Publié le 24 avril 2018

SOCIAL

Victoire d'Emmaüs : le gouvernement va interdire aux marques de jeter leurs vêtements invendus

C'était une des demandes d'Emmaüs : appliquer les grands principes de gaspillage alimentaire au secteur textile pour interdire aux marques de jeter leurs vêtements invendus et les obliger à nouer des partenariats avec des associations. C'est ce que propose désormais le gouvernement dans sa nouvelle feuille de route sur l'économie circulaire. À échéance 2019, il ne veut plus d'invendus vestimentaires jetés ou éliminés.

Le gouvernement a présenté le 23 avril 50 mesures en faveur de l'économie circulaire, la quinzième porte sur les invendus vestimentaires.
Pixabay

C’est une mesure passée inaperçue dans la feuille de route sur l’économie circulaire publiée le 23 avril par le gouvernement. Et pourtant, elle marque une avancée considérable dans la lutte contre le gaspillage vestimentaire. Le gouvernement veut s’assurer que d’ici 2019, plus aucun invendu de la filière textile ne soit "jeté ou éliminé".

Pour répondre à ce défi, le ministère veut faire "appliquer les grands principes de la lutte contre le gaspillage alimentaire". Il s'agit de calquer la loi qui oblige depuis février 2016 toutes les moyennes et grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés à conclure une convention avec une association caritative pour leur donner les invendus alimentaires.

Première étape : l'état des lieux 

Cette demande était portée depuis quelques mois par Emmaüs via la directrice générale adjointe, Valérie Fayard. Cette dernière se réjouit de cette avancée. "Pour l’instant, rien n’est vraiment précisé, c’est une feuille de route de présentation, mais c’est une bonne nouvelle. L’échéance de 2019 va permettre au gouvernement de lancer un état des lieux de la situation, calculer le nombre de tonnages jetés, les procédés mis en place par les marques, les difficultés...", estime-t-elle.

Dans le secteur, l’opacité règne. Difficile de savoir réellement ce que deviennent les invendus. Mais la filière est minée par les scandales. Récemment, une équipe de Celio a été photographiée par une habitante de Rouen en train de lacérer et de jeter des vêtements. De même, H&M a été pointée du doigt par des journalistes danois pour avoir brûlé depuis 2013 soixante tonnes de vêtements invendus.

Les marques pourront redorer leur blason

Ces scandales entachent la réputation des marques. "Une nouvelle loi permettra aussi aux marques de mettre en avant leur démarche RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). Il faut que cela soit un partenariat gagnant-gagnant, autant pour les entreprises que pour les associations", avance Valérie Fayard.

 

Le ministère de la Transition écologique et solidaire, contacté par Novethic, n’a pas encore répondu à nos sollicitations sur les détails de cette proposition. Cependant, elle souligne une volonté de l'exécutif de responsabiliser les acteurs de la filière textile, deuxième secteur le plus polluant au monde après le pétrole. 

Par le passé, H&M n'avait pas voulu prendre position sur une possible loi sur le gaspillage vestimentaire. Mais, la marque assurait à Novethic que, sur le marché français, il n'avait pas "d'invendus au sens de produits qui ne trouveraient pas preneurs". 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Metaverse gafam Fanny PARISE Me lanie Bultez

Fanny Parise, anthropologue : "La consommation responsable est un alibi de l’hyperconsommation"

Ils portent des baskets écoresponsables, mangent des œufs "qui ne tuent pas la poule" et se déplacent en vélo électrique. Dans son dernier livre, l'anthropologue Fanny Parise épingle les apôtres de la consommation responsable, des "enfants gâtés" qui perpétuent un système hyperconsumériste. Loin de...

Solde fast fashion textile THOMAS COEX AFP

La perte d’intérêt pour les soldes, symbole d’un secteur de l'habillement en crise

Autrefois rendez-vous incontournable des consommateurs, les soldes subissent une perte d'intérêt. Si le Covid-19 et l'inflation qui a explosé avec la guerre en Ukraine participent à ce désamour, c'est une tendance plus profonde qui traverse tout le secteur de l'habillement. Les géants de la "real...

Penurie risque guerre ukraine covid Frederic Scheiber Hans Lucas Hans Lucas via AFP

"Le monde qui craque" saison 2 : Ces pénuries qui bouleversent notre consommation

Alors que la pandémie de Covid-19 a perturbé pendant des mois les chaînes d'approvisionnement, viennent s’ajouter le dérèglement climatique et la guerre en Ukraine. Moutarde, câbles électriques, bouteilles en verre… plusieurs secteurs de notre économie sont impactés. Les prix flambent et les...

Prix vie chere inflation INA FASSBENDER AFP

Pâte, viande, huile… l’inflation grimpe sur fond de colère sociale

La facture est salée pour les ménages. L'inflation a provoqué une hausse considérable des prix de certaines denrées alimentaires comme les pâtes, la viande ou la farine. Une situation qui devrait empirer avec la guerre en Ukraine, et qui s'ajoute à l'envolée des prix du carburant. En France,...