Publié le 05 mars 2018

SOCIAL

Consommation : pourquoi les prix bas ne payent plus

Les prix bas ne semblent plus rentables. Alors que la grande distribution a basé son modèle économique sur la guerre des prix, plusieurs marques ont fait le choix d'une montée en gamme. Résultat ? Leurs ventes sont en progression. Que ce soit dans l'alimentaire ou dans le vestimentaire, les consommateurs sont prêts à payer plus, si la qualité est là.


La grande distribution a-t-elle encore intérêt à faire la course aux prix bas ? Notamment concurrencés par les sites entre particuliers comme Le Bon coin, les plateformes d’échanges et de dons, les distributeurs sont poussés à changer de stratégie. "La notion de prix bas n’a plus de sens", explique Elisabeth Laville, fondatrice de Mes courses pour la planète, observatoire de la consommation responsable, "les soldes sont là en permanence, elles ne fonctionnent plus".

La remise exceptionnelle de -70 % sur le Nutella, qui a eu lieu fin janvier dans les hyper marchés, avaient pourtant attiré les foules. "Il y a une dissonance cognitive entre ce que les consommateurs disent vouloir faire et ce qu’ils font vraiment. Ils sont happés par les publicités des enseignes. La grande distribution a les consommateurs qu’elle a créé", tacle Elisabeth Laville.

Fleury Michon : "On essaye de sortir de cette spirale par la qualité"

Cette stratégie n’est pourtant pas la plus rentable ni la plus saine. Car les prix bas, ont forcément un coût. Dans les matières agricoles par exemple, on sait qu’ils se répercutent directement sur les producteurs, déjà serrés à la gorge. "On essaye de sortir de cette spirale par la qualité", témoigne ainsi David Garbous, directeur du marketing stratégique de Fleury Michon.

L’industriel a commencé par le surimi. Alors que le business était en recul de -5 %, il a retiré les conservateurs de cette gamme et s’est approvisionné en pêche responsable. Le résultat s’est de suite ressenti avec une croissance de 12 % alors même que les prix étaient beaucoup plus élevés que sur les gammes standards.

De la même manière, 30 % de la charcuterie de Fleury Michon est désormais labellisée, soit en label français, soit en label bio. Cette gamme, plus chère, progresse de 10 points en volume, contre -3 sur le rayon charcuterie. "On est dans un paradoxe. Aujourd’hui les consommateurs sont prêts à payer plus, ce sont les entreprises qui ne sont pas prêtes", explique David Garbous.

La grande distribution ne crée plus de valeur

"Aujourd'hui la grande distribution n’a pas de création de valeur, donc pour augmenter sa part de marché, elle cherche à vendre le moins cher possible", explique Richard Panquiault, directeur général de l’Ilec, association qui regroupe des fabricants de produits de grande consommation comme Danone, Nestlé, Findus, Ferrero…

Or, la grande distribution pourrait créer de la valeur en misant sur des prix qui rémunèrent correctement les fournisseurs. Le tout est d'être transparent et de communiquer sur cette démarche. L'ascension des petites marques leur montre la marche à suivre. C’est qui le patron, dont le prix est fixé par les consommateurs dans l’objectif de mieux rémunérer les producteurs, est le plus gros succès pour une nouvelle marque depuis 30 ans. 

Patagonia +40 % des ventes grâce à l'occasion

Et cette nouvelle vague de fond ne se limite ni à l'alimentaire ni aux produits de premières nécessités. La marque Patagonia par exemple, apparenté à des vêtements haut de gamme, affiche un taux de croissance de 40 % en deux ans, en misant sur l’économie circulaire. Le groupe propose à ses clients d’acheter sur Ebay ses vêtements neufs mais aussi d’occasion. "Une façon originale de ré-affirmer la qualité de ses vêtements et de la faire découvrir à un public nouveau qui hésiterait à mettre le prix", affirme le mouvement Mes courses pour la planète qui a publié l'étude Le vrai coût des prix bas en février.

