Publié le 24 juin 2019

ÉNERGIE

La fin des véhicules thermiques en 2040 : un objectif à 500 milliards d'euros

La loi Mobilités durables, adoptée à l’Assemblée nationale le 18 juin en première lecture, a entériné la fin des véhicules thermiques en 2040. Selon un rapport parlementaire, cet objectif est tout à fait réalisable mais va s’avérer très coûteux. De l’ordre de plusieurs centaines de milliards d’euros cumulés sur vingt ans. Les émissions de CO2, quant à elles, devraient être divisées par cinq à cette échéance.

Avec la fin des véhicules thermiques en 2040, les émissions de CO2 seraient divisées par cinq.
Jeanne Menjoulet / Flickr

C’était l’une des mesures phares du Plan climat présenté par Nicolas Hulot en 2017 : la fin de la vente des véhicules thermiques (essence, diesel, gaz naturel) en 2040. La loi Mobilités, adoptée à l’Assemblée nationale le 18 juin, vient d’entériner cet objectif, faisant de la France le premier pays à légiférer sur le sujet.

Mais passer à une mobilité 100 % propre est-il possible ? Oui, selon un rapport parlementaire de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), publié en mars (1). "Le double objectif d’une très forte réduction des émissions de CO2 et d’une disparition des motorisations purement thermiques est réalisable pour les véhicules particuliers d’ici 2040" concluent les élus.

500 milliards d’euros sur 20 ans 

Seulement, "cette transformation sera coûteuse" précisent-ils, évoquant le chiffre astronomique de 500 milliards d’euros sur 20 ans. Le principal impact demeure dans la perte des revenus provenant de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE). En 2019, celle-ci devrait rapporter près de 38 milliards d’euros. A quoi il faut ajouter les coûts liés à la mise en place des infrastructures de recharges (bornes électriques et/ou stations hydrogènes). Ceux-ci sont évalués entre 30,7 et 108 milliards d’euros selon les scénarios d’ici 2040.

Il existe aussi plusieurs enjeux liés à la dépendance vis-à-vis de la Chine pour la fabrication des batteries lithium-ion qui représentent aujourd’hui entre 35 et 50 % du coût de la voiture électrique. Pour y faire face, la Commission européenne, l’Allemagne et la France travaillent à la constitution d’un "Airbus des batteries". Le rapport recommande en outre de miser sur des critères environnementaux exigeants et sur le recyclage et la seconde vie des batteries pour se distinguer.

Quant à l’impact des points de charge sur les réseaux, les rapporteurs considèrent qu’il n’y a pas de "risque réel" en termes de consommation. En revanche, "le problème existe en termes d’appels de puissance avec un risque d’aggraver les pointes de consommation", alertent-ils. Enfin, ils soulignent l’importance de maintenir les aides à l’achat "à un niveau suffisant" (bonus écologique de 6 000 euros jusqu’en 2030 avant de passer à 3 000 euros, aide à l’achat de 10 000 euros pour l’hydrogène jusqu’en 2040).

Des émissions de CO2 divisées par cinq

Mais tout n’est pas noir dans le tableau dressé par les parlementaires. Du point de vue environnemental, la fin progressive du parc de véhicule à moteurs thermiques pourrait déboucher sur des émissions de CO2 "divisées par cinq entre aujourd'hui et 2040" quel que soit le scénario retenu. De quoi permettre au gouvernement de s'aligner sur son objectif de neutralité carbone à horizon 2050. La balance commerciale devrait par ailleurs largement bénéficier de la baisse des importations d'hydrocarbures. L'Opecst table sur une chute de la consommation de l'ordre de 80 % en fin de période, ce qui se traduirait par un redressement du solde commercial de près de 30 à 40 milliards d'euros par an au cours actuel du pétrole.

Le rapport note par ailleurs, sans le chiffrer, des gains indirects sur les dépenses de santé, liés à la réduction de l'impact sanitaire de la pollution. Et estime que cette transformation pourrait s’avérer, à terme, "favorable pour le budget déplacement" des particuliers. Sans attendre, certains constructeurs comme PSA, Volkswagen, Volvo ou Mercedes, ont annoncé la fin des voitures thermiques en 2040 et des investissements de 265 milliards d’euros début 2019 en faveur des véhicules électriques. L'Irlande vient d'annoncer qu'elle interdirait elle aussi la vente des véhicules thermiques dès 2030.

