Publié le 23 mars 2021

SOCIAL

"Tromperie aggravée" et "Blessures involontaires" : la RATP attaquée en raison de la qualité de l’air dans le métro

La qualité de l’air dans le métro est étroitement surveillée par la RATP depuis 1997 et ces données sont désormais accessibles au grand public. Pourtant l’association Respire juge que les mesures communiquées sont sous-estimées et mettent en danger la santé des usagers. C’est pourquoi celle-ci porte plainte contre la régie parisienne.

Metro RATp
La RATP mesure les niveaux de pollution de l'air du métro depuis 1997.
@RATP

L'association Respire a porté plainte lundi 22 mars contre la RATP pour "tromperie aggravée" et "blessures involontaires". Ce sont les niveaux de pollution de l'air dans le métro parisien, déjà montrés du doigt par cette association, qui sont mis en cause. Selon cette plainte, déposée devant le tribunal judiciaire de Paris, il existe "un niveau critique de la pollution de l’air dans les enceintes ferroviaires souterraines de la RATP".

Pour soutenir cette affirmation, l'association se base sur deux rapports qu'elle a elle-même réalisés en 2019 et 2021, dont il ressort que l'air dans le métro et le RER parisien est "nettement plus pollué en particules fines" qu'à l'extérieur. Respire affirmait en janvier que les données de la RATP ne reflètent pas les niveaux réels de pollution dans le métro, ce qu'a contesté l'opérateur public.

"L'ensemble des usagers des transports en commun sont exposés à des risques sanitaires considérables. Cependant, la RATP s'abstient délibérément d'alerter les usagers de son réseau sur les risques qu'ils encourent", avance l'association dans un communiqué. "C’est la raison pour laquelle l’association Respire a pris la décision de déposer la présente plainte, compte tenu de la gravité de ces faits constituant sans nul doute les délits de tromperie aggravée et de blessures involontaires".

Trois stations de mesures

Contactée par l’AFP, la RATP a rappelé que la qualité de l’air était pour elle "une priorité" depuis "plus de 20 ans". L’opérateur de transports publics procède notamment depuis 1997 à "des mesures en continu" sur "trois sites représentatifs" disponibles en ligne : Franklin D. Roosevelt (Ligne 1), Châtelet (Ligne 4) et Auber (RER A).

"Toute autre mesure réalisée avec des capteurs portatifs, qui ne sont pas les appareils de référence, ne sont pas comparables aux mesures réalisées sur site. (…) Les résultats de ces appareils portatifs ne peuvent être qu’indicatifs et non véridiques", a ajouté la RATP, en réponse au dernier rapport de Respire.

Dans un communiqué, la régie de transport explique que "ces mesures en continu portent sur les 6 paramètres usuels : 2 paramètres climatiques (température, humidité relative), un indicateur du renouvellement d’air (dioxyde de carbone) et 3 paramètres de qualité de l’air (oxydes d‘azote, particules- PM 2,5 et/ou PM 10)". Elle rappelle que les relevés sont certifiés par un laboratoire accrédité par le Cofrac (Comité Français d’Accréditation).

Ludovic Dupin avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Risques psychosociaux

Le stress au travail, l’organisation des entreprises et la prégnance d’objectifs de performance créent un environnement difficile pour beaucoup de salariés, cadres ou non. C’est ce qu’on appelle les risques psycho-sociaux. Ils génèrent de nouvelles pathologies come le burn-out et commencent à faire l’objet de campagne de prévention.

Metro RATp

"Tromperie aggravée" et "Blessures involontaires" : la RATP attaquée en raison de la qualité de l’air dans le métro

La qualité de l’air dans le métro est étroitement surveillée par la RATP depuis 1997 et ces données sont désormais accessibles au grand public. Pourtant l’association Respire juge que les mesures communiquées sont sous-estimées et mettent en danger la santé des usagers. C’est pourquoi celle-ci porte...

G stockstudio istock psychologue

Alors que le Covid pèse sur la santé mentale des Français, la Cour des comptes pousse à un remboursement des psychologues

La Cour des comptes préconise dans un nouveau rapport le remboursement des psychologues libéraux par l'Assurance maladie. C'est le médecin traitant qui fera l'effet de "filtre". Cette mesure permettra de désengorger les Centres médico-psychologiques et pourrait répondre à la détresse psychologique...

Castex Veran LUDOVIC MARIN AFP POOL

Covid-19 : la troisième vague de la santé mentale, ce frein invisible à la reprise

C'est une crise qui a grandi dans l'ombre de la pandémie et de la récession économique. La santé mentale des Français, jusqu'ici peu prise en compte, s'est considérablement dégradée ces derniers mois. Le nombre de personnes en états dépressifs a augmenté, tout comme les arrêts maladie longue durée....

Non, le burn out n’est toujours pas reconnu comme maladie professionnelle par l’OMS

Malgré ce qui a été dit, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a pas reconnu le burn out comme maladie professionnelle mais elle le considère désormais comme un "phénomène lié au travail". Sa reconnaissance pourrait pourtant alléger le parcours des victimes. Surtout, sa prise en charge...