 91 euros par an et par ménage. Cela permettra de protéger les 30 % de la population ayant les revenus les plus faibles à 87 %. Le second prévoit de redistribuer 90 % des recettes, soit un transfert moyen de 140 euros par an et par ménage. Cela permettrait de protéger les trois premiers déciles à 99 %.

La redistribution se ferait en fonction des revenus, de la composition du foyer et du lieu de vie. Les bénéficiaires recevront ce revenu climat sous forme de crédit d’impôt ou de chèque pour les ménages non imposables. Pour Priscillia Ludosky, figure des Gilets jaunes, à l’origine de la pétition contre la hausse des prix du carburant, "cette proposition serait bien plus acceptable pour permettre aux gens de s’adapter de consommer autrement." "Nous avons tous pris des mauvaises habitudes que l’on doit changer mais il faut du temps notamment pour les plus modestes".

Page blanche

Ce revenu climat est adossé de deux autres piliers : le financement de la transition écologique et la fin des exonérations pour les secteurs les plus polluants. Après trois ans, les ONG estiment qu’il sera possible de mobiliser jusqu’à 20 milliards d’euros pour financer la rénovation énergétique des bâtiments et des programmes de mobilité bas carbone. Les travaux d’I4CE calculent que le manque d’investissement annuel se situe entre 55 et 80 milliards d’euros, dont un tiers de financement public.

En 2019, les exonérations et les taux réduits des taxes sur l’énergie pour certains secteurs se chiffrent à 11 milliards d’euros, dont 3,6 milliards d’euros pour le kérosène. Les grandes entreprises payent 21 euros la tonne de carbone contre 44 euros pour les ménages. Il y a donc une marge de progression. "Bruno Le Maire et Gérald Darmanin ont confirmé qu’ils ne compter pas sur les recettes de la taxe carbone pour boucler le budget 2020, on peut donc repartir sur une page blanche et transformer le gel de la taxe carbone en opportunité", espère Kévin Puisieux, de la FNH.

Il y a quelques jours, le Conseil d’analyse économique, jugeait lui aussi nécessaire d’augmenter la taxe carbone, d’élargir son assiette, de mettre en place des dispositifs d'aides pour les plus vulnérables et de leur redistribuer non plus l'intégralité des recettes. Terra Nova/I4CE et l’Iddri plaident pour une redistribution comprise entre 9 % et 50%. Le consensus sur la recette à appliquer existe, reste à savoir ce que va en faire le gouvernement.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Pour tenir les objectifs climatiques de la France, la taxe carbone doit augmenter, selon le conseil économique du Premier ministre

Pour l’organisme de conseil économique du Premier ministre, il est nécessaire d’augmenter la taxe carbone, d’élargir son assiette, de redistribuer l’intégralité des recettes et de mettre en place des dispositifs d'aides pour les plus vulnérables. Des propositions qui interviennent alors...

Après trois mois de manifestations des Gilets jaunes, le gouvernement ne sait pas encore quoi faire de la taxe carbone

Emmanuel Macron assure que l’augmentation mécanique de la taxe carbone, à l’origine du mouvement des Gilets jaunes, n’est plus possible. Mais, il ne sait pas encore quelle alternative proposer. Pour François de Rugy, il ne faut pas supprimer toutes les recettes qui doivent financer la...

Carburants et Gilets jaunes : pour l’industrie pétrolière, une augmentation de la taxe carbone n'est plus possible

Les représentants de l’industrie pétrolière française estiment que le gouvernement ne pourra pas remettre en place les hausses de taxe carbone prévues jusqu’en 2023. En tout cas, pas tant que les Français dépendant de leur voiture n’auront pas d’alternatives crédibles. De son côté, le...

Gilets jaunes : 86 députés demandent le retour de la taxe carbone en la rendant plus juste socialement

À l’origine de la crise des Gilets jaunes, on trouve l’augmentation de la taxe carbone, qui doit entre autres financer la transition écologique. Ses augmentations prévues pour 2019 ont été annulées par le gouvernement. Dans une tribune, des députés refusent d'abandonner cet outil mais...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Emissions CO2 Olivier Moal

[Science] La baisse des émissions, due au confinement mondial, n'aura aucun effet sur le climat

La chute sans précédent des émissions de gaz à effet de serre pendant les confinements ne servira à "rien" pour ralentir le réchauffement climatique, selon une étude vendredi, qui insiste sur la nécessité de s'éloigner durablement des énergies fossiles.

Et nos lendemains seront radieux couv bh

[Les livres du changement] "Et nos lendemains seront radieux"… Le grand soir écolo d’Hervé Bourhis

Peut-on sauver la planète le temps d’un orage ? C’est en tous cas le défi que se sont lancé deux conseillers politiques à la ville qui oeuvrent en réalité depuis leur plus tendre enfance pour imposer au pays une politique écologique radicale. Avec un trait simple mais efficace, l’auteur de bande...

Fuite de methane Antarctique 01

Une fuite active de méthane découverte en Antarctique alarme les scientifiques

Des scientifiques viennent de découvrir une fuite active de méthane dans la mer de Ross en Antarctique. Si cette fuite, active depuis 2011 selon les estimations, ne serait pas liée au changement climatique, ils craignent la multiplication de ces dernières avec la fonte des glaces alors que le...

Climatisation rechauffement climatique 1

Canicule : comment la climatisation aggrave le réchauffement climatique

Alors que l'Hexagone subit un deuxième pic de chaleur de l'été, de plus en plus de Français se dotent de climatiseurs. Ceux-ci participent pourtant au changement climatique en raison de l'énergie consommée et des fuites de fluides frigorigènes, gaz au fort pouvoir réchauffant. Les États ont un...