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Voir le rapport parlementaire. 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Le véhicule autonome va-t-il sauver le climat ou détruire un peu plus l’environnement ?

Annonciateur, peut-être, d'un avenir plus vert, le véhicule autonome pourrait aussi se révéler un leurre environnemental, faute d'anticipation, selon des chercheurs. Le poids des données générées par ces véhicules est en particulier à prendre en compte.

Mobilité durable : Renault, Nissan et Mitsubishi créent un fonds pour changer leur business model

Renault, Nissan et Mitsubishi viennent de créer un fonds d'investissement de 1 milliard de dollars dédié à des start-up des nouvelles mobilités. Le but est de ne pas rater le virage du covoiturage et des voitures électriques et autonomes. "Elles ne veulent pas être les kodak de...

[Infographie] Mondial de l’auto : la voiture électrique est-elle vraiment la plus verte ?

Du 4 au 14 octobre, Paris accueille son traditionnel Salon de l’automobile, avec en vedette plus que jamais cette année, la voiture électrique. Si les constructeurs ont entamé leur conversion, de nombreux défis se posent sur l’approvisionnement en terres rares pour les batteries, sur la...

[INFOGRAPHIE] Automobile : un virage imposé vers l’électrique et les nouvelles technologies

Une voie toute tracée. S'ils veulent rester compétitifs, les constructeurs automobiles ne vont plus avoir d'autres choix que de se plier aux nouvelles règles environnementales imposées notamment par des géants comme la Chine. Pour ceux qui sortiraient de la route, les risques financiers...

[Édito vidéo] La voiture électrique ne va pas mettre fin à la pollution, elle va juste la rendre invisible

De nombreuses politiques publiques soutiennent massivement l’essor des véhicules électriques à travers le monde. Cela va rendre nos villes plus saines et plus propres. En revanche, l’essentiel de la pollution due à la production des batteries et à la génération de l’électricité va être...

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Manifestation Anti SUV de Greenpeace en Allemagne DanielMuller Greenpeace

Salon de Francfort : Greenpeace dénonce l'impact de l'automobile sur la planète

Près d'un dixième des émissions mondiales de gaz à effet de serre. C'est, selon l'ONG environnementale Greenpeace, le bilan carbone 2018 de l'industrie automobile, pointée du doigt pour son impact sur l'environnement. Un calcul choc juste avant le lancement du salon automobile de Francfort, en...

Les francais prennent de plus en plus le train

Record de voyageurs en train : le patron de la SNCF y voit une prise de conscience écologique

C'est un succès pour Guillaume Pepy. Le président de la SNCF a annoncé un trafic record de 26 millions de passagers cet été. Pour lui, pas de doute, cette croissance s'explique par une prise de conscience écologique de la part des Français, au détriment de l'avion. Le flygskam, la honte de prendre...

Porte conteneurs Jules Vernes CMA CGM CMCGM

Le troisième transporteur mondial, CMA CGM, s’engage à ne jamais emprunter les voies maritimes de l’Arctique

À la faveur du réchauffement climatique, la fonte des glaces de l'Arctique ouvre de nouvelles voies maritimes plus rapides et plus économes passant, entre autres au nord de la Sibérie. Si les transporteurs se saisissent de cette opportunité, le français CMA CGM s'engage à ne pas y avoir recours. Le...

Tunnel Lyon Turin LGV France Italie NicolasLiponne NurPhoto

La ligne grande vitesse Lyon-Turin fait dérailler la majorité italienne

La ligne à grande vitesse (LGV) entre Lyon et Turin est un vieux projet controversé. Conçu pour traverser les Alpes afin de faciliter les échanges entre les deux pays, le chantier est pharaonique puisqu’il s’agit, entre autres, de forer un tunnel de 57 kilomètres ! Le retard est si considérable que...