Publié le 13 juin 2017

SOCIAL

L’Humanité mange son plastique

Des chercheurs malaisiens, français et britanniques ont détecté des microparticules de plastique dans notre sel de table. Les faibles quantités mesurées n'ont pas de conséquence sur la santé des consommateurs. Mais les millions de tonnes de déchets déversées chaque année dans les océans aggravent de plus en plus la situation. 

Sel de table

Rien ne se perd. Et surtout pas les 8,8 millions de tonnes de plastiques déversées chaque année dans les océans. Une récente étude, publiée dans la revue Scientific Reports, a porté sur le sel de table. Sur les 17 produits issus de 8 pays différents étudiés, 16 contiennent des microparticules de plastiques. "Les microplastiques (MP) étaient absents dans une marque tandis que les autres contenaient entre 1 et 10 MP/kg de sel", soulignent les chercheurs. Le nom des marques n’a pas été révélé dans l’étude mais les auteurs précisent que le sel épargné provient de France.

La concentration de microparticules relevées dans le sel de mer est faible et ne présente pas de risque pour la santé, affirment les chercheurs. Mais "la tendance croissante à l’utilisation des matières plastique pourrait conduire à l’accumulation progressive de particules dans les océans et les lacs, et, par conséquent, dans les produits provenant des milieux aquatiques".

11 000 microparticules de plastique ingérées par les mangeurs de poisson

Pour cause, une étude publiée en janvier par l’université de Gand, en Belgique, a montré que les consommateurs de produits de la mer (poissons, fruits de mer…) ingèrent jusqu’à 11 000 microparticules de plastique chaque année. Si 99% de ces microparticules traversent le corps humain, les 1% restant sont absorbés par les tissus corporels.

Le cycle alimentaire n’aura jamais aussi bien fonctionné! Et cela ne va pas aller en s’améliorant. Chaque minute dans le monde, l'équivalent d'un camion d’ordures de déchets plastiques est versé dans la mer. D’ici 2050, c'est près de quatre camions par minute qui pourraient souiller les océans.

 Marina Fabre @fabre_marina

 


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Patrick pouyanne PDG de Total Elysee LudovicMarin AFP

Gilets Jaunes : banques et grands groupes répondent à l'appel au secours d'Emmanuel Macron

Pour répondre au besoin de pouvoir d’achat des gilets jaunes, le Président de la République a demandé aux banques et aux entreprises françaises de faire un effort. Les plus grands groupes tricolores se sont en particulier emparés de la possibilité de verser à leurs salariés une prime de fin d’année...

Bien etre animal poulet Casino

Casino propose désormais un étiquetage sur le bien-être animal

Des produits notés de A à D en fonction du bien-être animal. C'est le nouvel étiquetage que vient de lancer Casino en partenariat avec trois associations spécialisées. L'enseigne veut répondre à une attente sociétale et combler une loi pas assez ambitieuse. Reste aux consommateurs à favoriser les...

Yuka appli

Alimentation : inquiets du succès de l'appli Yuka, industriels et distributeurs contre-attaquent

L'appli star Yuka, qui note les aliments en fonction de leurs qualités nutritionnelles, revendique désormais 7,5 millions d'utilisateurs. Une influence grandissante qui a poussé le secteur agroalimentaire à changer la composition de certains produits. Mais son système de notation est critiqué par...

Sapin ecolo noel treezmas

[La vidéo des solutions] Pour un Noël écolo, Treezmas propose des sapins durables à replanter

Entre le sapin coupé et celui en plastique, il y a une troisième option, c'est le sapin en pot. La startup Treezmas propose d'adopter un sapin "vivant" pendant les fêtes et le récupère début janvier pour le replanter directement chez le producteur qui l'a élevé. Un moyen plus écologique de passer...