Publié le 02 novembre 2018

SOCIAL

Non, manger bio ne réduit pas de 25 % le risque de cancer

Manger bio réduit de 25 % le risque de cancer. C'est ce qu'on a pu lire partout dans la presse après la diffusion d'une étude de l'INRA le 22 octobre. En réalité, ces résultats ne sont pas aussi tranchés. Le faible nombre de cas de cancers étudiés et la surreprésentation de femmes biaisent quelque peu les conclusions. Les chercheurs eux-mêmes reconnaissent que leurs résultats "demandent à être confirmés". 

Plusieurs précautions sont à relever avant d'affirmer qu'une alimentation bio réduit le risque de cancer.
Pixabay

Ce n’est pas un mensonge, mais un raccourci. Le 22 octobre, une étude publiée dans la revue Jama Internal Medecine a fait les gros titres de la presse française. En Une des radios nationales, les auditeurs ont pu entendre que "consommer bio réduit de 25 % les risques de cancer". De quoi se ruer vers les primeurs les plus proches. Mais cette affirmation est exagérée.

Une marge d'erreur 

Les chercheurs de l’étude intitulée "Association entre la fréquence de consommation de produits bio et le risque de cancer" se sont appuyés sur 68 946 personnes de la cohorte française NutriNet. De 2009 à 2016, ils ont suivi leurs habitudes alimentaires et les ont classés en quatre groupes allant des plus faibles mangeurs de produits bio aux plus assidus.

Pendant ces sept années, 1 340 participants ont développé un cancer. 2,1 % des malades étaient classés parmi les plus petits mangeurs de bio et 1,5 % dans celui des gros consommateurs. Une différence de 0,6 point qui équivaut à ce fameux taux de 25 % de risque en moins. On constate que cette différence est établie sur un faible nombre d’individus et non sur la cohorte générale des près de 70 000 participants. Ces résultats sont donc à relativiser.

Une population peu représentative

En outre, les chercheurs reconnaissent eux-mêmes que les individus étudiés ne sont pas représentatifs de la population générale. La cohorte, basée sur le volontariat, comprend 78 % de femmes, âgées en moyenne de 44 ans et qui ont une alimentation plutôt saine à l’origine. D'où le nombre important de cancers du sein observés chez les participants. Ils représentent 549 cas contre 180 pour les cancers de la prostate, le deuxième plus fréquent.

Aussi, "cette association (entre alimentation bio et cancer) est restreinte aux risques de cancer du sein postménopause et de lymphomes", pointe un éditorial publié par des chercheurs de Havard. "Le lien de cause à effet ne peut être établi sur la base de cette étude", souligne d’ailleurs l’INRA. Un fait que reconnaissent les chercheurs pour qui "les résultats de cette étude demandent à être confirmés".

L'utilité des pesticides mis en cause dans une autre étude 

Cette enquête, malgré plusieurs points à débattre, pose question. Au point que le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a salué l’étude sur Twitter.

 

 

Que ces résultats soient confirmés ou non par la suite, l’agriculture conventionnelle a déjà du plomb dans l’aile. En août, des chercheurs de l’INRA et de l’université de Rennes ont démontré que l’agriculture bio luttait plus efficacement contre les maladies que l’agriculture conventionnelle. Or, c’est justement pour lutter contre ces agents pathogènes que les agriculteurs utilisent des pesticides.

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Burger vegetal istock alimentation

"Le gouvernement cède aux lobbys" : Les steaks de soja et saucisses de tofu, c’est fini

Les filières animales ont remporté la bataille. Les "steaks de soja", "saucisses véganes", "nuggets végétaux" ne pourront plus reprendre de dénominations liées aux produits carnés au nom de la "transparence" de l'information. Une victoire très critiquée alors que la réduction de consommation de...

Metaverse gafam Fanny PARISE Me lanie Bultez

Fanny Parise, anthropologue : "La consommation responsable est un alibi de l’hyperconsommation"

Ils portent des baskets écoresponsables, mangent des œufs "qui ne tuent pas la poule" et se déplacent en vélo électrique. Dans son dernier livre, l'anthropologue Fanny Parise épingle les apôtres de la consommation responsable, des "enfants gâtés" qui perpétuent un système hyperconsumériste. Loin de...

Solde fast fashion textile THOMAS COEX AFP

La perte d’intérêt pour les soldes, symbole d’un secteur de l'habillement en crise

Autrefois rendez-vous incontournable des consommateurs, les soldes subissent une perte d'intérêt. Si le Covid-19 et l'inflation qui a explosé avec la guerre en Ukraine participent à ce désamour, c'est une tendance plus profonde qui traverse tout le secteur de l'habillement. Les géants de la "real...

Penurie risque guerre ukraine covid Frederic Scheiber Hans Lucas Hans Lucas via AFP

"Le monde qui craque" saison 2 : Ces pénuries qui bouleversent notre consommation

Alors que la pandémie de Covid-19 a perturbé pendant des mois les chaînes d'approvisionnement, viennent s’ajouter le dérèglement climatique et la guerre en Ukraine. Moutarde, câbles électriques, bouteilles en verre… plusieurs secteurs de notre économie sont impactés. Les prix flambent et les...