Publié le 05 mars 2021

SOCIAL

42% des sites de e-commerce succombent aux sirènes du greenwashing, selon la Commission européenne

La crise a accéléré la consommation en ligne et responsable. Mais certains sites de e-commerce n’hésitent pas à surfer sur la vague verte, sans apporter la preuve de leurs allégations environnementales. La Commission européenne a voulu vérifier sur pièces : 42% des sites analysés se parent d’une vertu invérifiable.

Greenwashing iStock Cristian Storto Fotografia
42% des 344 allégations environnementales analysées sur les sites de e-commerce sont exagérées, fausses ou fallacieuses.
Cristian Storto Fotografia

Le greenwashing a encore de beaux jours devant lui. Après la publicité, il sévit sur les sites de commerce en ligne qui ont le vent en poupe avec les restrictions sanitaires. Selon une analyse de la commission européenne, "la moitié des allégations environnementales ne sont pas étayées par des preuves".

Tous les ans, la Commission européenne et les autorités nationales de protection des consommateurs font un passage de revue des sites web pour détecter les infractions à la législation de l'UE en matière de protection des consommateurs sur les marchés en ligne. Cette fois, l’opération "coup de balai" a porté sur les arguments écologiques. Avec raison puisque 42% des 344 allégations analysées sur les sites de e-commerce sont en effet exagérées, fausses ou fallacieuses, détaille le rapport publié en février.

L’écoblanchiment prend de l’ampleur

Un produit "durable", "respectueux de l’environnement" ou une gamme "consciente", cela peut amener à l’achat les clients les plus sensibles à la cause écologique et peu regardants sur les preuves apportées. Mais si l'allégation n'est pas justifiée par des labels référents ou des indicateurs précis, cela ne suffit pas. Cela peut même coûter cher aux marques prises la main dans le sac. Car ce type d’allégation peut être considéré comme "une pratique commerciale déloyale en vertu de la directive sur les pratiques commerciales déloyales", rappelle la Commission. Les entreprises pointées du doigt (mais non nommées) par l’enquête devraient d’ailleurs se voir rappeler à l’ordre par les autorités des pays dans lesquelles elles opèrent. Dans un premier temps, celles-ci vont demander aux entreprises de corriger leurs arguments et d’être plus transparentes sur leurs allégations.

"L'écoblanchiment a pris de l'ampleur car les consommateurs cherchent de plus en plus à acheter des produits respectueux de l'environnement", estime la Commission. Pour briser la dynamique, elle compte utiliser l’étude comme argument de poids lors du lancement des nouvelles règlementations déjà prévues sur le sujet. Une proposition législative est sur la table pour mieux informer le consommateur et ainsi lui permettre d’agir sur la transition écologique. Une autre vise spécifiquement les allégations environnementales des entreprises pour les obliger à utiliser des méthodologies référentes sur l'empreinte carbone par exemple.  

A noter que le mouvement est loin d’être limité à l’Europe. Au même moment que la Commission européenne, le réseau international de contrôle et de protection des consommateurs (RICPC) a lui aussi publié les résultats d’une étude similaire. Elle aboutit au même constat.

Béatrice Héraud, @beatriceheraud


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Les industriels de la charcuterie remportent une nouvelle victoire contre Yuka, désormais en danger

Yuka, l'application qui décrypte les composants des produits alimentaires vient d'être condamnée, pour la troisième fois depuis mai, pour "dénigrement" après avoir classé en "risque élevé" des charcuteries contenant des nitrites. Elle dénonce les "procédures baillons" de la fédération des...

Fourrure kerring Vita Leonis on Unsplash

Gucci, Saint Laurent, Balenciaga… le groupe Kering n’utilisera plus de fourrure animale

Exit la fourrure animale. Le groupe de luxe Kering, qui détient notamment les marques Balenciaga, Saint Laurent, Brioni ou encore Alexander McQueen vient d'annoncer, face à la pression des associations comme Peta, qu'il n'utiliserait plus de fourrure animale dans ses collections. Un choix félicité...

Journees europeennes Patrimoine

Journée du patrimoine : cinq lieux à découvrir de toute urgence

À la découverte de sites d'exception ! Du samedi 18 au dimanche 19 septembre, des centaines de monuments vont ouvrir leurs portes aux citoyens. Patrimoine industriel, naturel, social... Novethic a sélectionné cinq visites à réaliser sans attendre.

Empreinte carbone carbonfact

Découvrez Carbonfact, le futur Wikipédia de l’empreinte carbone de nos produits

La nouvelle plateforme Carbonfact, créée début juillet, veut donner la possibilité aux consommateurs de connaître l'empreinte carbone des produits qu'ils achètent, tout comme ils connaissent leur prix. Transparence et comparabilité sont les maîtres clés de Carbonfact qui ambitionne ainsi de devenir...