Publié le 18 mars 2020

SOCIAL

Face au Coronavirus, les opérateurs Internet appellent à la "responsabilité numérique" pour éviter la saturation

Avec les nouvelles règles de confinement, des millions de salariés vont télétravailler, des millions d'élèves vont essayer de faire leur devoir en ligne, et des millions de Français, au chômage technique, vont regarder des vidéos en ligne... Difficile dans ce contexte de ne pas saturer le réseau Internet. Si les opérateurs se disent prêts à gérer la crise, ils appellent à la "responsabilité numérique" : mieux vaut éviter de regarder des vidéos en streaming en journée pour laisser la bande passante aux télétravailleurs. 

Coronavirus confinement saturation reseau internet
Netflix représentait déjà plus de 20 % du trafic internet des Français, avant même la période de confinement liée au Coronavirus.
CC0

C’est un défi de taille auquel sont confrontés les opérateurs de télécommunications. Depuis le mardi 17 mars, la quasi-totalité des Français sont appelés à rester confinés chez eux. Cela signifie que des millions de collégiens, lycéens, étudiants et travailleurs vont se connecter, en même temps, pour faire leur devoir ou télétravailler. Un pic de consommation qui se vérifie déjà en Espagne, où le confinement a été annoncé plus tôt qu’en France. "Les réseaux connaissent une augmentation du trafic de près de 40 %", a détaillé auprès de l’AFP l’opérateur Telefonica. Même chose en Italie où le journal Bloomberg note une augmentation du trafic Internet de 70 %, notamment en raison des jeux en ligne comme Fortnite.

Pour l’instant, tous les opérateurs assurent être préparés à cette situation de crise. Ils sont habitués au lancement de nouvelles séries comme Game of Thrones par exemple qui avait déjà engendré des pics de connexions. Aujourd’hui, plus de 15 000 techniciens et ingénieurs ont été déployés partout en France pour gérer la situation. "On n’a pas d’inquiétude à court terme", explique Didier Casas, secrétaire général de Bouygues Telecom. "On reste extrêmement attentif, et s’il y a besoin d’intervenir, on est en lien avec les pouvoirs publics", assure-t-il.

"Nous entrons dans une ère de discipline sociale"

Le secrétaire d’État chargé du numérique, Cédric O, a lui aussi voulu rassurer les Français dans un tweet. "Nous ne constatons pas de surcharge des réseaux liée à l’augmentation du télétravail et des usages. Ils sont, à ce stade, correctement dimensionnés", constate-t-il. Reste que la situation est inédite, et surtout, de longue durée. C’est dans cette perspective que le président de la Fédération française des télécoms (FFT), Arthur Dreyfuss, a appelé à la "responsabilité numérique" car "nous entrons dans une ère de discipline sociale". 

L’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) a ainsi publié un guide à l’usage des télétravailleurs pour améliorer leur connexion et ne pas saturer le réseau internet. Préférez le wifi à la 4G si vous télétravaillez, cette dernière dépend des réseaux fixes, dont la capacité est plus importante que les réseaux mobiles, ressortez votre câble Ethernet… Surtout, répartissez la charge. Si vous assurez une visioconférence, évitez de passer un dessin animé en streaming aux enfants en même temps car les plateformes comme Youtube et Netflix monopolisent la bande passante.

Netflix, Pornhub, Fortnite...

"Nous ferons tous acte de civisme si nous ne regardons pas (au moins en journée) de streaming et autre VOD, surtout en haute qualité. Laissons la bande passante au télétravail", résume en un tweet Jérôme Notin, directeur général d’une plateforme dédié à la cybermalveillance.

Un conseil difficile à tenir en période de confinement, d’autant que le géant du streaming, Netflix, représentait déjà plus de 20 % du trafic français, avant même la pandémie. Le trafic des jeux vidéo et des sites pornographiques en ligne comme Youporn est aussi à prendre en compte. En 2018 par exemple, Pornhub a consommé autant de bande passante que tout Internet en 2002 avec 33,5 milliards de visites.

Le Journal du Dimanche (JDD) évoquait, le 15 mars, la possibilité pour les opérateurs de diminuer la bande passante des sites de divertissement pour privilégier les usages professionnels en cas de saturation. Une possibilité rejetée par Arthur Dreyfuss de la FFT, d’autant que la neutralité du net interdit de prioriser l’accès de tel ou tel service. La loi européenne l’interdit en effet, mais si la situation devient intenable, la réponse pourrait être exceptionnelle. Mieux vaut donc prévenir, en responsabilisant les consommateurs, que guérir, en les privant de certains accès. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Consommation bio locale de saison effet covid

[Effet post-Covid] Les Français reviennent vers une alimentation bio et locale

Le confinement provoqué par le Covid-19 a eu l'effet d'un déclic pour nombre de citoyens qui se sont tournés vers une alimentation bio, voire locale. Les circuits courts ont profité de cette aubaine tout comme la grande distribution, qui, pendant le confinement, a fait la part belle aux fruits et...

La vie claire 1948 bn

[À l’origine] En 1948, La Vie Claire lance un premier magasin bio avant l'heure

Le marché du bio a connu un vrai boom pendant le confinement. Si la grande distribution tient désormais une place majeure dans le marché, ce sont les enseignes spécialisées comme La Vie Claire qui ont ouvert la voie. En 1948, alors que le label AB n'existait pas encore, la Vie Claire lance un...

Consommation locale istock julief514

Une carte de fidélité écolo, pour favoriser une consommation durable et locale

Alors que le confinement a plombé la consommation des Français, la reprise de cette dernière s'avère primordiale pour l'économie du pays. L'occasion est unique de pouvoir la réorienter vers des produits locaux et verts, assure la Fabrique écologique qui appelle à la mise en place d'une carte de...

Vanmoof publicite Capture ecran

Un fabricant néerlandais de vélos s'estime censuré en France pour sa pub "anti-voitures"

Le fabricant néerlandais de vélos électriques Vanmoof a dénoncé mardi 30 juin un avis de l'autorité française de régulation de la publicité lui demandant de modifier un spot jugé anti-voiture. En cause : des plans montrant des "images anxiogènes" de la voiture. Une affaire qui s'inscrit dans un...