Publié le 07 octobre 2020

SOCIAL

Bruno Le Maire contre une interdiction systématique de la publicité pour les produits polluants comme les SUV

Le ministre de l'Economie, Bruno le Maire, s'est dit opposé mardi à une interdiction de la publicité sur les produits polluants, comme le demandaient la Convention citoyenne pour le climat et plusieurs propositions de loi, dont une récente du groupe Ecologie-Démocratie-Solidarité. Le ministre prône en revanche une information plus claire des consommateurs sur leur impact écologique.

Publicite climat 2 pixabay BH
Le ministre de l'Economie, Bruno le Maire, se dit opposé à une interdiction de la publicité sur les produits polluants au profit d'un message plus clair des entreprises sur les émissions de CO2 de leurs produits.
@CCO/montage BH

Interdire la publicité pour les produits polluants comme les SUV, c’était l’une des propositions phares mais polémiques de la Convention citoyenne sur le climat. Pour Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances, cela n’est pourtant pas la bonne solution. "Vous avez le choix entre interdire et informer. Comme je crois à l'intelligence des Français, je pense qu'il faut informer le consommateur", a-t-il déclaré lors d’un entretien sur France Inter.

"Je suis convaincu que si on informe très clairement les Français sur les dommages que causent à l'environnement certains véhicules très polluants, ils changeront leurs habitudes de consommation", estime-t-il. Les SUV sont en effet particulièrement dans le viseur des partisans d’une interdiction de la publicité pour les produits les plus néfastes pour l’environnement en raison de leurs fortes émissions carbone. Mardi 6 octobre, un nouveau rapport de l'ONG WWF dénonçait encore "l'impact écrasant des SUV sur le climat" et leur croissance rapide dans le parc automobile français "incompatible" avec le respect des engagements français de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES).

Plus de transparence des entreprises sur les émissions de Co2

Le ministre s’est dit "totalement opposé à la voie de l’interdiction systématique" de certains produits comme le demandent certaines propositions de loi comme celle d’Ecologie-Démocratie-Solidarité. Celle-ci visait notamment l'interdiction progressive à partir de 2022 de la publicité pour les voitures soumises à un malus ou les produits d'électroménager les plus gourmands en électricité. Mais elle a été retoquée la semaine dernière en Commission développement durable. Le ministre propose la mise en place d’un "message beaucoup plus clair sur les émissions de Co2". Cela pourrait "être extrêmement utile pour garantir qu'on lutte plus rapidement contre le réchauffement climatique", estime-t-il.

Le gouvernement pourrait ainsi demander aux entreprises qu’elles soient plus transparentes sur leurs émissions de CO2, a-t-il précisé, mentionnant des discussions en cours avec les Parlementaires sur ce sujet. Mais tous les membres de l’Exécutif ne semblent pas au diapason. Le ministre de l’Economie se différencie ainsi des propos de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, qui s'est pour sa part déclarée "favorable à un encadrement" de la publicité et a souligné que la publicité "incite à consommer un certain nombre de produits", alors qu'il y a des produits "dangereux pour l'environnement".

Béatrice Héraud avec AFP


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

SOCIAL

Consommation

Produits verts, bio, issus du commerce équitable ou made in France….les marques multiplient les produits vendus comme écologiques, durables et responsables et les consommateurs prennent conscience de l’impact de leur choix sur l’environnement. Ces nouvelles pratiques de consommation doivent reposer sur des labels crédibles.

Supermarche ok

Une hausse des prix alimentaires se profile en France, une première en dix ans

Alors que l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) constate une flambée des prix alimentaires de 31 % en moyenne dans le monde, en France, elle reste contenue et ne devrait atteindre que 4 %. Directement liée à l’envolée des cours des matières premières et aux...

Soldes

Les soldes, apanage des grands groupes, fragilisent les petits commerces

La période des soldes débute ce 12 janvier et avec elle son lot de controverses. Symbole de la société de consommation, elles sont boycottées par certaines enseignes et boutiques indépendantes. Elles incarnent par ailleurs les dérives d’une économie basée sur le tout jetable, incompatible avec...

C qui le patron

Lait, beurre : "C’est qui le patron" explose le plafond de verre des produits équitables en se hissant à la première place

Alors qu'en décembre, "C'est qui le patron" devenait la première référence de sa catégorie sur le lait, un mois plus tard, c'est au tour du beurre bio de finir en haut du podium. Un tournant de taille pour les produits équitables qui n'avaient jamais atteints un tel niveau et une preuve que les...

IStock RusN emballage fruit legume

Plastiques interdits, dons d’invendus… ce qui change au 1er janvier pour encourager une autre consommation

Différents décrets de lois entrent en application le 1er janvier 2022 pour faire évoluer nos modes de consommation et les inscrire dans une trajectoire plus durable. L'objectif est de sortir la France du "tout jetable" et d'accompagner la transition écologique des citoyens via d'avantage d'aides...