Publié le 28 août 2019

SOCIAL

Les fournitures scolaires écologiques, la nouvelle tendance de la rentrée

Colle en amidon, feutre sans parfum, gommes sans coque... Les fournitures scolaires écoresponsables trouvent peu à peu leur place dans les rayons des supermarchés. Une tendance que les magasins spécialisés voient s'ancrer de plus en plus dans les habitudes d'achats, à condition que les produits soient compétitifs. Pour cela, le vrac et les produits reconditionnés sont les meilleurs amis des consommateurs. 

Fournitures scolaires rentree ecologie
Le vrac et les produits reconditionnés rencontrent un succès grandissant dans les magasins spécialisés.
CC0

Autrefois réservées aux magasins spécialisés, les fournitures scolaires écoresponsables sont en train de se démocratiser. Preuve de cette nouvelle tendance, leur présence dans les rayons de la grande distribution à l'instar de Monoprix qui organise sa "rentrée responsable" en proposant des agendas fabriqués en France avec des matériaux écologiques et biodégradables. Feutre non parfumé, colle en amidon, cahiers labellisés… Les offres sont de plus en plus diverses.

Pour bien les choisir, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) vient de publier un guide à destination des consommateurs. Elle conseille d’acheter les produits les plus simples et les moins odorants comme des gommes sans phtalate ni latex, des stylos non parfumés ou des crayons en bois naturel et non vernis. De même, le consommateur devrait opter pour des fournitures solides et sans plastique à l’instar de pochettes cartonnées ou règle en métal.

Les produits les plus polluants sont déréférencés 

"Nous nous sommes positionnés sur ce créneau des fournitures écoresponsables il y a plus de 15 ans, mais on constate effectivement une prise de conscience de plus en plus large. Il faut dire qu’il n’y a jamais eu autant d’écho sur les gestes écoresponsables dans les médias", estime Adrien Peyroles directeur de la communication, du digital et des services chez Bureau Vallée. Depuis 2009, l’entreprise a décidé de mettre en place un système de notation environnementale de ses produits évalués par un organisme indépendant.

"Les produits sont notés de A à E. On laisse trois ans aux fournisseurs obtenant un E pour modifier le produit, sinon il est déréférencé de notre catalogue", explique le fils du fondateur de Bureau Vallée. Aujourd’hui, près d’un tiers des ventes sont réalisés sur des produits écoresponsables classés A ou B. "Le critère du prix reste le plus important mais c’est à nous d’avoir une démarche d’acteur social en France et de proposer aux consommateurs des tarifs compétitifs", estime Adrien Peyroles.

Du vrac et de l'occasion pour des fournitures moins chères

Justement, pour réduire au maximum le tarif et l’impact environnemental, certains distributeurs ont opté pour le vrac. Les stylos sont par exemple disponibles à l’unité dans des bacs. "Ce qui me gêne avec la grande distribution, c’est le suremballage", explique Quentin Marescaux fondateur du récent site bonnerentrée.fr, une plateforme qui met en avant les produits responsables. "Dans ma vie quotidienne, j’ai une démarche assez écologique : shampoing solide, vrac, zéro déchet, etc. Je me suis dit que des fournitures scolaires écoresponsables pouvaient intéresser des gens comme moi", explique-t-il.

Et de fait, l’offre peut créer la demande. "Avant, je n’avais pas vraiment l’idée d’acheter des fournitures scolaires plus responsables", témoigne dans un supermarché une jeune femme dont le fils entre en CP en septembre, "mais, si c'est compétitif, je vais préférer un produit écologique à un classique".  

Reste que la rentrée scolaire la plus durable est celle où les produits sont réutilisés d'une année sur l’autre. Et de plus en plus de parents, en raison de leur pouvoir d’achat, privilégient cette démarche, saluée par l’Ademe. D’autres optent pour les produits d’occasion. "Les calculatrices reconditionnées rencontrent un fort succès", évoque Adrien Peyroles de Bureau Vallée. "Le frein qui pouvait empêcher certains consommateurs d’acheter des produits d’occasion semble vraiment être levé", se réjouit-il. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Campagne orange deconnexion orange

Le débat autour de la 5G appelle à la création d'une Convention citoyenne sur le numérique

La question revient inlassablement sur la table ces derniers mois : à quoi va servir la 5G ? À en croire ses défenseurs, elle ouvre la voie à des applications du futur, comme la voiture connectée, l'intelligence artificielle ou la télémédecine. Mais pour l'instant, elle va surtout favoriser le...

Nightjet trains de nuit couchettes OBB

[Les nouvelles rives du tourisme] Les trains de nuit, bientôt plus tendance que l'avion

Voyager loin sans polluer, c'est une demande de plus en plus forte pour tourner le dos au tourisme de masse. Une promesse à laquelle les trains de nuit peuvent répondre. Ils connaissent un nouveau souffle à travers l'Europe. En France, le gouvernement doit rendre une étude sur le sujet à la rentrée...

Velo tourisme

[Les nouvelles rives du tourisme] Les cinq destinations françaises et écolo de la Rédaction

Les vacances seront françaises. Face à la pandémie de Covid-19 et aux fermetures de frontières, beaucoup de Français ont décidé d'arpenter les chemins de l'Hexagone cet été. Après le confinement, le désir de nature se fait de plus en plus fort. Pour déconnecter sans polluer, chaque journaliste de la...

Amsterdam tourisme istock funky data

[Les nouvelles rives du tourisme] Quand les villes se rebellent contre Airbnb et l’ubérisation du tourisme

La plateforme Airbnb s'est installée dans les habitudes de voyages des touristes. Mais son influence, toujours plus grande, nuit à la qualité de vie des populations locales. Flambée des prix de l'immobilier, pollution sonore, uniformisation... Face à cette situation, de plus en plus de villes...