Publié le 23 avril 2018

ENVIRONNEMENT

Incitation fiscale, réparabilité, consigne solidaire… Ce que contient la feuille de route sur l’économie circulaire

En visite dans l'usine Seb en Mayenne, le Premier ministre Édouard Philippe a levé le voile sur la nouvelle feuille de route sur l'économie circulaire. Si les incitations fiscales proposées rendent plus rentables le tri que la mise en décharge, plusieurs associations restent sceptiques sur les moyens donnés à l'objectif de 100 % de déchets plastiques recyclés d'ici 2025.

Conomie circulaire Seb Edouard Philippe
Édouard Philippe veut passer du économie linéaire à une économie circulaire.
©Ministère

Enfin ! Édouard Philippe a dévoilé lundi 23 avril la feuille de route du gouvernement sur l’économie circulaire. Et le lieu de l’annonce n’a pas été laissé au hasard. Le Premier ministre s’est rendu dans l’usine Seb à Mayenne (Mayenne). Le leader du petit électroménager s’est toujours démarqué en créant des produits écoresponsables dès leur conception.

Il propose aussi une continuité de service sur 10 ans avec une ambition : devenir le "champion de la lutte contre l’obsolescence programmée". De bon augure pour cette feuille de route sur l’économie circulaire dont l’un des objectifs est de réduire de 50 % les déchets mis en décharge d’ici 2025. 

 

Il sera moins cher de trier que de jeter

Plusieurs leviers ont donc été actionnés. Le premier, et non des moindres, est l’incitation fiscale. Le gouvernement a annoncé une baisse à 5,5 % du taux de TVA sur les activités de prévention, de collecte séparée, de tri… payée par les collectivités. Il prévoit également une augmentation des tarifs de la taxe générale sur les activités polluantes pour la mise en décharge et l’incinération.

"Produire moins de déchets et les trier coûtera enfin moins cher que de les éliminer !", s’est réjoui le député de Maine-et-Loire, Matthieu Orphelin, un des ambassadeurs de la feuille de route. Il est également prévu la mise en place de bonus-malus incitatifs sur l’écocontribution des produits. Ces bonus-malus pourront excéder 10 % de prix de vente. Un vrai moyen de "stimuler l’écoconception et l’incorporation de matière recyclée", estime le député.

Un logo indiquant la réparabilité des produits

Dans ce sillage, le gouvernement va étendre le principe du pollueur-payeur a de nouveaux produits comme les jouets, les articles de sports, de loisir et de bricolage, les cigarettes et mettre en place un "dispositif financier pour inciter au retour des vieux téléphones portables". Aujourd’hui, 100 millions de téléphones usagés sont stockés dans les tiroirs des Français.

De même, pour faciliter la démarche des consommateurs, Édouard Philippe a annoncé qu’à partir de 2020 une vignette indiquera aux usagers si leurs équipements électriques, électroniques et meubles sont réparables ou non. Un moyen de guider les consommateurs vers des achats responsables.

Bacs jaunes pour tous et consignes solidaires 

Autre objectif du gouvernement : atteindre les 100 % de plastiques recyclés d’ici 2025. Un objectif quasi impossible à atteindre, a estimé à plusieurs reprises Plastics Europe, l’association professionnelle des producteurs de plastique. Elle vise plutôt à 100 % de valorisation d’ici 2025. La France, aujourd’hui, ne recycle que 22% de déchets et en valorise 43,5%.

Pour réussir son pari, le gouvernement veut d’abord faciliter et étendre le tri. "D’ici 2022, les Français pourront mettre tous les emballages dans leur bac jaune", a indiqué Édouard Philippe. Il souhaite également tester la "consigne solidaire" pour inciter à la collecte des bouteilles plastiques et des canettes. 

Si l’association Zero Waste salue des avancées en matière d’écoconception des biens et de fiscalité écologique, elle "regrette l’absence de mesure pour lutter contre le plastique à usage unique". Elle considère que, dans ces conditions, l’objectif de 100 % de recyclage ne sera pas atteint. "Le refus récent du gouvernement d’interdire les barquettes plastiques jetables dans les cantines scolaires est révélateur d’un manque de volontarisme en la matière", conclut-elle.  

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Economie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Elle se base sur l’écoconception des produits, leur réparation et leur recyclage.

Brune poirson consigne ministereTE

Brune Poirson veut développer la consigne sur les emballages plastiques

La directive européenne sur le plastique fixe des objectifs élevés de collecte et de recyclage. Pour les atteindre, Brune Poirson, la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, veut imposer un système de consigne sur les emballages. Elle a lancé un comité de...

La destruction des invendus non alimentaires va e tre plus complique e que pre vu

Vêtement, cosmétique, électronique : l'interdiction de détruire les invendus va être beaucoup plus compliquée que prévu

Les critiques fusent concernant le projet de loi anti-gaspillage. Les experts en droit de l'environnement affirment que la mesure n'interdira ni l'incinération, ni la destruction des invendus. Les associations s'inquiètent du peu de détails fournis. Quant aux enseignes, elles veulent qu'une...

La loi interdisant aux marques de jeter leurs invendus bientot votee

Lutte contre le gaspillage : Édouard Philippe veut obliger à recycler les produits non alimentaires invendus

Le Premier ministre a présenté à Paris un futur dispositif prévu dans la loi sur l’économie circulaire. Édouard Philippe prévoit d’interdire aux fabricants de produits non alimentaires de détruire ou mettre en décharge leurs invendus, d’ici 2021 et 2023 selon les filières. Les industriels devront...

Economie circulaire istock BsWei

Économie circulaire : le projet de loi qui doit remettre le gouvernement sur les rails de l’écologie

C’est un projet de loi considéré comme très ambitieux sur l’économie circulaire qui est arrivé le 3 juin devant le Conseil national de la transition écologique (CNTE) et d’ici un mois au Conseil des ministres. Le texte qui a fuité a pour socle le principe du pollueur-payeur. Il met clairement...