Publié le 24 mai 2019

ÉNERGIE

Voitures électriques: cinq à six milliards d'euros pour créer un "airbus des batteries"

Entre cinq et six milliards d'euros vont être investis au total dans un projet européen de construction de batteries automobiles, dit "Airbus des batteries", ont annoncé jeudi les ministres français et allemand de l'Economie, Bruno Le Maire et Peter Altmaier.

Le projet d'Airbus des batteries doit permettre de combler l'écart abyssal de l'Europe face à la Chine sur le marché des batteries électriques.
@Forseepower

Lancé il y a 18 mois par la France et par l'Allemagne, le projet d’Airbus des batteries, nommé comme cela en référence au géant européen de l'aéronautique, va mobiliser 5 à 6 milliards d’euros d’investissements pour construire des lignes de production de batteries. Une usine pilote comptant 200 emplois va être mise en route au cours des prochains mois en France. Deux usines de production suivront, en France et en Allemagne. A la clé : 1 500 emplois dans chacun des sites.

Cette alliance européenne de batteries doit permettre à l'Europe de combler son retard abyssal face à la Chine. "Le temps presse", a souligné jeudi le commissaire européen à l'Energie qui voit dans ce projet un "enjeu stratégique pour accélérer la transition écologique" et la "compétitivité globale" de l'Union européenne.

Les 5 à 6 milliards consacrés au projet seront constitués à hauteur de "1,2 milliard d'euros au maximum" de subventions publiques, auxquelles la Commission européenne a donné son accord de principe, avant un feu vert formel attendu d’ici octobre. Le reste sera fourni par l’argent privé, a déclaré le ministre de l’Économie française, Bruno Le Maire, lors d'une conférence de presse avec son homologue allemand et le Commissaire européen à l'Energie Maros Sefcovic.

Un intérêt des grands constructeurs automobiles et des autres pays européens

Selon le ministre de l’Économie allemand, Peter Altmaier, plusieurs entreprises européennes (plus d’une trentaine) ont d'ores et déjà fait part de leur souhait d'intégrer le futur consortium, dont le groupe automobile PSA et sa filiale Opel et le fabricant français de batteries Saft, appartenant au groupe Total.

"Les consortiums ne sont pas composés par l'État, ils ne sont pas composés par les ministres ou par la commission", a toutefois insisté le ministre, en rappelant que les industriels et les constructeurs européens étaient "à l'origine de ce projet". "D'autres États membres" de l'Union européenne ont par ailleurs "déjà manifesté leur souhait de rejoindre le projet", selon Bruno Le Maire qui cite l'Italie, la Belgique, la Pologne, l'Autriche ou la Finlande.

La rédaction avec AFP 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ÉNERGIE

Mobilité durable

Le secteur des transports est le principal émetteur de CO2 en France. Pour limiter ce type de nuisance, la mobilité durable favorise l’éco mobilité avec les transports doux (vélo, marche à pied, transport fluvial ou ferroviaire) et le recours aux transports en commun sous toutes les formes (covoiturage, auto-partage, etc.)

Tunnel Lyon Turin LGV France Italie NicolasLiponne NurPhoto

La ligne grande vitesse Lyon-Turin fait dérailler la majorité italienne

La ligne à grande vitesse (LGV) entre Lyon et Turin est un vieux projet controversé. Conçu pour traverser les Alpes afin de faciliter les échanges entre les deux pays, le chantier est pharaonique puisqu’il s’agit, entre autres, de forer un tunnel de 57 kilomètres ! Le retard est si considérable que...

Mobilite futur Volvo 360c Interior Office

[Le monde en 2050] Fini les conducteurs, demain tous passagers !

Nous sommes en 2050. Les moyens de transports pour aller travailler, partir en week-end ou en vacances ont radicalement changé par rapport au début des années 2000, remplacés en grande partie par des véhicules sans conducteur. Les constructeurs de voitures et autres véhicules, tout-puissants au 20e...

[Bonne Nouvelle] La SNCF veut des trains zéro déchet et zéro émission pour 2035

Au moment où le secteur aérien est pointé du doigt pour son impact environnemental, la SNCF surfe sur la vague en faveur du train pour annoncer deux nouveaux objectifs. L’un vise à neutraliser les émissions de microparticules et l’autre à ne plus produire de déchets d’ici 15 ans.

La fin des véhicules thermiques en 2040 : un objectif à 500 milliards d'euros

La loi Mobilités durables, adoptée à l’Assemblée nationale le 18 juin en première lecture, a entériné la fin des véhicules thermiques en 2040. Selon un rapport parlementaire, cet objectif est tout à fait réalisable mais va s’avérer très coûteux. De l’ordre de plusieurs centaines de milliards d’euros...