Publié le 27 novembre 2020

SOCIAL

Décision "historique" de l'Allemagne qui interdit les comités de direction sans femme

L'Allemagne ne tolérera plus un comité exécutif des grosses entreprises cotées 100 % masculin. Le gouvernement a décidé d'imposer la présence d'une femme dans ses hautes instances à partir de trois membres. Une "percée historique" qui rappelle que la France, une des pionnières de la politique des quotas, voulait, elle aussi, prendre ce chemin. Mais le gouvernement semble avoir abandonné cette idée. 

Femmes comite executif AzmanL Istock
L’Allemagne prend les devants sur la France, pourtant un des pays pionniers de la politique des quotas.
AzmanL / Istock

C’est un signal fort que vient d’envoyer l’Allemagne aux entreprises cotées en Bourse. Le gouvernement de coalition a accepté, après moultes négociations, d’imposer un quota obligatoire dans les comités exécutifs des sociétés cotées en Bourse. Désormais, les directoires devront obligatoirement compter une femme à partir du moment où ils sont composés de trois membres. C’est un vrai tournant pour la première puissance économique d’Europe, particulièrement à la traîne sur le sujet. 

D’après un rapport de l’ONG Allbright, la part des femmes dirigeantes en Allemagne est seulement de 12,8 % contre 28, 6 % pour les États-Unis, 24,9 % pour la Suède ou encore 24,5 % pour la Grande Bretagne. Pire, selon l’ONG, dans le Dax 30, l’équivalent du CAC40 Outre-rhin, la féminisation dans les comités de directions est même en recul. En septembre 2020, onze des 30 sociétés du Dax ne comptaient aucune femme dans ses hauts postes. C’est deux fois plus qu’en 2019. 

Une "percée historique"

Ces quotas "ont une percée historique", a réagi Franziska Giffey, ministre des femmes, de la famille, des personnes âgées et de la jeunesse. "Nous mettons un terme aux comités exécutifs sans femmes dans les grandes entreprises. Nous montrons l’exemple d’une société moderne et tournée l’avenir. Nous exploitons tout le potentiel de notre pays (…)", a-t-elle déclaré.

L’Allemagne prend les devants sur la France, pourtant un des pays pionniers de la politique des quotas. Depuis 2017, les entreprises cotées de plus de 500 salariés, et depuis 2020, celles de plus de 250 employés, doivent en effet compter dans leur conseil d’administration un minimum de 40 % de femme ou d’homme. Une loi bien appliquée puisqu’en mars 2019 par exemple, les groupes du SBF 120 comptaient en moyenne 43,6 % de femmes. Une dynamique qui n’a pourtant été enclenchée dans les comités de direction.

L'Allemagne devance la France

Emmanuel Macron et l’ancienne ministre chargée des droits des femmes, Marlène Schiappa, s’étaient engagés, en 2019, a imposé un quota dans ces hautes sphères. En mars, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) avait d’ailleurs remis un rapport sur le sujet au ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Il préconisait d’imposer 20 % de dirigeantes dans les Comex de plus de huit personnes en 2022 et 40 % en 2024. Mais depuis, le gouvernement a changé de braquet. Il semble préférer l’élargissement de "l’index Pénicaud", cet outil qui mesure les inégalités salariales entre les femmes et les hommes. La ministre du Travail Élisabeth Borne souhaiterait y ajouter le critère de "la part des femmes dans les cadres dirigeants".

Cette solution est considérée par beaucoup d’associations comme moins audacieuse qu’une obligation de quotas, contre laquelle les organisations patronales se battent. En Allemagne d’ailleurs, les représentants des entreprises ont dénoncé une ingérence de l’État dans leurs affaires internes. Alors que la crainte d’une stigmatisation des femmes dans les Comex après l’application des quotas monte, plusieurs personnalités féminines allemandes célèbres ont posé pour le magazine Stern avec ce mot d’ordre : "Ich bien eine Quotenfrau", "Je suis une femme (issue, NDR) des quotas". 

Marina Fabre, @fabre_marina 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Droits humains

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.

Deforestation changement sol Free Photos de Pixabay

2020, année la plus meurtrière pour les défenseurs de l’environnement

Le nombre de défenseurs de l'environnement assassinés dans le monde ne cesse d'augmenter. Le nouveau rapport de Global Witness recense au moins 227 meurtres, dont la moitié en Colombie. Un record alors que les trois quarts des victimes luttaient contre la déforestation dans des pays en...

Brésil : Jair Bolsonaro accusé de perpétrer un génocide contre les peuples autochtones en pleine pandémie

L'Articulation des peuples autochtones du Brésil (APIB) a demandé le 12 août à la Cour Pénale Internationale d'ouvrir une enquête sur le président brésilien pour "génocide" et "écocide". L'association accuse le dirigeant d'avoir profité de la pandémie pour renforcer une "politique anti-autochtone"....

Talibans Afghanistan AFP

[Édito] Afghanistan : la guerre perdue de l’alternative aux Talibans

La spectaculaire reconquête de l’Afghanistan par les Talibans après 20 ans de guerre, montre l’impuissance de la coalition internationale à implanter un modèle alternatif. Les Américains, qui y ont déversé des milliards de dollars, ont alimenté la corruption et la domination de chefs de guerre sans...

Ouighours chine ALI ATMACA ANADOLU AGENCY Anadolu Agency via AFP

En plein scandale des Ouïghours, le directeur général de Sandro, Maje et Claudie Pierlot démissionne

Le groupe SMCP, qui détient les marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot, vient d'annoncer le départ de son directeur général Daniel Lalonde. Si le géant du textile affirme que sa démission n'a "rien à voir" avec le scandale des Ouïghours, le groupe fait néanmoins face à une crise. Début juillet, le...