Publié le 25 octobre 2017

SOCIAL

Les monnaies complémentaires, un levier de transition écologique... à condition de changer d'échelle

Elles s’appellent l’Eusko, SoNantes, MyTroc ou encore Solar Coins. Les monnaies complémentaires, qui visent souvent à redynamiser l'économie locale, se multiplient en France mais peinent encore à toucher un public plus large qu'un cercle de militants. Pourtant, elles pourraient être un vrai levier de la transition écologique, estime un rapport de la Fabrique Écologique. 

Le Stück est la monnaie complémentaire utilisé à Strasbourg.
@Stück

Les monnaies complémentaires sont encore peu connues du grand public. Pourtant, il en fleurit chaque année une dizaine en France. "Leur rôle n’est pas de remplacer l’euro, comme le Bitcoin par exemple, mais de servir un objectif bien particulier de citoyenneté et de partage", explique Thomas Binet, directeur de Vertigolab et coauteur d’une note de la Fabrique Écologique sur le sujet. "Elles peuvent être un levier de la transition écologique", estime-t-il.

Car nombreuses sont celles qui poursuivent des objectifs environnementaux. Les monnaies locales par exemple, promeuvent le commerce de proximité. C’est notamment le cas du Stück à Strasbourg, qui n’accepte dans son cercle d’entreprises que celles socialement ou écologiquement responsables. Les monnaies thématiques sont également orientées vers des enjeux écologiques, comme le Y’aca à Ayen (Corrèze) qui développe un réseau de covoiturage entre particuliers. 

Ces monnaies peuvent ainsi, en partie, financer la transition écologique et énergétique. "Le circuit conventionnel ne soutient pas les activités peu rentables sur le court terme et manque de rapidité, de souplesse et de proximité avec le terrain et ses acteurs", indique le rapport, "des caractéristiques que présentent les monnaies complémentaires"

"Je ne sais plus comment utiliser mes SoNantes"

Mais elles peinent encore à être performantes. Elles ne sont utilisées, pour l’instant, que par des militants. Et même dans ce cercle, les critiques existent. "Sincèrement, je ne sais plus comment utiliser mes SoNantes", explique le dirigeant d’un bar nantais qui utilise la monnaie locale, "même si je paye la boulangère avec, que voulez-vous qu'elle en fasse ? Sa farine ne vient pas d'ici, nous ne sommes pas dans une grande région céréalière", explique-t-il. 

"SoNantes n'a pas changé mes pratiques d'achat puisque j'avais déjà recours à fournisseurs locaux que je paie en euro", tranche l'entrepreneur. Et c’est bien le problème. Qu’apportent vraiment les monnaies locales ? "Il faudrait un truc en plus pour qu’on y gagne quelque chose", avoue Thomas Binet.

Certifier les monnaies pour accroître la confiance

En attendant, ces monnaies sont un moyen de sensibilisation et d’orientation des comportements de consommation et de production. "Elles présentent des atouts par rapport aux outils de politiques publiques classiques", défend le directeur de Vertigolab.

Encore faut-il que les habitants croient en leur stabilité. Un an seulement après leur lancement, beaucoup de ces monnaies tombent à l’eau. Pour remédier à ce problème l’idée serait de les évaluer. "Une structure extérieure pouvant garantir la crédibilité des porteurs de projet de monnaies complémentaires serait nécessaire pour établir la confiance en cet outil", propose la note de la Fabrique écologique.

"Les collectivités doivent montrer l’exemple" 

"Les collectivités devraient montrer l’exemple", souligne également Thomas Binet et d’avancer l’exemple de Curitiba. Cette monnaie locale est utilisée au Brésil par la municipalité qui paye les habitants des favelas via un jeton de bus dès qu’ils trient correctement leurs déchets. Une mesure qui a permis de récolter 11 millions de tonnes d'ordures ménagères.

Les monnaies complémentaires ont cet avantage qu'elles ne sont pas forcément représentées par des pièces ou des billets. Elles peuvent être, comme ici, des tickets de transport, mais aussi complètement immatériel comme un don ou une récompense. "Ces monnaies ont un potentiel énorme d’économie circulaire car elles sont fondantes. C'est-à-dire qu'elles perdent de la valeur si on ne les fait pas tourner", résume Thomas Binet. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Economie circulaire : un outil efficace pour lutter contre le réchauffement climatique

Comment l’économie circulaire peut-elle contribuer à atténuer le réchauffement climatique? C’est l’objet de l’étude réalisée par l’Institut de l’économie circulaire et l’équipe d’EY Cleantech &...

SOCIAL

Economie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire (ESS) rassemble des entreprises de toute nature. Celles qui font de l’insertion mais aussi les grandes mutuelles appartiennent à ce secteur qui représente 10 % du PIB et près de 10 % des emplois en France. Il nourrit les politiques d’achats responsables des grands groupes.

Le plan de relance fait la part belle à l’Économie sociale et solidaire, secouée par le Covid-19

Le plan de relance, présenté la semaine dernière, va consacrer 1,3 milliard d’euros à l’économie sociale et solidaire (ESS) sur deux ans. Un secteur qui a été très affecté par la crise mais sur lequel le gouvernement compte pour relancer l’emploi assure Olivia Grégoire, nouvelle secrétaire d’État à...

Vincent Lindon taxe Jean Valjean

Plus de cinq millions de vues pour l’appel de Vincent Lindon à prendre aux riches pour donner aux pauvres

Les inégalités sociales ont explosé avec la pandémie du Covid-19. La Seine Saint Denis, département le plus pauvre de France, est celui qui a payé le tribut le plus lourd à la maladie. C’est aussi la que les files d’attente aux distributions alimentaires s’allongent. Le comédien Vincent Lindon a...

La ruche qui dit oui uberisation ESS

Quand l’ubérisation frappe aussi l'économie sociale et solidaire

Quel point commun y a-t-il entre La ruche qui dit oui, qui a popularisé la vente de produits alimentaires en circuit-court, et Uber, le géant californien du VTC ? À l'instar des chauffeurs de la plateforme Uber, les responsables de ruches sont pour la plupart des auto-entrepreneurs rémunérés sur...

Chute emploi ess politiques publiqes secteur associatif

Les politiques publiques ont fait chuter l’emploi dans l’économie sociale et solidaire

Le secteur associatif, qui constitue le gros des effectifs de l'économie sociale et solidaire, a particulièrement souffert des politiques publiques mises en place ces dernières années. En 2017 et 2018, le secteur a supprimé plus de 16 000 emplois. Il est pourtant l'un des moteurs de l'économie quand...