Publié le 15 juillet 2021

SOCIAL

Mercure, cuivre, arsenic… Les Français sont tous exposés aux métaux lourds

Les métaux lourds sont présents dans l'organisme de la quasi-totalité de la population française, enfant compris. Mercure, cuivre, nickel, chrome… Ces métaux sont très néfastes pour la santé. L'une des principales sources d'exposition identifiée par une nouvelle enquête de Santé publique France est l'alimentation, notamment le poisson qui contient de l'arsenic, du mercure ou encore du chrome. Même les céréales du petit-déjeuner des enfants sont pointées du doigt pour leur présence en cadmium.

Alimentation metaux lourds Louis Hansel on Unsplash
L'alimentation est la première source d'exposition aux métaux lourds.
Louis Hansel on Unsplash

97 à 100 % de détection. Quasiment toute la population française, adulte comme enfant, est exposée aux métaux lourds tels que l’arsenic, le cadmium, le chrome, le cuivre, le nickel ou encore le mercure. Et les niveaux d’exposition progressent. Ces résultats, inquiétants, sont le fruit de l’enquête épidémiologique Esteban, l’étude de santé sur l’environnement, la biosurveillance, l’activité physique et la nutrition, pilotée par Santé publique France (SPF) qui porte notamment sur l’exposition à 27 métaux et leur présence dans l’organisme des Français à l’échelle nationale. 

Les travaux ont été menés sur un échantillon représentatif de la population générale composé de 1104 enfants et 2503 adultes âgées de 6 à 74 ans avec des prélèvements biologiques d’urines, de sang ou de cheveux et un questionnaire permettant d’identifier les sources d’exposition. "Naturellement présents dans l’environnement, les métaux peuvent être à l’origine de l’apparition de maladies chroniques, de déficience immunitaire ou encore de cancer", rappelle SPF. 

L'alimentation, source d'exposition

Dans le détail, on apprend ainsi que le mercure est transmis par les poissons gras, les coquillages ou les crustacés, voire les plombages dentaires pour les adultes. Que 28 % des adultes et 3 % des enfants exposés à l’arsenic dépassent le seuil de surexposition. Les risques pour la santé sont sévères : effets neurologiques, hématologiques, cardiovasculaire, dermatologiques…  Ces expositions aux métaux lourds proviennent essentiellement de notre alimentation. 

"Il apparaît important de rappeler les recommandations du Programme national nutrition santé (PNNS) et de diversifier les sources d’aliments, notamment concernant les poissons. Le poisson et les produits de la mer ont beaucoup de qualités nutritionnelles mais leur consommation influence les concentrations en arsenic, cadmium, chrome et mercure. il est recommandé de consommer deux fois par semaine du poisson dont un poisson gras variant les espèces et les lieux de pêche", recommande Santé publique France.

Les produits de la mer ne sont pas la seule menace. Les enfants présentent en effet des teneurs préoccupantes en cadmium, un métal en transition. Or les chercheurs soupçonnent la consommation importante de céréales au petit-déjeuner comme source d’exposition lorsque la culture est conventionnelle car les épandages d’engrais phosphatés sont riches en cadmium, métal classé cancérogène pour l’Homme par le Centre international de recherche sur le cancer. Il peut avoir des effets toxiques sur les reins, l’appareil respiratoire et est suspecté d’être un perturbateur endocrinien. 

Des taux plus élevés que le reste de l'Europe

Faut-il se tourner vers le bio pour échapper aux métaux lourds ? Pour la première fois, l’enquête Esteban a permis de mesure l’exposition au cuivre des Français, un fongicide utilisé dans l’agriculture biologique. Si la source principale de contamination reste le tabac, chez les enfants "la consommation plus fréquente de légumes issus de l’agriculture biologique est associée à une augmentation des concentrations urinaires en cuivre". 

De manière générale, les chercheurs estiment que l’exposition des Français, adultes comme enfants, aux métaux lourds, est plus élevée que dans la plupart des pays étrangers en Europe et en Amérique du nord, excepté pour le nickel et le cuivre. Pour certains métaux, Santé publique France note par ailleurs des niveaux d’exposition plus élevés qu’en 2006-2007, comparant ainsi les résultats de l’étude nationale nutrition santé ciblant les adultes. Si pour le mercure et le nickel, les taux restent les mêmes, ce n’est pas le cas de l’arsenic, du cadmium et du chrome dont les niveaux d’exposition sont plus élevés aujourd’hui.

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Metaverse gafam Fanny PARISE Me lanie Bultez

Fanny Parise, anthropologue : "La consommation responsable est un alibi de l’hyperconsommation"

Ils portent des baskets écoresponsables, mangent des œufs "qui ne tuent pas la poule" et se déplacent en vélo électrique. Dans son dernier livre, l'anthropologue Fanny Parise épingle les apôtres de la consommation responsable, des "enfants gâtés" qui perpétuent un système hyperconsumériste. Loin de...

Solde fast fashion textile THOMAS COEX AFP

La perte d’intérêt pour les soldes, symbole d’un secteur de l'habillement en crise

Autrefois rendez-vous incontournable des consommateurs, les soldes subissent une perte d'intérêt. Si le Covid-19 et l'inflation qui a explosé avec la guerre en Ukraine participent à ce désamour, c'est une tendance plus profonde qui traverse tout le secteur de l'habillement. Les géants de la "real...

Penurie risque guerre ukraine covid Frederic Scheiber Hans Lucas Hans Lucas via AFP

"Le monde qui craque" saison 2 : Ces pénuries qui bouleversent notre consommation

Alors que la pandémie de Covid-19 a perturbé pendant des mois les chaînes d'approvisionnement, viennent s’ajouter le dérèglement climatique et la guerre en Ukraine. Moutarde, câbles électriques, bouteilles en verre… plusieurs secteurs de notre économie sont impactés. Les prix flambent et les...

Prix vie chere inflation INA FASSBENDER AFP

Pâte, viande, huile… l’inflation grimpe sur fond de colère sociale

La facture est salée pour les ménages. L'inflation a provoqué une hausse considérable des prix de certaines denrées alimentaires comme les pâtes, la viande ou la farine. Une situation qui devrait empirer avec la guerre en Ukraine, et qui s'ajoute à l'envolée des prix du carburant. En France,...