La marque a entamé un tournant en 2011 lors d’un black Friday avec ce slogan : "N’achetez pas cette veste… Si vous n’en avez pas besoin" en décrivant les 135 litres d’eau nécessaire à sa fabrication et les émissions de CO2 rejeté. Une campagne qui a fait bondir ses ventes.

Marina Fabre@fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Pourquoi le modèle des hypermarchés Carrefour, Leclerc, Auchan... est périmé

Et si l'e-commerce, les circuits courts, la recherche de qualité sonnaient le glas des hypermarchés ? Carrefour vient d'annoncer la suppression de 2400 postes et va entamer, comme Leclerc, un virage vers les magasins de proximité axés sur la bio. Intermarché vient lui de lancer la marque "...

Comment la grande distribution a créé une pénurie de beurre

Alors que la production de beurre a baissé de 3 % en France en 2017, il manque la moitié des mottes dans les rayons des supermarchés. La guerre des prix est en cause. Les cours du beurre ont explosé en un an passant de 2 500 euros par tonne à 6 800 euros, mais la grande distribution n'a...

[Décryptage] Méga promos et soldes à rallonge : est-ce bien responsable ?

Des foires d’empoigne pour acheter de la pâte à tartiner, des couches ou de l’électro-ménager à prix cassés… Ce genre de scène n’est pas si nouveau, mais désormais, elles interrogent sur la responsabilité des distributeurs et industriels sur de telles pratiques. De plus en plus, de petites...

La grande distribution double ses marges sur les fruits et légumes bio

Comment expliquer l'écart de prix entre les fruits et légumes bio et leur équivalent issu de l'agriculture conventionnelle ? Certes les coûts de production sont plus élevés mais surtout, la grande distribution applique des marges brutes "exorbitantes", révèle une nouvelle étude de l'UFC...

Les industriels et distributeurs s'engagent à mieux rémunérer les agriculteurs

Les producteurs, distributeurs et industriels ont signé mi-novembre une charte qui les engage à fixer le prix de vente à partir du coût de production des agriculteurs. Un moyen de revaloriser la rémunération de ces derniers mais ce point d'étape n'est pas contraignant. Il faudra pour cela...

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Gaspillage alimentaire invendus

200 grands groupes agroalimentaires s’engagent à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2030

Ce sont des géants de l'agroalimentaire et ils viennent de rejoindre l'initiative "Champions 12.3" qui vise à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d'ici 2030. Parmi eux Kellogg, McCain ou encore Unilever. Chaque groupe engagé doit pousser 20 de ses fournisseurs à s'investir dans cette...

Publicite climat 2 pixabay BH

Bruno Le Maire contre une interdiction systématique de la publicité pour les produits polluants comme les SUV

Le ministre de l'Economie, Bruno le Maire, s'est dit opposé mardi à une interdiction de la publicité sur les produits polluants, comme le demandaient la Convention citoyenne pour le climat et plusieurs propositions de loi, dont une récente du groupe Ecologie-Démocratie-Solidarité. Le ministre prône...

Publicite chaise vide CCO iStock FroggyFrogg

"L’autorégulation de la publicité est un échec", dénonce France Nature Environnement qui choisit la politique de la chaise vide

Après 12 ans de participation à l’organe de concertation de l’autorité de régulation professionnelle de la publicité, France Nature Environnement (FNE) claque la porte. Pour l’association, qui était la seule représentative de la défense de l’environnement dans cet organisme, celui-ci défend les...

Mode textile pixabay

Malgré les promesses du monde de la mode, les collections responsables restent marginales

Avec la prise de conscience écologique des consommateurs, les grandes enseignes de la fast fashion ont pris des engagements durables pour s'adapter à la clientèle. Mais, concrètement, cela se voit peu dans leurs collections. Chez Zara et HM, les collections responsables représentent environ 10 % de...