Publié le 24 avril 2018

SOCIAL

Victoire d'Emmaüs : le gouvernement va interdire aux marques de jeter leurs vêtements invendus

C'était une des demandes d'Emmaüs : appliquer les grands principes de gaspillage alimentaire au secteur textile pour interdire aux marques de jeter leurs vêtements invendus et les obliger à nouer des partenariats avec des associations. C'est ce que propose désormais le gouvernement dans sa nouvelle feuille de route sur l'économie circulaire. À échéance 2019, il ne veut plus d'invendus vestimentaires jetés ou éliminés.

Vetements invendus gaspillage Emmaus
Le gouvernement a présenté le 23 avril 50 mesures en faveur de l'économie circulaire, la quinzième porte sur les invendus vestimentaires.
Pixabay

C’est une mesure passée inaperçue dans la feuille de route sur l’économie circulaire publiée le 23 avril par le gouvernement. Et pourtant, elle marque une avancée considérable dans la lutte contre le gaspillage vestimentaire. Le gouvernement veut s’assurer que d’ici 2019, plus aucun invendu de la filière textile ne soit "jeté ou éliminé".

Pour répondre à ce défi, le ministère veut faire "appliquer les grands principes de la lutte contre le gaspillage alimentaire". Il s'agit de calquer la loi qui oblige depuis février 2016 toutes les moyennes et grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés à conclure une convention avec une association caritative pour leur donner les invendus alimentaires.

Première étape : l'état des lieux 

Cette demande était portée depuis quelques mois par Emmaüs via la directrice générale adjointe, Valérie Fayard. Cette dernière se réjouit de cette avancée. "Pour l’instant, rien n’est vraiment précisé, c’est une feuille de route de présentation, mais c’est une bonne nouvelle. L’échéance de 2019 va permettre au gouvernement de lancer un état des lieux de la situation, calculer le nombre de tonnages jetés, les procédés mis en place par les marques, les difficultés...", estime-t-elle.

Dans le secteur, l’opacité règne. Difficile de savoir réellement ce que deviennent les invendus. Mais la filière est minée par les scandales. Récemment, une équipe de Celio a été photographiée par une habitante de Rouen en train de lacérer et de jeter des vêtements. De même, H&M a été pointée du doigt par des journalistes danois pour avoir brûlé depuis 2013 soixante tonnes de vêtements invendus.

Les marques pourront redorer leur blason

Ces scandales entachent la réputation des marques. "Une nouvelle loi permettra aussi aux marques de mettre en avant leur démarche RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). Il faut que cela soit un partenariat gagnant-gagnant, autant pour les entreprises que pour les associations", avance Valérie Fayard.

 

Le ministère de la Transition écologique et solidaire, contacté par Novethic, n’a pas encore répondu à nos sollicitations sur les détails de cette proposition. Cependant, elle souligne une volonté de l'exécutif de responsabiliser les acteurs de la filière textile, deuxième secteur le plus polluant au monde après le pétrole. 

Par le passé, H&M n'avait pas voulu prendre position sur une possible loi sur le gaspillage vestimentaire. Mais, la marque assurait à Novethic que, sur le marché français, il n'avait pas "d'invendus au sens de produits qui ne trouveraient pas preneurs". 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Amazon producteurs locaux

Amazon mise sur les producteurs locaux pour redorer son image

Amazon vient de lancer une boutique dédiée aux producteurs français locaux. L'occasion pour ce géant du commerce en ligne de redorer son image et un vrai tremplin pour les producteurs français en terme de visibilité et de volume des ventes. Mais cette annonce n'est pas sans risque. Entre dépendance...

Cancer alimentation bio

Non, manger bio ne réduit pas de 25 % le risque de cancer

Manger bio réduit de 25 % le risque de cancer. C'est ce qu'on a pu lire partout dans la presse après la diffusion d'une étude de l'INRA le 22 octobre. En réalité, ces résultats ne sont pas aussi tranchés. Le faible nombre de cas de cancers étudiés et la surreprésentation de femmes biaisent quelque...

Halloween maquillage costume bonbon pollution

Bonbons, maquillage, costume : un frisson écolo pour Halloween

Vous voulez vous faire peur pour Halloween ? Pour cela, il suffit de regarder la liste des produits qui composent la plupart des bonbons industriels, les études sur la toxicité du maquillage ou les conséquences de la décoration plastique. Frissonner sans polluer, c'est pourtant possible. Novethic a...

Aliments bizarres mais responsables

Sial2018 : Trois aliments complètement bizarres mais responsables

Ils sont bons, ils sont sains, ils sont responsables mais ils sont aussi très bizarres. Entre la tablette de chocolat faite de betterave, la barre vegan qui remplace un repas, le fruit peu ragoûtant substitut de la viande… Le Salon international de l'alimentation (SIAL), qui s'est déroulé fin...