Publié le 13 juin 2017

SOCIAL

L’Humanité mange son plastique

Des chercheurs malaisiens, français et britanniques ont détecté des microparticules de plastique dans notre sel de table. Les faibles quantités mesurées n'ont pas de conséquence sur la santé des consommateurs. Mais les millions de tonnes de déchets déversées chaque année dans les océans aggravent de plus en plus la situation. 


Rien ne se perd. Et surtout pas les 8,8 millions de tonnes de plastiques déversées chaque année dans les océans. Une récente étude, publiée dans la revue Scientific Reports, a porté sur le sel de table. Sur les 17 produits issus de 8 pays différents étudiés, 16 contiennent des microparticules de plastiques. "Les microplastiques (MP) étaient absents dans une marque tandis que les autres contenaient entre 1 et 10 MP/kg de sel", soulignent les chercheurs. Le nom des marques n’a pas été révélé dans l’étude mais les auteurs précisent que le sel épargné provient de France.

La concentration de microparticules relevées dans le sel de mer est faible et ne présente pas de risque pour la santé, affirment les chercheurs. Mais "la tendance croissante à l’utilisation des matières plastique pourrait conduire à l’accumulation progressive de particules dans les océans et les lacs, et, par conséquent, dans les produits provenant des milieux aquatiques".

11 000 microparticules de plastique ingérées par les mangeurs de poisson

Pour cause, une étude publiée en janvier par l’université de Gand, en Belgique, a montré que les consommateurs de produits de la mer (poissons, fruits de mer…) ingèrent jusqu’à 11 000 microparticules de plastique chaque année. Si 99% de ces microparticules traversent le corps humain, les 1% restant sont absorbés par les tissus corporels.

Le cycle alimentaire n’aura jamais aussi bien fonctionné! Et cela ne va pas aller en s’améliorant. Chaque minute dans le monde, l'équivalent d'un camion d’ordures de déchets plastiques est versé dans la mer. D’ici 2050, c'est près de quatre camions par minute qui pourraient souiller les océans.

 Marina Fabre @fabre_marina

 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Radio France CCO Zairon

Radio France veut une publicité plus durable sur ses antennes

Le groupe Radio France a annoncé la mise en place dès janvier de nouveaux "espaces publicitaires responsables", gratuits ou à tarifs préférentiels, en faveur des acteurs mobilisés pour la transition écologique. Une mesure qui prolonge son "engagement éditorial très fort pour l'environnement", assure...

Cinq applis qui vous aident à consommer plus durable, même pendant le confinement

Un Français sur quatre utilise actuellement une application pour l’aider à mieux consommer selon une étude Ifop/Charal parue il y a quelques mois. Des applis qui informent des clients toujours plus avides de renseignement sur les impacts sociaux et environnementaux de leurs achats ! En cas de...

Supermarche CCO

Une charte pour promouvoir les produits locaux en grandes surfaces

Mettre en valeur les produits frais et de terroir dans les rayons des supermarchés. Tel est l’objectif annoncé par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation avec la signature d'une charte signée par l’ensemble de la grande distribution. L'ambition est de l’étendre progressivement à la...

Electric car cco Geralt

[Les raisons d’y croire] Les voitures diesel dépassées par l’hybride et l’électrique

Pour la première fois en Europe, les voitures hybrides et électriques ont dépassé les véhicules à moteur diesel, à en croire les immatriculations du mois de septembre. Une première étape qui marque la transition des moteurs à combustion au profit des moteurs hybrides et électriques. Malgré les...